Accès membres

 

 

Bonhomme Béatrice

Professeur
9ème Section
Université de Nice - Sophia Antipolis

multiportrait3_montage_de_B__r__nice_Bonhomme_et_Baptiste_Aubert_face1.jpg

 

 

CURRICULUM VITAE 

 

Nom de naissance : VILLANI 

Nom d’usage : BONHOMME 

Prénoms : Simone, Béatrice (prénom d’usage)

Date et lieu de naissance : 29/06/56 à Alger

Nationalité : Française 

3 enfants 

Adresse personnelle : 29 avenue Primerose, Nice 06000 

N° de Téléphone : 06 12 44 90 96

Date de titularisation dans le corps actuel : 01/09/1993 

Fonction : Professeur des Universités, Classe Exceptionnelle, 2° échelon.

Prime d’Encadrement doctoral depuis 1994 (1994-2009) 

Prime d’excellence depuis 2009 (2009-2013/ 2013-2017).

Établissement actuel : Université de Nice Sophia Antipolis, UFR Lettres, Arts et Sciences Humaines. 

Adresse : 98 Bd Herriot, BP 209, 06204 Nice Cedex.

 

DIPLÔMES ET TITRES UNIVERSITAIRES

 

1975 : D.E.U.G. de Lettres Modernes.

             I.P.E.S. de Lettres Modernes. Nice.

1976 : Licence de Lettres Modernes. Nice.

            Admissibilité à l’École Normale Supérieure de Fontenay-aux-Roses.

1977 : Maîtrise de Lettres Modernes. Nice.

1978 : C A P E S de Lettres Modernes.

1981 : D E A de Lettres Modernes. Mention Très Bien. Aix-en-Provence.

1983 : Thèse de 3e cycle : La Mort grotesque dans l’œuvre de Jean Giono.

             Soutenue le 11/3/83 avec Mention Très Bien.

             Directeur de Thèse : Jacques Chabot, Aix-en-Provence.

1984 : Certificat de Psychologie des Sciences de l’Éducation. Mention Très Bien. Nice.

1987 : Thèse de Doctorat d’État ès Lettres.

             Les Jeux de l’Écriture et la Quête du Sacré dans l’œuvre de Pierre Jean Jouve.

             Soutenue le 22/5/87 avec Mention Très Honorable et Félicitations du Jury.

             Directeur de thèse : Jacques Chabot, Aix-en-Provence.

1989 : Agrégation de Lettres Modernes (2e).

1990 : Nommée ATER à l’Université de Nice.

1991 : Nommée Maître de Conférences à l’Université d’Aix-en-Provence.

1993 : Nommée Professeur des Universités, 9e Section, Littérature française du xxe siècle. Université de Nice-Sophia Antipolis.

1994-2009 : Encadrement doctoral.

2005 : Professeur Première Classe.

2009-2013 : Prime d’Excellence.

2010 : Professeur Classe Exceptionnelle, 1° Echelon.

2013 : Prime d’Excellence renouvelée.

2014 : Professeur Classe Exceptionnelle, 2° Echelon. 

 

RESPONSABILITÉS COLLECTIVES

 

1998-2007 : Responsable des Conventions Erasmus avec la Roumanie et l’Espagne (Suceava, Craiova, Bucarest, Grenade).           

1999-2005 : Membre du Jury de Capes externe de Lettres Modernes et du Jury de l’Agrégation interne de Lettres Modernes.

2000-2007 : Membre de la Commission Culture de L’UFR Lettres.

2001-2005 : Élue au Conseil de Gestion de L’UFR Lettres.

2003-2005 : Directrice du DEA Littératures et Civilisations.

2005-2008 : Directrice du Master Lettres, Langues et Arts.

2007-2011 : Responsable de Conventions internationales avec Aoste et Turin.

2004-2007 : Co-Directrice de L’École Doctorale ED 86.

2005-2008 : Élue au Conseil d’Administration de l’Université.

2008-2012 : Directrice du Centre Transdisciplinaire d’Épistémologie de la Littérature et des Arts vivants, noté A par L’AERES.

Depuis 1994 : Présidente de l’Association Nu(e), Association vouée à la promotion de la poésie, de l’art et de la critique littéraire.

Depuis 2003 :  Co-Responsable de l’Axe POIEMA (au sein du CTEL).

Depuis 2005 : Présidente de laSociété des Lecteurs de Pierre Jean Jouve et des Cahiers Jouve.

Depuis 2012 : Responsable du Parcours « Littérature et Études Théâtrales » au sein du Master Lettres.

Depuis 2012 : Responsable des Conventions Erasmus avec Sibiu (Roumanie).

 

* * *

 

 

INDIVIDUAL INFORMATION 

 

Maiden name : VILLANI

Surname : BONHOMME

Given name : Simone, BÉATRICE

Date and place of birth : 29/06/56, Algiers

Nationality : French

3 children.

Home address : 29 avenue Primerose, Nice 06000

Ph. : 06 12 44 90 96

Profession : University Full Professor, Classe Exceptionnelle.

Award of Excellence : 2009-2013/2013-2017.

Tenure from 01/09/1993.

Current Institution : University of Nice Sophia Antipolis, Faculty of Letters, Humanities and Social Sciences.

Address : 98 Bd Herriot, BP 209, 06204 NICE Cedex.

 

 

UNIVERSITY DEGREES AND RANKS

 

1975 : D.E.U.G Modern Literature, Nice. 

             I.P.E.S in Modern Literature, Nice.

1976 : BA Honours in Modern Literature, Nice.

            Accepted at the ENS, Fontenay aux Roses.

1977 : MA in Modern Literature, Nice.

1978 : CAPES in Modern Literature.

1981 : DEA in Modern Literature, “Mention Très Bien”, Aix-en-Provence.

1983 : Ph. D thesis : La mort grotesque dans l’œuvre de Jean Giono, defended 11/3/83, "Mention Très Bien". Thesis director: Jacques Chabot, Aix-en-Provence.

1984 : Certificate in psychology of educational sciences, “Mention Très Bien”, Nice.

1987 : State Thesis : Les jeux de l’écriture et la quête du sacré dans l’œuvre de Pierre Jean Jouve, defended 22/5/87, “Mention très Honorable” and congratulations of the examining committee. Thesis director : Jacques Chabot, Aix-en-Provence.

1989 : “Agrégation” in Modern Letters (2nd).

1990 : Appointed ATER, University of Nice.

1991 : Appointed Lecturer, University of Aix-en-Provence.

1993 : Appointed Professor, section 9, 20th Century literature, University of Nice-Sophia-Antipolis.

1994-2009 : Doctoral teaching position renewed 4 times over 12 years period.

2005 : Full Professor (Professeur Première Classe).

2009-2013 : Award of Excellence.

2010 : Outstanding Professor (Professeur Classe Exceptionnelle, 1° Echelon).

2013-2017 : Award of Excellence renewed.

2014 : Outstanding Professor (Professeur Classe Exceptionnelle, 2° Echelon).

 

 

COLLECTIVE RESPONSIBILITIES

 

1998-2007 : In charge of Erasmus Agreements with Romania and Spain (Suceava, Craiova, Bucharest, Grenada).   

1999-2005 : I sit on the jury panel for two nation-wide academic competitions that yearly select and recruit secondary-level teachers in French-language literature (CAPES) and teachers with a potential for academic careers in French-language literature (‘Agrégation’).   

2000-2007 : Member of the Culture Commission of the UFR Lettres (Faculty of Arts and Humanities).     

2001-2005 : Elected to the Management Council of the UFR Lettres.

2003-2005 : Director of the DEA Literature and Civilisation.

2005-2008 : Director of the MA “Lettres, Langues et Arts” (literature, language and the arts).

2007-2011 : In charge of international agreements with Aosta and Turin.

2004-2007 : Co-Director of the Doctoral School.

2005-2008 : Elected to the Administrative Council of the University.

2008-2012 : Director of CTEL, Transdisciplinary Centre of Epistemology in Literature and Living Arts, a Centre graded A by AERES.

Since 1994 : President of the Association NU(e), devoted to the promotion of poetry, art and literary criticism.

Since 2003 : In charge of the Poetry team POIEMA created within the Research Centre, CTEL.

Since 2005 : President of the Société des lecteurs de Pierre Jean Jouve and the Jouve Notebooks.

Since 2012 : In charge of the Literature and Theatre Studies Option in the MA Lettres.

Since 2012 : In charge of Erasmus Agreements with Romania (Sibiu).

 

* * *

 

ACTIVITÉS D'ENSEIGNEMENT PÉDAGOGIQUES ET ADMINISTRATIVES

TEACHING, PEDAGOGIC AND ADMINISTRATIVE DUTIES

 

ACTIVITÉ D'ENSEIGNEMENT

 

En France : Dans établissement d’appartenance : 

                                                 192 ETD tous les ans depuis ma nomination en 1993.       

                         2009-2014 :  192 ETD.                              

                         2014-2015 :  192 ETD.

 

Détail des cours : Cours en Première Année de Licence : Histoire Littéraire et Littérature Française. Cours en Troisième Année de Licence: Les Grands textes de la Littérature. 4 séminaires de Master : 1 Séminaire de M1 sur La Critique Littéraire au 20e siècle. 3 séminaires de M2, l’un sur La Poésie contemporaine, l’autre sur Le Nouveau Théâtre et cours, depuis ma nomination, de Préparation à l’Agrégation Externe mutualisée Master 2.

 

Dans d'autres établissements :

IUFM/ESPE 

Préparation à l'Agrégation interne (écrit/oral) depuis 1990 (13h30 ETD).

 

À l'étranger : 

• Missions d’Enseignements dans le cadre d’ERASMUS à Grenade, Naples, Sucéava, Iasi, Bucarest.

• Cambridge, Oxford, Aberdeen (Ecosse), Dublin (Irlande), Halifax (Canada).

• Cours, conférences, lectures publiques.

 

RESPONSABILITÉS PÉDAGOGIQUES ET ADMINISTRATIVES

 

2003-2005 Directrice du DEA Littératures et civilisations.

Directrice du Master Lettres, Langues et ArtsÉlaboration des maquettes et de la formation pédagogique. Mise en place de séminaires de Recherche à l’usage des étudiants de Master.

Co-directrice de l’École Doctorale (ED 86) et mise en place de la formation inter-disciplinaire pédagogique à l’usage des doctorants.

2007-2012Responsable du Parcours lettres (Littérature française) du Master et suivi des étudiants.

2007-2012 : Directrice du Centre Transdisciplinaire d’Épistémologie de la Littérature et des Arts vivants (Mandat de 4 ans. Centre noté A par l’AERES).

Depuis 1993Suivi de nombreux Doctorants

Depuis 2003 :Co-Responsabilité de l’Axe POIEMA dans le cadre du CTEL

Depuis 2013Responsable du Parcours Littérature et Études théâtrales et suivi des étudiants dans le cadre du M1 et du M2.

 

Récapitulatif Directions de recherches :

 

     20   Thèses soutenues dont 15 les 5 dernières années

       3    Dont 3 Habilitations soutenues

     15   Thèses publiées 

       8    Docteurs ayant obtenu un poste dans le supérieur 

       5   Thèses en cours, dont co-tutelles (Tunisie contrats), HDR

       4   Thèses en cours d'inscription en 2015

     43   Participations à des jurys de thèse

       8   Participations à des soutenances d'Habilitation.

 

* * *

 

TEACHING ACTIVITIES

 

in french home institution : 

                                                 192 EDW since my appointment in 1993.       

                         2009-2014 :  192 EDW.                              

                         2014-2015 :  192 EDW.

 

Detail of courses : Courses  in the first year of the Licence Hons. degree : History of Literature et French Literature. Courses in the third year or the Licence and MA : Great Texts of Literature. 4 MA seminars : 1 Seminar for MA1 on Literary Criticism in the 20th Century. 3 seminars for MA2, one on Contemporary Poetry, the other on New Theater (with Licence3 / MA1) and a course since my appointment on Preparation for the External Agregation (with MA2).

 

In other french institutions :

IUFM/MAFPEN

Preparation for the Internal Agregation since 1990.

 

In other countries :

Teaching Missions in the framework of ERASMUS in Grenada, Naples, Suceava, Iasi, Bucharest ; in Cambridge, Oxford (UK), Halifax (Canada), Aberdeen (Scotland), Dublin (Ireland) : Courses, conferences, public readings.

 

PEDAGOGIC AND ADMINISTRATIVE DUTIES

 

2003-2005 : Director of the DEA Literatures and civilisations (diploma of advanced studies).

2005-2008 : Director of the MA Literatures, Languages and Artsand elaboration of models and pedagogical formation. Setting up of Research seminars for the use of MA students.

2005-2008 : Director of the MA Literatures.

Co-director of the Doctoral School (ED 86) and establishment of programme in interdisciplinary teacher training pedagogical for doctoral students.

2007-2012Responsible for the French Literature Programme of the MA and advisor to students.

2007-2012 : Director of the Transdisciplinary Centre of Épistemology of Literature and the Arts Today (Mandate : 4 ans. Centre rated A by AERES).

