Projet 10 : Mémoire des origines - MemOri

Porteurs de projet

Personnes réellement impliquées (effectif global + détail nom, statut, laboratoire) :

Laboratoires et/ou équipes UNS concernés

Partenaires

Objectifs

Responsables :
Valérie PIETRI (MCF en Histoire Moderne, URMIS – UMR 8245)
Marie-Jeanne OURIACHI (MCF en Histoire et Archéologie Romaines, CEPAM – UMR 7264)

Contexte et objectifs scientifiques :

Ce projet a pour objectif de faire émerger au sein de l’Axe 4 de la MSHS Sud-Est une équipe de recherche interdisciplinaire sur la question de la mémoire des origines, comme élément de construction des identités et des territoires. Le rapport aux origines se construit, en effet, autour de deux formes d’appartenance souvent combinées : l’ancestralité (comme rapport aux origines familiales) et l’autochtonie (comme rapport aux origines géographiques). Ainsi, dans le cas des familles aristocratiques et/ou coloniales, le patronyme constitue un marqueur fondamental des identités sociales qui intègre bien souvent une dimension spatiale tandis que les terres et domaines sont parfois désignés par le nom de leurs propriétaires. De la même manière, descendants de migrants ou d’esclaves sont identifiés (et stigmatisés) ou revendiquent comme part constitutive de leur identité ce déracinement originel. De fait, ce rapport entre l’identité lignagère et le lieu d’origine ne saurait faire l’économie de la question de la mobilité, qu’elle soit sociale (ascension/descension sociale), géographique (migration, exil) ou politique (colonisation/décolonisation/situation post-coloniale, esclavage et post-esclavage).
En regroupant des membres de la plupart des laboratoires porteurs de l’EUR ODYSSEE (Origines, DYnamiques, Sciences de la Société, Environnement) – URMIS, CEPAM, ESPACE, CMMC, ERMES et LAPCOS – le projet MemOri est à même de renouveler l’approche de la notion d’origine en croisant analyse des éléments discursifs et onomastiques et des marqueurs de l’ancrage spatial des identités individuelles et collectives, dans une démarche interdisciplinaire (histoire, archéologie, sociologie, géographie, anthropologie, psychologie, droit et sciences politiques) et diachronique (de l’Antiquité à nos jours). Ces thématiques sont en effet au coeur de l’EUR ODYSSEE naissante et permettent d’articuler autour de la question de la transmission mémorielle des origines ses Axes 1 (Origines et trajectoires : passé, présent, futur des sociétés), 3 (Espaces et territoires) et 4 (Migrations, frontières, discriminations), contribuant ainsi de manière significative à la structuration de l’EUR.
Au niveau national, cette proposition d’équipe émergente sur la « Mémoire des origines » pourrait s’inscrire dans le cadre du GDR « Mémoire » du CNRS, créé en 2018 (https://gdrmemoire.com), dans lequel sont d’ores et déjà impliqués plusieurs chercheurs de la MSHS (I. Dos Santos et V. Piétri pour l’URMIS, J. Candau pour le LAPCOS). Mettant en réseau plus d’une centaine d’équipes de recherche françaises, ce GDR vise à susciter un dialogue pluridisciplinaire selon 2 axes : la spécificité de la mémoire humaine au sein du règne animal ; les implications de la vie sociale et symbolique de l’homme dans le fonctionnement mémoriel. C’est au sein de ce second axe que s’inscrirait la réflexion conduite à Nice. Le projet MemOri contribuerait ainsi à la structuration de la recherche au sein d’UCA tant au niveau de la politique de site (EUR) que du point de vue du rayonnement scientifique de notre établissement à l’échelle nationale et internationale (GDR).

Thématiques

Financements

Actualités

Evènements