 

• Since 1993 : Advisor to Doctoral students

• Since 2003 : Responsible of the axis dealing with poetry, POIEMA (CTEL)

• Since 2012 : Responsible for the Programme in Literature et Theatre Studies and student advisor.

 

Summary or Research Directed : 

 

     20   Theses defended with 15 in the past 5 years

       3    Habilitations defended

     15   Theses published 

       8    Ph.D'S having obtained a position at the university level 

       5   Theses in progress, some codirected, (Tunisia), HDR

       4   Thèses in progress in 2015

       6   Awards for doctoral training, award of excellence from 1994 to 2017

     43   Memberships or thesis committees

       8   Involvements in Habilitation defences.

 

* * *

 

ACTIVITÉ SCIENTIFIQUE ACTUELLE

 

     Dans le cadre du Centre Transdisciplinaire d’Épistémologie de la Littérature et des Arts vivants (CTEL), dont j’ai été Responsable,  durant 4 ans (2008-2012), je co-dirige l’Axe relatif à la Poésie que j’ai créé en 2003. Je m’occupe également de laSociété des Lecteurs et les Cahiers Pierre Jean Jouve et poursuis un travail considérable sur cet auteur en collaboration avec la Bibliothèque de Berne (éditions de correspondances, manuscrits, études critiques) et en partenariat avec Bruxelles. J’approfondis aussi ma recherche sur la poésie vivante et contemporaine associée à la publication d’articles et d’ouvrages, à l’organisation de manifestations scientifiques en partenariat avec des Universités et Centres de recherche en France ou à l’Étranger. Je suis responsable, depuis 21 ans, de La Revue Nu(e), revue de poésie et d’art, qui a publié 57 dossiers scientifiques sur les poètes contemporains. Je dirige, en ce moment, 5 Thèses, dont une Habilitation sur la poésie. 4 nouvelles thèses sont en cours d’inscription.

     Within the framework of the Transdisciplinary Centre of Epistemology of Literature and the Living Arts, (CTEL) at the University of Nice, a centre I have directed for four years, I  co-coordinate in particular the axis dealing with poetry, which I created in 2003. I direct the Society of Readers of Pierre Jean Jouve and the Jouve Notebooks and continue very active research into the work of this author in collaboration with the Bern Library (publication of correspondence, manuscripts and critical studies) and in partnership with Brussels. I am also engaging in depth research into living and contemporary poetry, this associated with the publication of articles and full-length studies, and numerous scholarly events via partnerships with university research centres in France or abroad. For 21 years I have been in charge of the journal NU(e), which has published to date 57 scholarly dossiers on contemporary poets. Currently, I am directing 5 theses (Ph. D), including Habilitation on poetry. 4 news theses will be recorded.

 

* * *

 

MOBILITÉ THÉMATIQUE

 

     Mon enseignement et ma recherche transgénériques ont porté tant sur le roman (11 ouvrages) que sur le théâtre (4 ouvrages) ou encore, de façon privilégiée, sur la poésie (26 ouvrages). Dans tous ces genres littéraires, j’ai présenté un grand nombre d’articles (129). J’ai accepté d’enseigner à tous les niveaux de la formation, depuis les premières années de Licence jusqu’au Master et à l’Agrégation. J’ai plus particulièrement consacré mes recherches à la poésie moderne et contemporaine, mais je travaille également, dans une visée transdisciplinaire, sur la poésie à travers les siècles (édition scientifique d’ouvrages se consacrant à l’étude du genre poétique depuis le xvijusqu’au xxie siècle) et sur la poésie dans ses liens avec d’autres disciplines comme la philosophie et les arts. J’ai d’ailleurs, durant mon mandat de directrice du CTEL, ouvert intentionnellement le centre à d’autres disciplines et créé un quatrième axe dédié aux Arts vivants. J’ai tenté le plus possible d’ouvrir l’axe sur la Poésie, créé en 2003, à la transversalité, au comparatisme et à une dimension internationale.

     My transgeneric teaching and my research have focussed as much upon the novel (11 works) as upon theatre (4 works) or again, with particular emphasis, upon poetry (26 works). In each of these literary genres, I have offered numerous articles (129). I have accepted teaching at all levels, from first-year work for the Licence (Hons. Degree) to the MA and the “Agrégation”. I have more particularly devoted my research to modern and contemporary poetry, but I also work, from a transdisciplinary perspective, on poetry through the centuries (scholarly publication of collective works devoted to the study of the poetical genre from the 16th Century to the 21st Century) and on poetry in its links to other disciplines such as philosophy and the arts. I have moreover, during my mandate as director of CTEL, deliberately opened up the centre to other disciplines and created a 4th axis dedicated to the Living Arts. I have sought as much as possible to open up the Poetry axis, which I created in 2003, to transversality, to comparative research and to its international dimensions.

 

* * *

 

MOBILITÉ GÉOGRAPHIQUE

 

    Peuvent être soulignées de nombreuses interventions dans les Centres culturels et Universités de France et tout autant à l’Étranger pour des missions d’enseignement, des colloques ou des conférences portant sur ma recherche.J’ai dirigé, ou dirige actuellement, plusieurs conventions Erasmus avec la Roumanie, l’Espagne ou l’Italie (Suceava, Bucarest, Grenade, Aoste, Turin et actuellement Sibiu). J’ai mené à bien, entre autres, des partenariats de Recherche avec L’Italie (Bari, Naples), l’Angleterre (Cambridge, Oxford), l’Ecosse (Aberdeen), l’Irlande (Dublin) la Suisse (Berne) ou le Canada (Halifax), partenariats qui se poursuivent aujourd’hui. J’ai assumé un grand nombre de missions d'enseignement ou de recherche en Roumanie, en Espagne, en Angleterre ou au Canada. 

     One may also add to the above very numerous papers and involvements interventions in Cultural Centres and Universities in France and a great deal abroad on teaching missions, at colloquia or giving talks bearing upon my research.I have directed or currently am directing several Erasmus contracts with Romania, Spain or Italy (Suceava, Bucharest, Grenade, Aosta, Turin, and actually Sibiu,.) I brought into being research partnerships with Italy(Bari, Naples), England (Cambridge, Oxford), Scotland (Aberdeen), Ireland (Dublin), Switzerland (Bern) or Canada (Halifax), partnerships that continue today. I have accepted a good number of teaching missions or research engagements in Romania, in Spain, in England or in Canada. 

 

* * *

 

 

 PUBLICATIONS

Nombre et résumés de 5 publications

 

 Depuis début de carrière/Entire career.

Dont ces 10 dernières années/ last 10 years

Dont ces 5 dernières années/last 5 years

Nombre de publication dans des revues à comité de lecture / Number of articles in peer-reviewed journals

129

79

52

Nombre de publication dans d'autres revues scientifiques / Number of articles in other scientific journals

32

15

9

Nombre d'ouvrages personnels / Number of monographs 

10

4

2

Nombre de participation à des ouvrages collectifs / Number of chapters in edited monographs 

107

78

41

Nombre de conférences invitées / Number of invited lectures

216

140

79

 

 

TITRE/TITLE

1.

REFERENCE

Béatrice Bonhomme, Pierre Jean Jouve ou la quête intérieure, Biographie de Pierre Jean Jouve, Paris, Éditions Aden, 2009, 445 pages.

Beatrice Bonhomme,Pierre Jean Jouve or the Inner Quest, Biography of Pierre Jean Jouve, Paris: Aden, 2009, 445 pages  

 

 

 

RESUME/

 

 

 

SUMMARY

     Pierre Jean Jouve ou la quête intérieure, le titre annonce déjà le choix de nous intéresser davantage à l’écriture, au processus de création qu’à l’aventure purement biographique. Ce qui nous semble essentiel, c’est la femme intérieure au poète, la femme en noir baudelairienne, celle du « désir de peindre », celle qui fait partie intégrante de l’inconscient du poète. Cela n’empêche pas, dans l’exercice particulier que nous propose cette collection sur les biographies chez Aden, de tisser des réseaux entre la vie et l’écriture. Il est évident que l’événement biographique garde son importance, qui permet à Jouve d’écrire son premier roman Rencontre dans le carrefour où Jean Santelier tient le rôle de l’amoureux, où Claire incarne la figure de la femme aimée et perdue, image qui prendra la force d’une figure obsédante, avant de s’épanouir dans la figure d’Hélène. Ainsi, cette écriture est-elle profondément inspirée par les événements de la vie et par une réalité fondée sur l’expérience vécue, mais l’ensemble de l’histoire, où s’ancre la mémoire de l’écrivain, interfère également avec la création littéraire, chassé-croisé entre vie et fiction qui s’enracine dans un mythe personnel : « Il fallait admettre que j’eusse le mythe en moi-même » (En Miroir), déclaration qui renvoie à un mythe obsédant, aux dépens d’un événement réel. Entre souvenirs dûment avérés et travail de symbolisation, l’écriture jouvienne se déploie, qui fait droit au rêve. C’est aussi pour faire droit à ce rêve jouvien et tenter de mieux le faire comprendre que nous évoquons les grandes dates de la vie, en les liant toujours à des choix intellectuels profondément ancrés dans le réel, mais aussi tributaires de l’imagination et du symbole. Après avoir évoqué une enfance triste et solitaire habitée de musique, une adolescence marquée par l’obsession de l’érotisme et de la culpabilité, nous retraçons les grandes lignes de l’engagement jouvien et la première œuvre (1909-1920), œuvre reniée, constituée de textes unanimistes et pacifistes, écrits sous l’influence de sa première femme Andrée Charpentier, agrégée d’Histoire, et de proches amis comme Jules Romains, Jean-Richard Bloch et surtout Romain Rolland. À partir de 1921, Jouve traverse une profonde crise affective et intellectuelle qui l’amène à renier, à quarante ans, la totalité de son œuvre antérieure. La grande rencontre est alors celle de la psychanalyste Blanche Reverchon, qui, « l’appelant et le nommant », telle la Béatrice de Dante, le guidera sur le chemin d’une nouvelle création : la « Vita Nuova ». Cette nouvelle œuvre est empreinte des influences conjointes de la psychanalyse et du mysticisme, Jouve traduisant Freud et lisant également les textes sacrés. C’est vraiment à partir de 1924, que Jouve commence sa nouvelle œuvre avec, entre autres, des recueils de poèmes aussi essentiels que Sueur de Sang, Noces ou Matière Céleste et des romans écrits de 1925 à 1935 comme Paulina 1880, Le Monde désert, Hécate et Vagadu, Dans les Années Profondes. Après 1935, l’écriture de la sueur et du sang dominée par le personnage d’Hélène (Lisbé), s’allège par son passage à travers le paysage imaginaire d’une « Chine intérieure », par la rencontre avec la femme-cygne, Yanick, et sous l’influence de Saint-John Perse, Claudel et Segalen. Elle touche, dans les recueils Diadème (1949) Ode (1950) et Langue (1952), à l’esthétique de l’absence dans une poétique du retrait et de la réticence. Après ce parcours à travers l’architecture de l’œuvre jouvienne, nous avons cherché à mettre en lumière un poète hanté par l’exigence et la rigueur formelles et reconnaissant ses grands intercesseurs (Hölderlin, Baudelaire ou Mallarmé), un critique d’art fasciné par la musique (Mozart, Berg, Malher) et, à la suite de Baudelaire, par la peinture (Delacroix, Meryon, Courbet, Sima, Balthus). Enfin, nous avons mis en exergue les intertextes sacrés, la lecture des mystiques, et le cheminement jouvien à travers la gnose, la théologie négative, la pensée du dieu caché. La quête philosophique garde également toute son importance à travers de grands textes philosophiques comme ceux de Schopenhauer ou encore de Kierkegaard, transmis au poète par le philosophe Jean Wahl. Le livre s’achève sur une chronologie de la vie et de l’œuvre et une bibliographie.

 

    The title already indicates our decision to further explore writing itself, the creative process rather than the purely biographical adventure. What seems essential is the inner woman, the Baudelairian woman in black, with her “desire to paint”, the woman who is integral to the poet’s unconscious. This does not stop us, in the particular exercise that the Aden biographies suggest, from weaving interconnections between life and writing. It is clear that biographical event retains its importance, allowing Jouve to write his first novel, Rencontre dans le carrefour, in which Jean Santelier has the role of lover, Claire incarnating the figure of the loved and lost woman, an image that will become an obsessive figure before blossoming into that of Hélène. This writing is thus deeply inspired by life events and a reality founded upon lived experience, but the story overall, in which the memory of the writer isanchored, also interferes with literary creation, a criss-crossing between life and fiction that is rooted in a personal myth: “I had to admit that I carried the myth within myself” (En miroir), a statement that refers to an obsessional myth, beyond any real event. Between duly acknowledged memories and symbolisation, Jouve’s writing unfolds giving full rights to dream. It is, too, to offer these rights and to better convey this, that we evoke the main moments of Jouve’s life, ever linking them to intellectual choices deeply anchored in reality but also stemming from imagination and symbol. After evoking a sad and solitary childhood filled with music, an adolescence marked by an obsession with eroticism and guilt, we retrace the essential elements of Jouve’s social engagement and his first works (1909-1920), later disowned, composed of unanimist and pacifist texts, written under the influence of his first wife, Andrée Charpentier, Historian “agrégée”, and that of close friends, Jules Romains, Jean-Richard Bloch and especially Romain Rolland. From 1921 on, Jouve goes through a deep emotional and intellectual crisis which brings him to a total denial of his earlier work, at age 40. At that time the major encounter is with the psychoanylist Blanche Reverchon, who, “calling and naming him”, like Dante’s Beatrice, will guide him along the path of new creation: La Vita Nuova. This new work is imbued with the fused influences of psychoanalysis and mysticism, Jouve translating Freud and also reading the sacred texts. It is from 1924 on that Jouve inaugurates his new writing with, among others, texts as fundamental as Sueur de sang, Noces or Matière céleste, and novels written between 1925 and 1935 such as Paulina 1880, Le Monde désert, Hécate et Vagadu, Dans les années profondes. After 1935, the writing of sweat and blood dominated by the character of Hélène (Lisbé) becomes less heavy via moving through the imaginary landscape of an “inner China”, via an encounter with the swan-woman, Yanick, and via the influence of Perse, Claudel and Segalen. This writing, in the collections Diadème (1949), Ode (1950) and Langue (1952), touches upon an esthetics of absence in a poetics of withdrawal and reticence. After this journey through the architecture of Jouve’s work, we seek to present a poet haunted by formal demands and rigour and recognising his great intercessors such as Hölderlin, Baudelaire or Mallarmé, an art critic fascinated by music (Mozart, Berg, Mahler) and, like Baudelaire, by painting (Delacroix, Meryon, Courbet, Sima, Balthus). Finally, we privilege the sacred intertexts, Jouve’s reading of the mystics, and his path through gnosis, negative theology, the thought of hidden divineness. Philosophical quest retains, too, all of its significance through the great texts of Schopenhauer or Kierkegaard, passed to the poet by Jean Wahl. The book closes with a chronology of the life and work and a bibliography.

TITRE/TITLE

2.

REFERENCE

"Proses de Pierre Jean Jouve", dans Colloque La Poésie en prose au XXe siècle, Fondation des Treilles, 26 septembre-1er octobre 2011, sous la direction de Peter Schnyder, Les Cahiers de la NRF, « Les Entretiens de la Fondation des Treilles », Paris, Gallimard, 2014, 499p., p. 194-216.

“Pierre Jean Jouve’s Proses”, in the Colloquium Prose Poetry in the 20th Century, The Treilles Foundation, 26 September-1st October 2011, directed by Peter Schnyder, Les Cahiers de la NRF, “Discussions at the Treilles Foundation”, Paris: Gallimard, 2014, 499 p., p.194-216.

RESUME/

 

 

 

 

SUMMARY

     Proses de Pierre Jean Jouve intervient très tardivement dans l’architecture de l’œuvre jouvienne, en 1960. Même s’il sera suivi, chronologiquement, de deux autres recueils, Moires (1962) et Ténèbres (1965), il constitue un accomplissement de la poétique jouvienne qui se présente comme parfaitement achevée ici dans cette forme particulière qu’est poème en prose. Il s’ouvre de façon significative par un poème à Hélène : « Retour chez Hélène » (II, p. 1195) qui, à la fois réminiscence et congé, représente un adieu, une épitaphe à la femme aimée, l’inspiratrice, qui s’est désormais transformée en mots, en œuvre et en processus créateur. Avec Proses, Jouve, qui a écrit Le Tombeau de Baudelaire, grave ici, à travers le tombeau d’Hélène et des illustres intercesseurs qui l’ont précédé dans la voie de la création, son propre tombeau, son testament dans lequel il rend un dernier hommage aux créateurs qui l’ont marqué et, dans un même mouvement, légitime sa création propre. L’ensemble jouvien est ainsi composé de 57 poèmes en prose et d’un poème en alexandrins qui constitue une sorte d’envoi à soi-même. Poème, dont le premier vers : « À moi qui cultivai contre cent impostures […] » (II, p. 1270) constitue un retour à soi après le passage par la reconnaissance des autres créateurs et qui rappelle que, dans l’édition des Œuvres de Baudelaire que lisait Jouve, les poèmes du Spleen de Paris s’achevaient également sur un épilogue en vers. Ce recueil jouvien incarne un moment exceptionnel de la création et met en lumière le procédé de réflexivité de l’écriture et ses liens avec d’autres processus de création, ceux de ses grands prédécesseurs ou de ses contemporains, écrivains ou artistes, comme Baudelaire, Rimbaud, Mallarmé, Sima, Balthus, Giacometti ou Mahler. Le poème en prose apparaît ici comme un concentré en même temps qu'une «devanture» de ce que la littérature fait, des compétences qu'elle met en œuvre, des opérations de reconnaissance auxquelles elle soumet la singularité des œuvres. Proses de Jouve constitue donc une œuvre bilan, une œuvre testamentaire, qui met en lumière les liens intertextuels forts de Jouve avec d’autres poètes ou artistes qui ont profondément marqué et influencé son propre travail. C’est un peu comme si ce recueil, exprimant tout ce qu’il doit aux autres créateurs, était écrit d’abord pour leur rendre justice, mais également pour apporter une validation à son œuvre propre et tenter de prouver qu’il a finalement su dépasser ceux qui ont été ses maîtres en création. La forme même du poème en prose semble se prêter à ce type de bilan sur le processus créateur, bilan qui fait le point aussi sur le plan formel puisque ce recueil est également le témoin d’un moment d’alchimie entre différentes formes adoptées jusque-là par Jouve, poèmes en vers libres, nouvelles ou romans. Proses, qui affiche le genre du poème en prose, permet ainsi, par sa forme même, d’établir une réflexion forte et achevée sur le processus de création et son lien à l’intertextualité mise en évidence dans chacun de ses textes. Ce recueil ne constitue pas, en effet, un tout autonome et fermé dont les éléments composent un système clos. Il présuppose un dialogue avec l’Autre, avec les autres créateurs. C’est l’élément d’un contrepoint qui établit dans le texte la présence de voix secondes destinées à ouvrir, au même titre que les souvenirs de l’existence personnelle, toute une profondeur de mémoire intertextuelle.

 

     Pierre Jean Jouve’s Proses, 1960,was a very late inclusion in the overall edifice of his work. Even though it was to be followed chronologically by two further collections, Watered Silk (Moires, 1962) and Twilight (Ténèbres, 1965), it constitutes a perfectly crafted cornerstone to the architecture of Jouve’s poetical works, using the specific form of the prose poem. Most significantly, it opens with a poem addressed to Helen: “Returning to Helen” (“Retour chez Hélène”, II, p. 1195), where he both dwells on the past and takes his leave, presents us with a farewell and an epitaph to a beloved woman and muse, henceforth transformed into language and literature, revealing the processes of creation. In Proses, Jouve, who had written a Tombstone for Baudelaire (Tombeau de Baudelaire), uses the tombstone for Helen and the tradition founded by the illustrious predecessors and intermediaries who had preceded him in this mode of creation, to engrave his own tombstone, a last will and testament in which he pays his last respects to the creative writers who have influenced him and, by the same token, legitimated his own creative production. Jouve’s poetic collection here is composed of 57 prose poems, and one poem in alexandrines which constitutes a kind of farewell to the self, a poem whose first line — “To myself who, when faced with a hundred impostures, created” — opens a return to the self after a passagethrough the recognition of other writers and artists, reminding us that in the edition of Baudelaire’s works that Jouve read, the poems of The Spleen of Paris  (Le Spleen de Paris) also culminated in a verse epilogue. This collection by Jouve incarnates an exceptional moment of creation and brings to light the process of reflexivity in his writing, together with its links with other styles of creation, those of his great predecessors or contemporaries, writers and artists like Baudelaire, Rimbaud, Mallarmé, Sima, Balthus, Giacometti and Mahler. The prose poem appears here as a quintessence, at the same time as a demonstration of how literature works, of the faculties that it sets in motion, of the mechanisms of recognition through which it generates the originality of a work. Jouve’s Proses thus constitutes a work which is a summing up, a funeral oration which highlights the strong intertextual links between Jouve and the other poets or artists who profoundly marked and influenced his own work. It is rather as if this collection, expressing everything that Jouve owes to other artists, was written in the first instance in order to pay due homage to them, but also to validate his own work and attempt to prove that he was finally able to move beyond those who were his creative masters. Thus the form of the prose poem seems to lend itself to this kind of summing up of the creative process, while also drawing conclusions on the formal plane, since this collection also exhibits an experience of alchemical interaction between the different forms adopted by Jouve’s poems in free verse, his short stories or his novels. Proses, which also, through its very form, stages the genre of the prose poem, allows him to indulge in a powerful and comprehensive reflexion on the process of creation and its connections with the intertextuality that is at work in all of his texts. This collection is indeed not a free-standing and self-centred whole whose elements would compose a closed system. It is one which presupposes a dialogue with other creators, with the ‘Other’. This is where the element of counterpoint comes into play, establishing in the text the presence of secondary voices which, alongside the memories of his personal life, share a common intent to open up new depths of intertextual memory

TITRE/TITLE

3.

REFERENCE

Béatrice Bonhomme(en collaboration avec Jacques Moulin et Tristan Hordé), James Sacré, Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, septembre 2010, Bruxelles, Revue L’Étrangère n° 29-30, Éditions La Lettre volée, 2012, 530 pages.

Béatrice Bonhomme (with Jacques Moulin and Tristan Hordé), James Sacré, Proceedings of the Cerisy-la-Salle Colloquium september 2010, Brussels: journal L’Étrangère n° 29-30: La Lettre volée, 2012, 530 pages.

RESUME/

 

 

 

 

 

 

SUMMARY

     Le poème est-il cette chose étrange, déceptive, alliée au mouvement général de la vie, naissance et mort conjointes ? L’écriture du poème est-elle, chez James Sacré, incessante interrogation de l’acte d’écrire, chahuté par une grammaire en mouvement dans une synchronie des contraires ? Ce sont ces questions que se pose cet ouvrage dédié à l’étude de l’œuvre poétique de James Sacré. Pas de vérité définitive quant à une hypothétique essence de la poésie. Plutôt énergie et désir, circulation du sens, échange et partage, façon de nouer et de dénouer. La poésie, pour cet auteur, n’est ni idéalité dont il pourrait y avoir science, ni absolu à vénérer, elle est une réalité contingente, un écho prosaïque de l’existence, énonciation qui tire de son peu d’assurance la force de faire jaillir au plus vif l’étrangeté du réel le plus anodin. Dans ses textes, James Sacré cherche plutôt à aller vers des choses qu’il qualifie de pauvres, mièvres ou maladroites, pour défaire ce qui est rutilant ou trop sonore. Les mots de James Sacré semblent pris dans le risque, risque d’une parole tremblée, délibérément gauche et comme engourdie, étrange accent d’enfance, hors du temps. Du mal dire aux balbutiements du cœur, l’enfance est là, convoquée comme évoquée, pour installer dans la langue le lieu natal, celui de Cougou en Vendée. Frotter son français à l’allure orale du patois, entre temps des champs et temps des villes, c’est comme une nouvelle langue où l’oralité se mêle d’enfance poitevine et paysanne. Chez James Sacré, l’expression s’attache aussi à ce qui a été souvent considéré comme le domaine privilégié du lyrisme : le territoire de l’intime. Écrire n’est pourtant pas donner libre cours à un sentimentalisme niais, mais renouer avec le natal, l’intime demeuré énigme, l’altérité, cette part d’énigme étant aussi au cœur du rapport poétique à la langue et alliant d’une certaine façon le lyrique et le littéral. Ce lien entre lyrique et littéral, sans exclusion, fait la grande originalité de James Sacré dans le paysage poétique contemporain. Un poème est aussi une façon d’écrire qui met l’accent sur le maniement même des formes de la langue, il constitue une sorte d’étreinte plus étroite avec la matérialité du langage. D’où l’importance d’une écriture manuelle où l’on sente la main faire. Les gestes d’écrire, ce qui laisse des traces, l’encre qu’on voit sur le papier. Le poème, par ses « gestes » de mots, se mêle aux gestes du vivant, la langue se frotte au vivant, rencontre tout un dictionnaire vivant. Les différents chapitres de ce livre cherchent ainsi à mettre en perspective les diverses facettes de la création et de saisir dans l’œuvre ce « presque rien qui bouge », la fuite des choses et du temps, le temps qui fait son œuvre de poussière, mais révèle aussi la résistance tenace des « gestes » de la langue. Les parties du livre s’organisent ainsi : Art poétique : Transports et relation ; Une langue du tremblement ; Les mots et les noms ; Travail sur la langue ; Figures du récit  / Rencontres avec l’autre : L’Orient, l’Extrême-Orient, les États-Unis ; Personnages de l’œuvre ; La Nature et le vivant. Ces problématiques fédératrices sont souvent enrichies d’analyses philosophiques et linguistiques, à travers le geste spinoziste ou les catégories de Charles Sanders Peirce. L’ouvrage constitue, à ce jour, le plus important ensemble critique sur l’œuvre de James Sacré et comporte une bibliographie exhaustive.

 

     Is the poem that strange, deceptive thing, linked to the general movement of life, where birth and death conjoin? Is the writing of a poem, in James Sacré’s work, a ceaseless questioning of the act of writing, buffeted by an unstable grammar shifting within some synchrony of opposites? These are the questions that this study devoted to the poetical work of Sacré asks. No definitive truth as to whether there is some hypothetical essence of poetry. Rather energy and desire, the circulation of meaning, exchange and sharing, ways of pulling things together and unravelling them. Poetry for Sacré is neither an ideal which might be knowable, nor an absolute to be venerated; it is a contingent reality, a prosaic echo of existence, an enunciation which draws from the depths of its insecurity the strength to tap the most urgent springs hidden within the most humdrum reality. In his texts, Sacré seeks rather to welcome things deemed impoverished, mawkish or clumsy, in order to undo what is too glamorous or sonorous. Sacré’s words seem caught up in risk, that of quavering speech, deliberately awkward and almost numbed, the strange accents of a timeless childhood. From clumsy speech to the stutterings of the heart, childhood is summoned and evoked in order to insert within language a native place, that of Cougou in the Vendée. Rubbing his French up against the oral styles of his patois, between the rhythms of the fields and the tempo of the city, he creates a new language in which the oral mode is infused with the idioms of a childhood spent in the Poitou countryside. In Sacré’s poetry expression also involves what is often held to be the privileged domain of lyricism: the realm of the intimate. Yet to write is not to give free rein to a silly sentimentalism, but to reconnect with what is native, what is intimate but still enigmatic, what is “Other”, for this element of enigma is also at the heart of the poetic relationship to language, and, in a sense, fuses the lyrical with the literal. This non-exclusive linkage constitutes the great originality of Sacré in the contemporary poetic landscape. A poem is also a manner of writing accentuating the very manipulation of language’s forms. It constitutes a kind of tighter embrace of language’s material substance. Hence the significance of a manual writing where we feel the hand itself at work. The gestures of writing, the traces it leaves, the ink one sees on the paper. The poem uses the gestures of its words to participate in the gestures of living, language caresses the living, encounters a whole living dictionary. The various chapters of this book thus seek to give perspective to the diverse facets of creation, and to grasp in the œuvre something that is ‘almost nothing, and yet is stirring’, the elusive passage of things and time, time accomplishing its dusty work but also revealing the tenacious resistance of gestures performed within and by language. The book is organised into the following sections: An “Ars Poetica”: Transfers and Relationships; A language of quavering; Words and Names; Working with Language; Figures of Narrative / Encounters with the Other: The East, the Far East, the United States; The Characters in the work; Nature and the Living. These inter-related investigations are often enriched with philosophical and linguistic analyses, via Spinoza’s forms or Peirce’s categories. The book constitutes the most significant critical work on James Sacré to date, and offers an exhaustive 

bibliography.

TITRE/TITLE

4.

REFERENCE

Béatrice Bonhomme,Josiane Rieu, Aude Préta-de Beaufort, Hélène Baby.Échos poétiques de la Bible,Paris, Éditions Honoré Champion, 2012, 752 pages

Béatrice Bonhomme, Josiane Rieu, Aude Préta-de Beaufort, Hélène Baby. Poetical Echos of the Bible, Paris: Honoré Champion, 2012, 752 pages.

RESUME/

 

 

 

 

SUMMARY

    L e présent volume réunit les actes du colloqueÉchos poétiques de la Bible, qui s’est tenu à Nice et à Paris du 14 au 19 Juin 2010. Ce colloque, organisé par le Centre Transdisciplinaire d’Épistémologie de la Littérature et des Arts vivants de L’Université de Nice-Sophia Antipolis et l’Équipe d’accueil Littérature Française xixe-xxie siècles de L’Université de Paris IV-Sorbonne, s’est proposé de réfléchir sur la création poétique dans sa relation avec les textes bibliques, en articulant deux grandes périodes de l’Histoire littéraire trop souvent dissociées : l’une qui va de l’Antiquité au xixe siècle, et l’autre du xxe siècle à l’époque contemporaine. Nous avons souhaité ouvrir un espace de dialogue entre des univers poétiques espacés de plusieurs siècles. À cet égard, la poésie contemporaine, où la présence de l’intertexte biblique est peut-être moins connue, méritait une attention particulière. L’ouvrage rend ainsi compte de ces deux volets, de manière à engager le lecteur vers des rapprochements inédits, tout en respectant la spécificité d’univers de représentation distincts où la question se pose selon des contextes et des enjeux chaque fois différents. Les relations entre la poésie et le texte biblique apparaissent ainsi exemplaires, révélatrices des grands questionnements sur la création, sur le pouvoir du langage, sur la présence/absence du sacré, qui hantent de diverses manières les démarches poétiques. D’un bout à l’autre de cet ample parcours chronologique, le dialogue de la poésie et du texte biblique constitue un lieu révélateur de la relation que l’homme entretient avec son propre langage et avec ce qui, au-delà de tout texte, excède le langage et l’attire.Les Échos poétiques de la Bible cherchent aussi à rendre compte des phénomènes de résonances intertextuelles qui caractérisent l’écriture poétique, et rejoignent aussi la tradition biblique la plus originelle, selon laquelle les textes sont organisés pour se répondre sans cesse et répercuter la parole au-delà de tout langage.

     Table des matières de l’ouvrage : Première section : De l’Antiquité au xixsiècle. Première partie – Mystique et création poétique / Deuxième partie – Réécritures : entre fidélité et tension / Troisième partie – Perspectives génériques et lyriques / Seconde section : xxe-xxisiècles. Première partie – Ce que la Bible dit de la poésie / Bible et poésie chez quelques grands aînés / Deuxième partie – Poètes du Livre / Troisième partie – Anges et « réfractaires » / Quatrième partie – Au croisement de la Bible et de la psyché / Cinquième partie – Perspectives comparatistes.

 

     The present volume gathers together the acts of the colloquium Échos poétiques de la Bible, held in Nice and Paris, 14-19 June, 2010. This colloquium, organised by the Transdisciplinary Centre for the Epistemology of Literature and Living Arts of the University of Nice and the French Literature of the 19-21 Centuries Team at the University of Paris IV-Sorbonne, proposed a reflection on poetical creation in its relation to biblical texts, conjoining two great periods of literary history all too often dissociated from one another: antiquity to the 19th century, on the one hand, and on the other 20th century to the contemporary period. We wished to open up a place of dialogue between poetic universes of several centuries. In this regard, contemporary poetry, in which the biblical intertext is perhaps less known merited particular attention. The work this takes account of these two elements in such a way as to involve the reader in original meldings whilst respecting the specificity of distinct universes of representation in which questions are asked according to contexts and factors ever varying. The relationships between poetry and biblical text thus seem exemplary, revealing considerable issues of creativity, the power of language, presence/absence of the sacred, issues which still haunt poetic approaches in diverse ways. Form one end of this vast chronological journeying to the other, the dialogue between poetry and biblical text constitutes a revealing place of human relationship with language and with what, beyond all textuality, is in excess of language and yet attracts it. Échos poétiques de la Bible also seeks to take account of the phenomena of intertextual resonance characterising poetic writing and links up with the earliest biblical tradition whereby texts are organised in order to endlessly speak to one another and echo the word beyond language.

     Contents : First Section: from Antiquity to 19st Century: pt 1: Mysticalism and poetic creativity / pt 2: Rewriting: between faithfulness and tension / pt 3: Generic and lyrical perspectives // Second Section: 20th century to the contemporary period: pt 1: What the Bible says about poetry. Bible and poetry in some great presdecessors / pt 2: Poets of the Book / pt 3: Angels and “refractories” / pt 4: At the crossroads of Bible and the psyche / pt 5: Comparative perspectives 

TITRE/TITLE

5.

REFERENCE

Béatrice et Lucile Gaudin-Bordes, "La rédification des contes dans Chants populaires de Philippe Beck", p.36-64, in Philippe Beck, un chant objectif aujourd'hui, Colloque international de Cerisy, 26 août-2 septembre 2013, Dir. Isabelle Barbéris, Gérard Tessier, 2dition Corti, 2014, 576p. onhomme, Pierre Jean Jouve ou la quête intérieure, Biographie de Pierre Jean Jouve, Paris, Éditions Aden, 2009, 445 pages.

Béatrice Bonhomme and Lucile Gaudin-Bordes, “The re-edification of the Folk Tale in Philippe Beck’s Songs for the People”, p. 36 -64, in Philippe Beck, an Objective Song for Today, International Colloquium at Cerisy, 26 August-2 September 2013, Éd. Isabelle Barbéris, Gérard Tessier: Édition Corti, 2014, 576 pages.

RESUME/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SUMMARY

     Après un ouvrage antérieur Poésies didactiques en 2001, Chants populaires (paru chez Flammarion en 2007) réaffirme, en une pensée forte et sobre, cette volonté de revisiter les contes et leur teneur mythique éparpillée. Avec la récriture versifiée de 72 contes des frères Grimm, Philippe Beck replace, au centre de la poésie contemporaine, la poésie didactique en la liant à la forme, et renoue de façon originale avec les contes des Grimm, qui constituent un tissu traditionnel commun ayant nourri notre enfance, bercé nos espoirs, arrimé nos désillusions avec « l’envie de percer le secret de la vie commune à la fois menacée et dangereuse, périlleuse deux fois, où les humains dorment éveillés, s’agitent, et se réveillent dans le temps » (Philippe Beck, L’impersonnage). Héritage et recréation : « La lecture des vers de Philippe Beck produit un effet d’étrangeté et en même temps d’habitude mentale. Nous sommes, pour ainsi dire, séduits par ce nouveau déjà connu » (Jean-François Bory). Ouvrage qui rouvre une perspective « dont les parallèles infinis sont le double miroir où revivent nos histoires, nos légendes, nos masques et les mythes qu’ils gravèrent pour donner naissance à notre mémoire » (Yves Boudier). Comme le dit Jacques Rancière : « C’est une écriture qui se met dans les traces d’une autre ». Les poèmes prennent pour point de départ des contes universellement connus et s’inscrivent dans une récriture. « Comment imaginer des vers nouveaux qui ne renient pas le meilleur des anciens ? » s’interroge Yves di Manno. Avec cette rédification des contes, croisement entre modernité et tradition, admiration profonde pour les grandes œuvres du passé et caractère novateur, ouverture de voies nouvelles, l’ancien devient le moderne qui scintille comme passé inépuisé. « Rédification » est issu du latin aedificare construire, bâtir, élever qui ne se dit d’ailleurs qu’en parlant d’ouvrages, de monuments considérables, ou bien d’une œuvre nouvelle, d’une théorie. Sens premier donc de « construire ». Le sens d’ «instruire pleinement », de porter à la vertu, ou encore d’éclairer, de renseigner vient secondairement. Le composé « réédifier » date du xiiie (d’après le latin de basse époque reaedificare, réédification étant avéré dès 1296). Rédifier introduit, en même temps, l’idée de nouveauté, de création de quelque chose de nouveau à partir de l’ancien. Ce terme, presque un néologisme, « raidifier », comme l’explique Jean-Luc Nancy, raideur et rudesse, contient donc en lui les sens de construction, d’architecture, action d’édifier, de construire un édifice, mais aussi celui d’instruction et d’édification morale, d’éducation, ou de perfectionnement. La forme fondatrice du conte, que personne n’ose plus toucher, la doxa, est ainsi remise en mouvement, en circulation dans notre contemporain : « Chant populaire comme “Chant d’après”, chant qui se jette en avant du passé rouvert » (Gérard Tessier et Tim Trzaskalik). C’est véritablement une reprise, au sens où Kierkegaard l’entend, lui pour qui le ressouvenir est un vêtement au rebut. Si beau soit-il, il ne va plus, parce qu’on a grandi et qu’il est devenu trop petit. La reprise est un vêtement inusable, assoupli et fait au corps : il ne gêne ni ne flotte. La reprise ne fige donc pas l’œuvre dans une nostalgie sclérosante, mais au contraire projette en avant l’héritage qu’elle a reçu. L’œuvre se dédouble et entame un dialogue fécondant avec elle-même. Le geste de reprise permet au texte ainsi réinvesti, de se redéployer sans fin. Dans une forme figée, pétrifiée, l’avenir du sens ne pourrait se dégager, il faut donner un nouvel horizon à la forme et au sens et c’est seulement en cassant la coquille du conte, en rompant la coque formelle, que l’on pourra dégager quelque chose, un jaune ou un jus, qui ne s’est peut-être pas encore exprimé jusqu’ici : « Il s’agit bien ici de manger et de digérer la matière, afin d’extirper l’âme qui y est enclose » (Guillaume Asselin), de réinventer l’esprit avec des moyens modernes, avec la conscience de faire partie d’une lignée, d’un héritage. L’étude des formes du passé alimente une réflexion tournée vers l’avenir et cela induit, bien entendu, une réinvention prosodique et de nouvelles manières de composer, que cet article met en lumière dans une analyse qui s’ancre à la fois dans l’Histoire littéraire et la stylistique autour des quatre gestes fondamentaux de Philippe Beck : revisiter le passé par l’écriture, citer, faire sens et articuler vers une communauté.     Table des matières de l’ouvrageAprès un ouvrage antérieur Poésies didactiques en 2001, Chants populaires (paru chez Flammarion en 2007) réaffirme, en une pensée forte et sobre, cette volonté de revisiter les contes et leur teneur mythique éparpillée. Avec la récriture versifiée de 72 contes des frères Grimm, Philippe Beck replace, au centre de la poésie contemporaine, la poésie didactique en la liant à la forme, et renoue de façon originale avec les contes des Grimm, qui constituent un tissu traditionnel commun ayant nourri notre enfance, bercé nos espoirs, arrimé nos désillusions avec « l’envie de percer le secret de la vie commune à la fois menacée et dangereuse, périlleuse deux fois, où les humains dorment éveillés, s’agitent, et se réveillent dans le temps » (Philippe Beck, L’impersonnage). Héritage et recréation : « La lecture des vers de Philippe Beck produit un effet d’étrangeté et en même temps d’habitude mentale. Nous sommes, pour ainsi dire, séduits par ce nouveau déjà connu » (Jean-François Bory). Ouvrage qui rouvre une perspective « dont les parallèles infinis sont le double miroir où revivent nos histoires, nos légendes, nos masques et les mythes qu’ils gravèrent pour donner naissance à notre mémoire » (Yves Boudier). Comme le dit Jacques Rancière : « C’est une écriture qui se met dans les traces d’une autre ». Les poèmes prennent pour point de départ des contes universellement connus et s’inscrivent dans une récriture. « Comment imaginer des vers nouveaux qui ne renient pas le meilleur des anciens ? » s’interroge Yves di Manno. Avec cette rédification des contes, croisement entre modernité et tradition, admiration profonde pour les grandes œuvres du passé et caractère novateur, ouverture de voies nouvelles, l’ancien devient le moderne qui scintille comme passé inépuisé. « Rédification » est issu du latin aedificare construire, bâtir, élever qui ne se dit d’ailleurs qu’en parlant d’ouvrages, de monuments considérables, ou bien d’une œuvre nouvelle, d’une théorie. Sens premier donc de « construire ». Le sens d’ «instruire pleinement », de porter à la vertu, ou encore d’éclairer, de renseigner vient secondairement. Le composé « réédifier » date du xiiie (d’après le latin de basse époque reaedificare, réédification étant avéré dès 1296). Rédifier introduit, en même temps, l’idée de nouveauté, de création de quelque chose de nouveau à partir de l’ancien. Ce terme, presque un néologisme, « raidifier », comme l’explique Jean-Luc Nancy, raideur et rudesse, contient donc en lui les sens de construction, d’architecture, action d’édifier, de construire un édifice, mais aussi celui d’instruction et d’édification morale, d’éducation, ou de perfectionnement. La forme fondatrice du conte, que personne n’ose plus toucher, la doxa, est ainsi remise en mouvement, en circulation dans notre contemporain : « Chant populaire comme “Chant d’après”, chant qui se jette en avant du passé rouvert » (Gérard Tessier et Tim Trzaskalik). C’est véritablement une reprise, au sens où Kierkegaard l’entend, lui pour qui le ressouvenir est un vêtement au rebut. Si beau soit-il, il ne va plus, parce qu’on a grandi et qu’il est devenu trop petit. La reprise est un vêtement inusable, assoupli et fait au corps : il ne gêne ni ne flotte. La reprise ne fige donc pas l’œuvre dans une nostalgie sclérosante, mais au contraire projette en avant l’héritage qu’elle a reçu. L’œuvre se dédouble et entame un dialogue fécondant avec elle-même. Le geste de reprise permet au texte ainsi réinvesti, de se redéployer sans fin. Dans une forme figée, pétrifiée, l’avenir du sens ne pourrait se dégager, il faut donner un nouvel horizon à la forme et au sens et c’est seulement en cassant la coquille du conte, en rompant la coque formelle, que l’on pourra dégager quelque chose, un jaune ou un jus, qui ne s’est peut-être pas encore exprimé jusqu’ici : « Il s’agit bien ici de manger et de digérer la matière, afin d’extirper l’âme qui y est enclose » (Guillaume Asselin), de réinventer l’esprit avec des moyens modernes, avec la conscience de faire partie d’une lignée, d’un héritage. L’étude des formes du passé alimente une réflexion tournée vers l’avenir et cela induit, bien entendu, une réinvention prosodique et de nouvelles manières de composer, que cet article met en lumière dans une analyse qui s’ancre à la fois dans l’Histoire littéraire et la stylistique autour des quatre gestes fondamentaux de Philippe Beck : revisiter le passé par l’écriture, citer, faire sens et articuler vers une communauté.

 

     After a previous work, Poésies didactiques (Didactic Poetry), in 2001, a new work — Chansons populaires (Songs for the People), published by Flammarion in 2007 — reaffirms Beck’s profound and thoughtful intentions in his drive to review the folk tale, with its peacock’s train of myth. By rewriting in verse 72 tales written by the brothers Grimm, Philippe Beck relocates didactic poetry at the heart of contemporary poetry, and his formal revision re-engages in an original way with the Grimms’ tales, which form part of the traditional common heritage which nourished our childhood, cradled our hopes and grounded our disillusionment, with his “desire to penetrate the secrets of our communal life, which is both threatened and dangerous, imperilled and perilous, where men sleep with their eyes wide open, briefly toss and turn, then wake with a start, to find themselves inhabiting this temporal world” Philippe Beck, L’Impersonnage (Impersonification). We find both inherited tradition and creative play: “Reading Philippe Beck’s verse produces a strange effect of distancing, and yet a sense of mental familiarity. We are, so to speak, seduced by this new ‘old story’ ” (Jean-François Bory). It is a work that opens new perspectives “whose infinite parallels frame the two-way mirror which revives our history, our legends and our masks, with the myths that they reflect, giving birth to our memory” (Yves Boudier). As Jacques Rancière says: “It is a kind of writing that follows the script of another hand”. The poems take as their starting point the best known, most universal tales. The poems inscribe a new style of rewriting. “How can we invent new verse without denying the best of the old?”, asks Yves di Manno. With this re-edification of the tales, mingling modernity with tradition, mingling a profound admiration for the great works of the past with innovative practice opening out onto new horizons,the old becomes the modern, resplendent with all the unplumbed depths of its past. “Rédification” (“Re-edification”) is derived from the Latin aedificare, to construct, to build, to erect what has tended to be said elsewhere only when people discuss works because they are considerable monuments, or new works or theories. Its first sense, then, is to construct. A secondary sense is to “fully edify” to render virtuous, or to enlighten, or inform. The compound word “réédifier” (“re-edify”) dates from the 13th century (from the late Latin reaedificare, with “ré-édification” (“re-edification”) attested as early as 1296. Re-edification also introduces the idea of renewal, of the forging of something new out of the old. This term has tempted Jean-Luc Nancy to create a neologism, “raidifier” (“erectify”), which, according to him, would imply rigour and discipline, combining the sense of architectural construction, the act of building an edifice, with that of instruction and moral character-building or improvement. The fundamental, given form of the tale, that nobody dared alter, the doxa, is thus brought into motionand to led to circulate in our contemporary world. “The Song for the People becomes the Song for the Future, a song opening the way for a renovated past” (Gérard Tessier and Tim Trzaskalik). It is truly a renovationin the sense intended by Kierkegaard, who argued that memories merely recollected are as useless as garments repatched. However carefully darned, they won't fit, because we have grown, and they have shrunk. Renovation weaves a durable cloak, neither too tight nor too loose. Thus renovation does not fix the work in a sclerotic nostalgia, but on the contrary projects into the future the inheritance that it bears. The work becomes reduplicated, and engages in a fertile dialogue with itself. The process of renovation allows the text thus reinvented to redeploy itself endlessly. If left in a fixed, petrified form, the future of meaning could not emerge; we have to offer new horizons to its form and its sense, and it is only by breaking the shell of the tale, breaking its formal bounds, that we are able to draw something forth, a yolk or a juice, which has perhaps never been expressed before: “What happens here is clearly a process of consuming and digesting a substance, in order to extract the soul which is hidden within it” (Guillaume Asselin), that is, to reinvent our minds and spirits in a modern idiom, while still remaining aware of continuinga lineage, a heritage. The study of the forms of the past nourishes a reflexion turned towards the future, and that, of course, implies a reinvention of prosody, and new modes of composition, which this article brings to light though an analysis rooted both in Literary History and in the stylistics of Philippe Beck’s four fundamental moves: to revisit the past in writing, to quote it, to make sense of it, and to articulate it towards a community.

 

 

 

LISTE DES TRAVAUX ET DES PUBLICATION/PERSONAL BIBLIOGRAPHY

 

I. - OUVRAGES DE CRITIQUE LITTÉRAIRE

 

1. Béatrice Bonhomme, La Mort Grotesque chez Jean Giono, (Préface de Jacques Chabot), Paris, Éditions Nizet, décembre 1995, 192 pages. 

2. Béatrice Bonhomme, Jeux de la Psychanalyse, Initiation et Images de la femme dans l’Écriture jouvienne, Paris, Éditions Minard, Lettres Modernes, Archives des Lettres Modernes, 1994, 129 pages.

3. Béatrice Bonhomme, Le Roman au xxe siècle à travers dix auteurs (de Proust au Nouveau Roman), (Préface de Raymond Jean), Paris, Éditions Ellipses, 1996, 205 pages.

4. Béatrice Bonhomme, La Condition Humaine de Malraux, Paris, Éditions Ellipses, 1996, 113 pages.

5. Béatrice Bonhomme, Jean Giono, Collection Mentor, Paris, Éditions Ellipses, 1999, 125 pages.

6. Béatrice Bonhomme, Salah Stétié en miroir, Amsterdam-Atlanta, Éditions Rodopi, 2000, 80 pages.

7. Béatrice Bonhomme, Le Nu bleu, Essai, Coaraze, Éditions L’Amourier, 2001, 50 pages.

8. Béatrice Bonhomme, Les Rondes, chansons et comptines enfantines, Essai, Nice, Éditions Nu(e), 2005, 104 pages.

9. Béatrice Bonhomme, Mémoire et chemins vers le monde dans la poésie contemporaine, Tome 1, Colomars, Éditions Melis, septembre 2008, 212 pages.

10. Béatrice Bonhomme, Pierre Jean Jouve ou la quête intérieure, Biographie de Pierre Jean Jouve, Paris, Éditions Aden, 2009, 445 pages.

 

II. - DIRECTION ET ÉDITIONS SCIENTIFIQUES D'ACTES DE COLLOQUES

 

1. Anna Jaubert, Béatrice Bonhomme, Don Juan, Actes du colloque Don Juan, 12 mars 1994, Université Nice-Sophia Antipolis, Nice, Publications de la Faculté des Lettres, 112 pages

2. Béatrice Bonhomme, Christiane Blot-Labarrère, Pierre Jean Jouve, Actes du colloque international, 24-26 novembre 1994, Université de Nice-Sophia Antipolis, Lille, Éditions Roman 20/50, 293 pages.

3. Béatrice Bonhomme, André Malraux, Actes du colloque André Malraux, 15 mars 1996, Université Nice-Sophia Antipolis Nice, Publications de la Faculté des Lettres, 88 pages.

4. Béatrice Bonhomme, Jacques Chabot, Giono autrement, L’Apocalyptique, le panique, le dionysiaque, Actes du colloque Jean Giono, Anniversaire du centenaire, mars 1995, Aix en Provence, Publications de l’Université de Provence, 117 pages.

5. Béatrice Bonhomme, Un Divertissement royal d’après Jean Giono, Actes du colloque Jean Giono, Université Nice-Sophia Antipolis, mars 1996, Nice, Publications de la Faculté des Lettres, 125 pages.

6. Béatrice Bonhomme, Michel Erman, Claude Simon, Actes du colloque Claude Simon, Université Nice-Sophia Antipolis, Dijon, Éditions Le Texte et l’Édition, 1998, 136 pages.

7. Béatrice Bonhomme, Samuel Beckett, Actes du colloque Samuel Beckett, Université de Nice-Sophia Antipolis, 26 janvier 1999, Nice, Publications de la Faculté des Lettres, réédition en ligne Loxias (Revel) 2010, 98 pages.

8. Béatrice Bonhomme, André Tosel, La Philosophie du xxe siècle et le défi poétique, Paris, Revue Noésis, Diffusion-Distribution Jean Vrin, 2004, 170 pages.

9. Béatrice Bonhomme, Françoise Armengaud, André Verdet, le pur espace poésie, Paris, Éditions L’Harmattan, 2004, 148 pages.

10. Béatrice Bonhomme, Odile Gannier, Le Genre de la revue littéraire, Université de Nice-Sophia Antipolis, Publication en ligne, Loxias (Revel), 2004.

11. Béatrice Bonhomme, Micéala Symington, Le Rythme dans la poésie et les arts. Interrogation philosophique et réalité artistique, Paris, Éditions Honoré Champion, 2005, 409 pages.

12. Béatrice Bonhomme, Micéala Symington, Sylvie Puech, Le Trait : langue, visage, paysage. De la lettre à la figure, Paris, Éditions L’Harmattan, avril 2007, 2 tomes, dont 1 consacré à la publication de textes poétiques, l’autre à des contributions critiques, 401 + 192 pages.

13. Béatrice Bonhomme, Micéala Symington, Le Rêve et la ruse dans la traduction de poésie, Paris, Éditions Honoré Champion, octobre 2007, 380 pages.

14. Béatrice Bonhomme, Micéala Symington, Libres horizons. Pour une approche comparatiste, Collection « Lettres francophones. Imaginaires », Paris, Éditions L’Harmattan, janvier 2008, 487 pages.

15. Laure Michel, Patrick Quillier, Béatrice Bonhomme, Frédéric Jacques Temple ou l’aventure de vivre, Université de Nice-Sophia Antipolis, Publication en ligne Loxias, (Revel), 2008 ; ré-édition par Colette Camelin, Poitiers, Revue de La Licorne, 2010, 213 pages.

16. Béatrice Bonhomme, Jean-Yves Masson, Pierre Jean Jouve, Poète européen, Collection « Les Cahiers Jouve » n° 1, Paris, Éditions Calliopées, octobre 2009, 277 pages.

17. Béatrice Bonhomme, Serge Martin, Jacques Moulin, Avec les poèmes de Bernard Vargaftig, Actes du colloque de Cerisy-la-salle juillet 2008,Vallongues, Méthode ! Revue de Littérature n° 15, janvier 2009, 190 pages.

18. Béatrice Bonhomme, Intégrités et Transgressions de Pierre Jean Jouve, Actes du colloque Cerisy-la-Salle 2007, Collection « Les Cahiers Jouve » n° 2, Paris, Éditions Calliopées, octobre 2010, 278 pages.

19.  Sylvie Ballestra-Puech, Béatrice Bonhomme, Philippe Marty,Musées de mots. L’héritage de Philostrate dans la littérature occidentale, Genève, Éditions Droz, 2010, 250 pages.

20. Béatrice Bonhomme, Odile Gannier, Francis Ponge et la robe des choses, Paris, Éditions L’Harmattan, 2011, 274 pages.

21. Josiane Rieu, Béatrice Bonhomme, Aude Préta-de Beaufort, Hélène Baby, Échos poétiques de la Bible, Paris, Éditions Honoré Champion, 2012, 752 pages.

22. Béatrice Bonhomme, Jacques Moulin, Tristan Hordé, James Sacré, Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, septembre 2010, Revue L’Étrangère n° 29-30, Bruxelles, Éditions de La Lettre volée, 2012, 530 pages.

23. Béatrice Bonhomme, Aude Préta-de Beaufort, Jacques Moulin, Dans le feuilletage de la terre, sur l’œuvre poétique de Marie-Claire Bancquart, Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, septembre 2011, Oxford,Éditions Peter Lang, 2012, 529 pages.

24. Béatrice Bonhomme, Jean-Pierre Triffaux, Christine Di Benedetto, Babel revisité, l’intervalle d’une langue à l’autre, du texte à la scène, Paris, Éditions L’Harmattan, 2012, 288 pages.

25. Cristina Pirvu, Béatrice Bonhomme, Dumitra Baron, Traversées poétiques de la littérature et des langues, Paris, Éditions L’Harmattan, 2013, 700 pages.

26. Béatrice Bonhomme, Hervé Bosio, La Revue Nu(e), 10 entretiens sur la poésie actuelle, Bruxelles, Éditions de la Lettre Volée, 2013, 145 pages.

27. Béatrice Bonhomme, Tristan Hordé, Jude Stéfan, le festoyant français, Actes du colloque de Cerisy, septembre 2012, Paris, Éditions Honoré Champion, 2014, 304 pages.

28. Béatrice Bonhomme, Gabrielle Althen, Et la lumière a ri, Nice, Editions de la Revue Nu(e), 2013, 232 pages

29. Béatrice Bonhomme, Gabriel Grossi, La poésie comme espace méditatif ?, à paraître, Paris, Éditions Garnier, 2015, 300 pages.

30. Béatrice Bonhomme, Christine Di Benedetto, Filomena Iooss, Jean-Pierre Triffaux, Babel aimée, La choralité d’une performance à l’autre, du théâtre au carnaval, à paraître, Paris, Éditions L’Harmattan, 2014.

31. Marie Joqueviel-Bourjea, Béatrice Bonhomme, Serge Bourjea, René Despestre, Le soleil devant, à paraître, Paris, Éditions Hermann, 2015.

 

III. DIRECTION DE LA REVUE NU(E)

 

57 numéros qui constituent des dossiers de recherche sur la poésie contemporaine et comprennent environ 250 pages. Je ne cite ici que 5 numéros représentatifs de ce travail.

Directions et Rédactions : Béatrice Bonhomme, Hervé Bosio.

 

NU(e) 5 (1995) - Jacques Réda

• Entretien avec Claude-Pierre Perez. Textes de Christian Jacomino, Marie-Hélène Cotoni, Laurent Fourcaut, Olympia Alberti, David Chaumat, Gabrielle Althen, Philippe. Raymond Thimonga, Gilbert Casula, Claudine Mussawir, Albert Borgel. Illustrations de Gérard Serée.

 

NU(e) 8 (1996) - Michel Deguy

• Entretien entre Michel Deguy, Arnaud et Maud Villani. Textes de Olivier Apert, Yves Charnet, Jung N. Woo, Jean-Marie Gleize, Jalel El Gharbi, Christopher Elson, Arnaud et Maud Villani, Jacques Kober, Jean-Paul Chague. Photographies : S.Bassouls/Sygma et Ambre Nolen.

 

NU(e) 10 (mars 1999) - Michel Butor

• Textes inédits de Michel Butor. Textes de Raphaël Monticelli, Henri Meschonnic, Marie-Claire Bancquart, Alain Suied, Jacques Ancet, Franck Smith, Cédric Demangeot, Cécile Miguel, Franck Smith, Gilles Ortlieb, Pierre Schroven, Lionel Verdier, François Laur, Saïd Dib, Philippe Marty, Pierre Parlant, Jean-Paul Woodall, Jean-Luc Bayard, Laurent Fourcaut, Christian Arthaud, Dominique Maingueneau, Marie-France Lucas, Pouchkine adapté par Claude Ernoult, Philippe Raymond-Thimonga, Pierre Grouix…

 

NU(e) 20 (juin 2002) - Mahmoud Darwich

• Avant-dire : Gilles Ladkany et Pierre Grouix. Prologue Gilles Ladkany. Textes de Mahmoud Darwich. Entretien avec Farouk Mardam-Bey. Entretien avec Gilles Ladkany. Jean-Michel Maulpoix, Bernard Mazo, Khadim Jihad Hassan, Richard Robert, Saloua Ben Abda, Jean-Louis Ferrignaud, Marc Kober, Raphael Bertocchi, Dominique Grandmont, Ahamad Dahbour, Dounia Abourachid, Salma Khadra Jayyusi, Khadim Jihad Hassan, Pierre Grouix, Habib Tengour, KBadr Shadir as Sayyab,Tawfiq Zayyad, Samih al-Qâsim…

 

NU(e) 49 (novembre 2011) - Bernard Noël

• Avec des textes de Tristan Hordé et Claude Chambard (entretien avec Bernard Noël), Jean-Louis Giovannoni, Anne Malaprade, Régis Lefort, Jean-Luc Despax, Tristan Hordé, Claude Chambard, Angèle Paoli, Éric Dazzan, Paul Mathieu, Samuel Macaigne, Yves Collet, Jacques Ancet, Jude Stéfan, Jean-Luc Sarré, Israël Eliraz, Paul Louis Rossi, Rodrigue Marques de Souza, Arnaud Beaujeu, Patrick Laupin, Jeanpyer Poëls. Textes inédis de Bernard Noël…

 

IV - DIRECTION DE TROIS COLLECTIONS LITTÉRAIRES ET CRÉATION D'UNE COLLECTION

 

1. Co-Direction avec Jean-Yves Masson et avec Jean-Paul Louis des Cahiers Pierre Jean Jouve aux Éditions Calliopées (Paris) (2 Cahiers parus en 2009, 2010, 1 Cahier à paraître en 2015).

2. Co-Direction de la Collection Studi Novecenteschi, Biblioteca della Ricerca, Schena Editore/ Presses de l’Université de Paris-Sorbonne (Bari/Paris). 3 ouvrages parus.

3. Co-direction avec Patrice Villani de la Collection Les Textes Fondateurs – Éditions Ellipses (Paris). 19 ouvrages parus.

4. Création en 2011 d’une collection du CTEL, la Collection Thyrse, au sein des Éditions L’Harmattan (Paris). 7 ouvrages parus.

 

Récapitulatif Ouvrages

10

Ouvrages de critiques littéraire

31

Directions, éditions scientifiques d’actes de colloques

57

Éditions scientifiques de numéros de Revue sur des poètes contemporains

30

Directions d’ouvrages dans le cadre de la responsabilité de 3 collections / Création d’une collection

 

V - ARTICLES AVEC COMITÉ DE LECTURE

 

A. - Articles sur le XXe siècle

 

a. - Articles sur l'oeuvre poétique de Pierre Jean Jouve

 

1988

1. - « Les Jeux de l’Écriture et la Quête du Sacré dans l’œuvre de Pierre Jean Jouve ». Paris, Bulletin des thèses n° 23 nov / déc 1988.

2. - « L’esthétique alchimique dans l’œuvre de Pierre Jean Jouve », Jouve 3, Jouve et ses curiosités esthétiques 1, sous la direction de Christiane Blot-Labarrère, Revue des Lettres Modernes, Paris, Minard 1988, p. 111-169.

 

1992

3. - « Écriture et Fantastique dans l’œuvre de Pierre Jean Jouve », Jouve 4, Jouve et ses curiosités esthétiques 2, sous la direction de Christiane Blot-Labarrère, Revue des Lettres Modernes, Paris, Minard, 1992, p. 197-222.

 

1994

4. -  « Les Jeux de l’Écriture dans l’œuvre de Pierre Jean Jouve », Jouve 5, Jouve et les jeux de l’Écriture 1, sous la direction de Christiane Blot-Labarrère, Revue des Lettres Modernes, Paris, Minard, 1996, p. 125-155.

 

1995

5. - « Le passage de la Morte et son sens fondamental dans la genèse de l’œuvre poétique de Pierre Jean Jouve ». Colloque Pierre Jean Jouve, direction Christiane Blot-Labarrère et Béatrice Bonhomme, Université de Nice-Sophia Antipolis, Lille, Éditions Roman 20/50, 1996, p. 23-39.

 

1996

6. - « Pierre Jean Jouve : Poésie, Musique et Peinture », sous la direction de Eveline Caduc,Université de Nice-Sophia Antipolis, Nice, Revue Interspaces, 1998, p. 47-75.

 

1998

7. - « L’écriture de Pierre Jean Jouve : une quête mystique », Pierre Jean Jouve, la force du mot, textes réunis par Christiane Blot-Labarrère, Revue des Sciences Humaines, n° 250, 2e trimestre, Lille, Presses de l’Université de Lille III, 1998, p. 84-105.

 

2001

8. - « Les Jeux de l’espace littéraire », Jouve 6, Jouve et les jeux de l’Écriture 2, sous la direction de Christiane Blot-Labarrère, Revue des Lettres Modernes Paris, Minard, 2001, p. 171-200.

 

2002

9. - « Jouve et Mallarmé » – Colloque de l’ENS de Tunis, dans La poétique de Mallarmé, sous la direction de Samir Marzouki et Kamel Gaha, Éditions de la Méditerranée, Paris, Maisonneuve et Larose, 2002, p. 151-182.

10. - « La tentation idéologique chez Pierre Jean Jouve », Colloque international L’Abbaye de Créteil : l’utopie et le monde, Université de Paris XII-Val de Marne, Créteil. 3/4 mai 2002, sous la direction de Laurence Campa et Jérôme Thélot, Créteil, Publications, « Les Amis de Georges Duhamel et de l’Abbaye de Créteil », Université de Paris XII-Val de Marne, décembre 2004, p. 45-56.

 

2003

11. - « Le modèle mallarméen : Pierre Jean Jouve entre Éros et Thanatos », Pierre Jean Jouve, sous la direction de Jean-Baptiste Para et Daniel Leuwers, Paris, Revue Europe, nov-déc. 2004, n° 907-908, p. 55-63.

12. - « Hélène dans les années profondes », Relectures de Pierre Jean Jouve 1, sous la direction de Béatrice Bonhomme, Nice, RevueNu(e), mars 2003, p. 25-29.

 

2004

13. - « Le mythe féminin dans l’œuvre de Pierre Jean Jouve et de Pierre Emmanuel», Colloque de Paris IV-Sorbonne, Pierre Emmanuel. Le poète, les poètes, études réunis par Anne-Sophie Constant et Aude Préta-de Beaufort, avant-propos de François Livi, Lausanne, L’Âge d’homme, Cahiers Pierre Emmanuel n° 3, 2012, 195 p., p. 129-147.

 

2006

14. - « De Baudelaire à Jouve », dans Le Texte dans le texte, Université de Montpellier III, sous la direction de Renée Ventresque

15. - « Pierre Jean Jouve, Poésie, Musique et peinture », Colloque de l’Université de Louvain-la-Neuve, Pierre Jean Jouve et Henry Bauchau, les voix de l’altérité, sous la direction de Myriam Watthee-Delmotte et Jacques Poirier, Collection « Écritures », Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, octobre 2006, p. 107-128.

16. - « Modernité de Pierre Jean Jouve à travers l’œuvre du poète contemporain Salah Stétié », dans Modernité de Pierre Jean JouveJouve 8, sous la direction de Christiane Blot-Labarrère, La Revue des Lettres Modernes, Paris, Minard, 2006, p. 109-130.

 

2007

17. - « La Chine intérieure chez Saint-John Perse, Segalen, Jouve et Bauchau », dans Habiter le monde en poète, Henry Bauchau ou le livre en partage, sous la direction de Catherine Mayaux et Myriam Watthee-Delmotte, Université de Cergy-Pontoise, 8, 9 et 10 mars 2007, Université Paris 8, Saint-Denis, Vincennes, Publication P.U.V, décembre 2008, p. 1-12.

18. - « La Réticence dans l’œuvre de Pierre Jean Jouve à partir des recueils Ode et Langue : esthétique du retrait, effacement du signe et blancheur de la neige », dans La Réticence dans des écritures poétiques et romanesques contemporaines, sous la direction de Jacqueline Michel, Université de Haïfa, Département de Langue et littérature françaises. Groupe de Recherche sur la poésie contemporaine, 19-20 mars 2007, Charentes, Éditions Tastet 2007, p. 41-48.

 

2008

19. - « Poésie et Prose comme giration volumineuse », Pierre Jean Jouve, voyage au bout de la psyché, sous la direction de Lakis Proguidis et Gilles Haéri, Revue Atelier du Roman n° 56, Paris, Flammarion Boréal, décembre 2008, p. 30-34.

20. - « Pierre Jean Jouve, un itinéraire spirituel ou l’allégement d’une poétique » dans Regards sur la poésie du xxe siècle, Tome 1, sous la direction de Laurent Fels, Namur, Presses de l’Université de Namur-Éditions Namuroise, décembre 2008, p. 337-358.

21. - « La chambre bleue de Paulina ou la brillance d’un poème baroque » dans Le Baroque dans l’œuvre de Pierre Jean Jouve, Série Jouve, n° 9, sous la direction de Christiane Blot-Labarrère et Muriel Pic, Editions Garnier, à paraître 2015.

 

2009

22. - « Wanda Rupolo, Pierre Jean Jouve et l’Italie, une rencontre passionnée », dans Cahiers Pierre Jean Jouve n° 1-2009, Jouve poète européen, textes réunis par Béatrice Bonhomme et Jean-Yves Masson, Paris, Éditions Calliopées, octobre 2009, p. 97-98.

23. - « Pierre Jean Jouve, la ‘conversion’ de 1924 ou la quête du sacré : la place des mystiques italiens », dans Cahiers Pierre Jean Jouve n° 1-2009 Jouve poète européen, textes réunis par Béatrice Bonhomme et Jean-Yves Masson, Paris, Éditions Calliopées, octobre 2009, p. 265-275.

24. - « Rencontre entre Mandiargues et Jouve » dans Plaisir à Mandiargues, Colloque du centenaire, Caen, 14-17 mai 2009, organisé par le Centre de recherche de l’Université de Caen Basse-Normandie (LASLAR), en partenariat avec l’IMEC, avec le soutien des Célébrations nationales et la collaboration de l’Université Paris X-Nanterre. Sous la direction de Marie-Paule Berranger (Université de Caen), Claude Leroy (Université Paris X-Nanterre), Sibylle Pieyre de Mandiargues, Paris, Éditions Hermann, 2011, p. 311-332.

 

2010

25. - « Préface », Cahiers Pierre Jean Jouve n° 2-2010 Intégrités et transgressions de Pierre Jean Jouve, textes réunis par Béatrice Bonhomme, Paris, Éditions Calliopées, juin 2010, p. 13-16.

26. - « La quête philosophique. « La Faute » ou Le Traité du désespoir : Jouve et Kierkegaard », Cahiers Pierre Jean Jouve n° 2-2010 Intégrités et transgressions de Pierre Jean Jouve, textes réunis par Béatrice Bonhomme, Paris, Éditions Calliopées, juin 2010, p. 63-85.

 

2011

27. - « Blanche et non écrite. Blanche Reverchon entre Jouve et Bauchau », sous la direction de Yves Broussard, Marseille, Revue Phoenix, avril 2011, n° 2, p. 52-61.

28. - « Proses de Pierre Jean Jouve », dans Colloque La Poésie en prose au xxsiècle, Fondation des Treilles, 26 septembre-1er octobre 2011, sous la direction de Peter Schnyder, Les Cahiers de la NRF, « Les Entretiens de la Fondation des Treilles », Paris, Gallimard, p. 194-216.

 

2012

29. - « Jouve et le secret brûlant de la création : l’entre-deux poésie et prose ou la giration intervallaire » dans Cahiers Pierre Jean Jouve 3-2012 Pierre Jean Jouve, vivre et écrire l’entre-deux, sous la direction de Dorothée Catoen, Paris, Éditions Calliopées, 2012, p. 143-150.

30. - « Entre fécondité et mort : Jouve et le complexe de la Parque », dans Cahiers Pierre Jean Jouve 3-2012 Pierre Jean Jouve, vivre et écrire l’entre-deux, sous la direction de Dorothée Catoen, Paris, Éditions Calliopées, 2012, p. 151-170.

31. - Introduction générale », p. 9-31 ; « Pierre Jean Jouve et le modèle biblique, entre interprétation et recréation du Paradis perdu à « L’Apocalypse », p. 591-605, dans Echos poétiques de la Bible, textes réunis et présentés par Béatrice Bonhomme, Josiane Rieu, Aude Préta de Beaufort, Hélène Baby, Paris, Éditions Honoré Champion, 2012.

 

2013

32. - « Pierre Jean Jouve, Blanche Reverchon et Jean Léon Donnadieu, une création qui s'appuie sur la générosité d'une amitié» in Pierre Jean Jouve aux ALS, dir. Stéphanie Cudré-Mauroux, Quarto n° 38, Revue des Archives littéraires suisses, éditions Slatkine, Berne, Juin 2014, 96 p.  p. 43-50.

33. - « Jouve et Hölderlin », Colloque Poète cherche modèle, mars 2013, ENS de Lyon, direction Corinne Bayle, à paraître aux Presses Universitaires de Rennes.

 

2014

34. - « La « Fable mystique » dans Paulina 1880 de Pierre Jean Jouve », colloque« Roman mystique, mystiques romanesques »,Université de Lorraine, direction Aude Préta-de Beaufort et Isabelle Villermain, 20-21 novembre 2014, à paraître Editions Garnier, 2015.

 

2015

35. - « Romain Rolland vivant et En Miroir, les deux facettes, en regard, d’un même art poétique. » Colloque « Écrire en Suisse pendant la Grande Guerre », l'Institut de Français de l'Université de Berne, direction Michèle Crogiez Labarthe et Nicolas Morel,26 et 27 mars 2015.

 

b. - Articles sur la poésie moderne et contemporaine

 

1994

1. - « L’écriture de Duras ou la réécriture du livre : L’Amant de la Chine du Nord ou L’Amant recommencé ». Le Nouveau roman en question : Nouveau Roman et archétypes, Revue des Lettres Modernes, Collection : « L’Icosathèque », sous la direction de Roger-Michel Allemand et Alain Goulet, Paris, Minard, 1994, p. 121-161.

 

1995

2. - « Nouvelle autobiographie et fiction chez les “Nouveaux Romanciers”. Exemple de Marguerite Duras », Autobiographie et fiction romanesque, sous la direction de Jacques Domenech, Nice, Publications Faculté des Lettres, 1995, p. 271-287.

3. - « La Véritable recherche, étude littéraire du Chapitre IV de la première partie de L’Emploi du temps » Ouvrage collectif, Michel Butor, L’Emploi du Temps, Paris, Éditions Ellipses, 1995, p. 119-122.

 

1996

4. - « Éluard et la Poésie contemporaine, rapprochements », Colloque « Éluard » de l’Université de Nice-Sophia Antipolis, Éluard a cent ans, textes réunis et présentés par Colette Guedj, Les Mots, la Vie, Revue sur le surréalisme, Publications du Groupe Éluard, Paris, Éditions l’Harmattan, 1998, p. 331-340.

5. - « Antiquité et modernité de La Modification de Michel Butor », dans Antiquité et nouveaux mondes, sous la direction de Josiane Rieu, Centre de Recherches Littéraires Pluridisciplinaires, Nice, Publications Faculté des Lettres 1996, p. 273-290.

 

1997

6. - « Lecture d’une femme », Colloques de Pau et Cerisy-la-Salle sur Salah Stétié, juillet 1996. Textes réunis et présentés par Daniel Leuwers et Christine van Rogger Andreucci, Presses Universitaires de Pau, 1997, p. 83-94.

7. - « Apercu bio-bibliographique, la vie et l’œuvre », Albert Camus, La Chute, Ouvrage collectif, Paris, Éditions Ellipses, 1997, p. 7-13.

 

1998

8. - « Salah Stétié, poète du double », Imaginaires francophones, direction A. Chemain, CRLP, Nice, Publications de la Faculté des Lettres, p. 66-84.

9. - « Salah Stétié, le poète passeur », Colloque International de L’AEFECO Leipzig, 30 mars-4 avril 1998, Unité et diversité des écritures francophones, quels défis pour cette fin de siècle ? Cahiers francophones d’Europe Centre-Orientale n° 10, sous la direction Fritz-Peter Kirsch et Arpad Vigh, Leipziger Universitätsverlag, 2000, p. 277-291.

 

1999

10. - « Espace et paysage méditerranéens dans les textes de Le Clézio », Musée Matisse, puis Faculté des Lettres, 27 novembre 1997. Publication dans Les Cahiers de Narratologie Appliquée n° 9-1999, Espace et voix narrative, textes réunis et présentés par Marc Marti, Nice, Publications de la Faculté des Lettres, 1999, p. 10-31.

11. - « Espace et voix narratives dans le poème contemporain », Publication dans Les Cahiers de Narratologie Appliquée n° 9-1999, Espace et voix narrative, textes réunis et présentés par Marc Marti, Nice, Publications de la Faculté des Lettres, 1999, p. 175- 203.

 

2000

12. - « Dédicaces à La Parque. Éléments d’analyse », Colloque à l’Université de Pau sur Jude Stéfan, 20-21-22 mai 1999, Jude Stéfan, poète malgré, textes réunis par Christine Andreucci, Presses de Université de Pau, 2000, p. 51-57.

13. - « Si on voit tout sans rien voir ? de James Sacré : une expérience du désert », Colloque sur la poésie contemporaine, Dalhousie University, Halifax, Canada, 24-25 septembre 1999, in La Poésie française aujourd’hui, textes réunis par Daniel Leuwers, Tours, Publications de l’Université François Rabelais, 2001, p. 71-79.

14. - « Une expérience contemporaine du désert, James Sacré (poète) et Sonia Guerin (peintre) », La représenta tion du désert, textes présentés et réunis par Hédia Abdelkfi, Colloque de Tozeur des 22/23/24 Novembre 2000. Ouvrage publié par l’Association Joussour Ettawassol, avec le concours de la Faculté des Lettres et Sciences humaines, Université de Sfax pour le Sud, janvier 2002, p. 165-174.

15. - « Gérard de Nerval et Yves Bonnefoy, une poétique de la simplicité », Yves Bonnefoy et le xixe siècle, Université de Tours, Colloque 14/15/16 octobre 2000, sous la direction de Daniel Lançon, Tours, Publication de l’Université de François Rabelais, 2001, p. 179-194.

 

2001

16. - « La mémoire de l’oubli dans l’œuvre de Philippe Jaccottet », Philippe Jaccottet, La mémoire et la faille, textes réunis et présentés par Renée Ventresque, Montpellier, 2/3/4 mai 2001, Publication Université Paul-Valéry, Montpellier III, 2002, p. 57-73.

17. - « Une lecture d’Anacoluptères de James Sacré », 17/18/19 mai 2001 à Pau, Colloque James Sacré, textes réunis et présentés par Christine Van Rogger Andreucci, Saint-Benoît-du-Sault, Éditions Tarabuste, 2002, p. 30-36.

18. - « Mémoire et métamorphose dans l’œuvre de Serge Popoff » dans le cadre du Colloque international sur L’art Français et Francophone depuis 1980. Dalhousie University, 27, 28 septembre 2001, sous la direction de Michael Bishop et Christopher Elson, Amsterdam-New-York, Éditions Rodopi, 2005, p. 39-42.

19. - « Salah Stétié, une poésie entre exil et communauté », dans le cadre du Colloque Poésie, terre d’exil. Rencontres internationales avec Salah Stétié, 5/6/7 novembre 2001 à l’Université de Montréal, textes réunis et présentés par Alexis Nouss, Montréal, Éditions Trait d’union, « le soi et l’autre », 2003, p. 113-131.

20. - « Une poésie de l’essentiel ou comment inverser l’expérience en innocence », Usage de Salah Stétié, Bretagne, Éditions Blanc Silex, 2001, p. 107-120.

 

2002

21. - « Une poésie du retrait et de l’angularité entre exil et communauté à travers les œuvres de Salah Stétié, Bernard Vargaftig et André du Bouchet ». Actes du Colloque de Bari, 14 janvier 2002, Où va la poésie française au début du troisième millénaire ? sous la direction de Giovanni Dotoli, Schena editore, Bari/Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne, p. 64-78.

22. - « Quête d’identité dans Lecture de Robert Sabatier », Colloque La Revue Sud (1970-1996) et la création poétique contemporaine, Université de Toulon et du Var, « Var et Poésie », 2002, textes réunis par Michèle Monte, Aix-en-Provence, Édisud, 2003, p. 253-260.

23. - « Désert mystique dans les œuvres de Pierre Jean Jouve et Salah Stétié », Colloque Poétique et imaginaire du désert, Université Paul Valéry de Montpellier III et Université d’Avignon, 2002, textes réunis par Jean-François Durand, Publications Université Montpellier III, 2005, p. 319-329.

24. - « Artaud et Giono : rencontres épidémiques », Colloque Antonin Artaud écrivain du Sud, sous la direction de Thierry Galibert, Marseille, Centre des Écrivains du Sud, Aix-en-Provence, Édisud, 2002, p. 83-93.

25. - « Jacques Réda, voyageur dans la ville. Une lecture de La Liberté des rues », Colloque international, Centre de recherche sur la littérature des voyages, Paris-IV-Sorbonne, 2002, Les Récits du dernier siècle des voyages, de Victor Segalen à Nicolas Bouvier. Château de la Napoule, publication en ligne sur le site du CRLV, 2002, textes réunis et présentés par Olivier Hambursin, Paris, PUPS, 2005, p. 213-222.

 

2003

26. - « Le Loup de Verdet. Une mise en regard avec le Loup de Vigny », Actes du colloque organisé à l’Université de Nice André Verdet, Le pur espace poésie, mars 2003, sous la direction de Françoise Armengaud et Béatrice Bonhomme, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 75-83.

27. - « Mémoire vivante : nature, sensualité et alchimie de l’écriture dans Le Temps de la Transmutation de Jean Claude Renard », Colloque international de Toulon, mars 2003, Jean-Claude Renard, l’hôte des Noces. Aspects du lyrisme contemporain, textes réunis et présentés par André-Alain Morello, Paris, Éditions Honoré Champion, 2007, p. 45-52.

28. - « La Ronde de la Mémoire », Henri Meschonnic, la pensée et le poème, Colloque de Cerisy, sous la direction de Gérard Dessons, Serge Martin et Pascal Michon, Paris, Éditions In PRESS, diffusion PUF, Distribution Flammarion, 2005, p. 105-117.

29. - « Entre notes, observations et autres inscriptions, les proses de Jaccottet ou le journal d’une écriture », Colloque international de l’Université de Nice-Sophia Antipolis, octobre 2003, Les Genres littéraires émergents, textes rassemblés et présentés par Jean-Marie Seillan, Paris, Éditions L’Harmattan, 2005, Chapitre XII, p. 247-263.

 

2004

30. - « Ville et Archéologie chez Butor », Michel Butor à Nice, sous la direction de Laurence Jeandidier, Publications Bibliothèque Louis Nucéra, Nice, mars 2004, p. 31-44.

31. - « L’inscription de l’Histoire dans l’œuvre de Claude Simon », en collaboration avec Bérénice Bonhomme, dans le cadre du CERIEL à Strasbourg, Université Marc Bloch, Séminaire Écritures de l’Histoire, sous la direction de Gisèle Séginger, Publications de l’Université de Strasbourg, 2005, p. 277-291.

32. - « Lettre à chanter au Señor José Martin Elizondo de Serge Pey, le lyrisme d’une incantation et le rythme d’un combat », Colloque international de l’Université de Nice-Sophia Antipolis, direction Andréas Pfersmann, mars 2004, Serge Pey et l’internationale du rythme, L’Atelier des Brisants, Liancourt, Dumerchez, 2009, p. 271-278.

33. - « Salah Stétié, Rimbaud le huitième dormant », dans le cadre du Colloque Rimbaud organisé par Pierre Brunel, Paris IV-Sorbonne, mai 2004.

34. - « Huit variations sur l’œuvre de Bernard Noël », Avec Bernard Noël, toute rencontre est l’énigme, sous la direction de Serge Martin, La Rochelle, Éditions Himeros / Rumeur des Alpes, 2004, p. 35-47.

35. - « Rimbaud : La porosité comme modernité poétique », Rimbaud et la modernité, Actes du colloque de Naples, 6-7 décembre 2004, dirigés par Giovanni Dotoli et Ralph Heyndels, textes réunis et présentés par Giovanni Dotoli et Carolina Diglio, Coll. « Transatlantique », Bari/Paris, Schena Editore/Presses Universitaires de la Sorbonne, Biblioteca della Ricerca, 2005, p. 91-102.

36. - « La poésie et le lieu », La philosophie du xxe siècle et le défi poétique, Revue Noesis n° 7 sous la direction de Béatrice Bonhomme et André Tosel, Paris, diffusion Vrin, printemps 2004, p. 147-164.

37. - « Les Gestes de langue dans l’œuvre de James Sacré », James Sacré, sous la direction de Yves Broussard, Gémenos, RevueAutre Sud, n° 27, décembre 2004, p. 29-44.

 

2005-2006

38. - « Salah Stétié, une poésie entre cercle et ligne », Colloque Université de Nice sur Le Traitde la lettre à la figure, mars 2005, direction Béatrice Bonhomme, Micéala Symington, Sylvie Puech, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 150-160.

39. - « Les lieux de la poésie de Heather Dohollau », juin 2005, Colloque Cerisy, Heather Dohollau, l’évidence lumineuse, direction Daniel Lançon et Tanguy Dohollau, Le Housset, Éditions Folle avoine, 2006, p. 36-44.

40. - « Mémoire et porosité dans l’œuvre de Henri Meschonnic », 31 mars 2006, Colloque sous la direction de David Ellison, University of Miami, Contemporary French & Francophone Studies, Sites : Situating French/ Situer le Français, sous la direction de : Roger Célestin et Eliane DalMolin, David Ellison, Volume 11, n° 3, Routledge, August 2007, p. 351-360.

 

2007

41. - « Antonin Artaud : Le corps excessif », Colloque L’Excès, signe ou poncif de la modernité ?, 25-27 janvier 2007, Université Jean Moulin, Lyon 3, Centre Jean Prévost, Groupe Marge, sous la direction de Lionel Verdier et Gilles Bonnet, Les Cahiers de Marge, Paris, Éditions KIME, 2009, p. 205-222.

42. - « Le Paysage de Pierre Dhainaut », Journée d’étude à Paris IV Sorbonne, sous la direction de Jean-Yves Masson et Aude Préta-de-Beaufort, 28 avril 2007, Perpignan, Presses Universitaires de Perpignan, à paraître 2015.

43. - « Le Corps dans l’œuvre de Marie-Claire Bancquart », Voi(es)x de l’Autre : femmes poètes xixe-xxie siècles, sous la direction de Patricia Godi et Bernadette Hidalgo-Bachs, Clermont-Ferrand II, 7, 8 et 9 novembre 2007, Centre de Recherches sur Les Littératures et la Sociopoétique CELIS, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2010, p. 443-451.

 

2006

44. - « Claude Louis-Combet, rencontre avec l’œuvre de Henri Maccheroni : le poème de Claude Louis-Combet ou la Vision inaugurale », Visions, Visitations, Passions en compagnie de Claude Louis-Combet, textes réunis et présentés par Stéphanie Boulard, Clichy, Éditions de Corlevour, 2008, p. 201-206.

45. - « Une poétique de Salah Stétié », Numéro Spécial sur Salah Stétié, NUNC, revue passagère 15, sous la direction Marc-Henri Arfeux, mars 2008, Clichy, Éditions de Corlevour, p. 118-120.

46. - « Henri Meschonnic, une révolution poétique ou l’invention d’une ligne entre droite, courbe et angularité », direction Alain Chanéac, Le Cheylard, revue Faire part, juin 2008, p. 20-23.

47. - « Michel Deguy, Étude d’un poème : Le Métronome », Twentieth-Century French Poetry, a Critical Anthology, dir. Hugues Azérad and Peter Collier, Cambridge University Press, 2010, p. 195-203.

48. - « Bernard Vargaftig, Colin-maillard de l’intervalle », Colloque Cerisy Avec les poèmes de Bernard Vargaftig, l’énigme du vivant, direction Béatrice Bonhomme, Jacques Moulin, Serge Martin, juillet 2008, Vallongues, Méthode ! revue de Littératures, n° 15, 2009, p. 73-80.

49. - « Benoît Conort, la poésie ou la mort : casser les murs », Journée Benoît Conort, Écrire dans le noir, organisée par Jean-Yves Masson et Corine Godmer, Paris IV-Sorbonne, samedi 6 décembre 2008, Nice, Revue NU(e) n° 41, juin 2009, p. 111-119.

50. - « Jacques Darras ou le verset par-delà les frontières », Colloque Jacques Darras, poète de la fluidité, Université de Nice-Sophia Antipolis 4, 5 et 6 décembre 2008, organisation Patrick Quillier et Laure Michel, Bruxelles, Édition Le CRI, 2010, p. 87-97.

 

2009

51. - « Présentation de Segalen », Regards sur la poésie du xxe, Tome 2, Direction Laurent Fels, Publication Presses de l’Université de Namur, à paraître.

52. - « Marguerite Duras, la poésie », actes du Colloque L’Art du décentrage, Université de Haïfa, textes présentés et réunis par Jacqueline Michel, Paris, Éditions Publisud, janvier 2009, p. 193-204.

53. - « Mémoire et porosité dans l’œuvre de Guillevic », Guillevic, maintenant, Colloque Cerisy, 11-18 juillet 2009, sous la direction de Michael Brophy et Bernard Fournier, Paris, Éditions Honoré Champion, 2011, p. 161-173.

 

2010

54. - « Frédéric Jacques Temple, mémoire et porosité de l’être au monde dans « La Chasse infinie », colloque Saorge Fréderic Jacques Temple, l’aventure de vivre, nov. 2007, direction Béatrice Bonhomme, Patrick Quillier, Laure Michel, Publication en ligne, Revue Loxias, 2008 (Revel), repris par les Éditions de La Licorne, Poitiers, 2010, p. 119-128.

55. - « Le Roi Cophetua : nouvelle ou galerie de tableaux ? » dans Musée de Motsl’héritage de Philostrate dans la littérature occidentale, direction Sylvie Ballestra-Puech, Béatrice Bonhomme, Philippe Marty, Genève, Éditions Droz, 2010, p. 173-183

56. - « Introduction » ; « Francis Ponge et James Sacré, une poétique de la relativité » dans Francis Ponge et la robe des choses, collection Thyrse n° 2, textes réunis et présentés par Béatrice Bonhomme et Odile Gannier, Paris, Éditions L’Harmattan, 2012, p. 7-11 ; p. 209-220.

57. - « Pour introduire » ; « Portrait du père en pointillés » dans Actes du Colloque de Cerisy James Sacré, septembre 2010, direction Béatrice Bonhomme, Jacques Moulin, Bruxelles, Revue L’Étrangère n° 29-30, Éditions de La Lettre volée, 2012, p. 15-22 ; p. 105-118.

 

2011

58. - « Préface » ; « Marie-Claire Bancquart, l’énigme du temps », Marie-Claire Bancquart dans le feuilletage de la terre, Actes du Colloque de Cerisy, septembre 2011, direction Béatrice Bonhomme, Aude Préta de Beaufort, Jacques Moulin, Oxford, Éditions Peter Lang 2012, p. XIII-XV ; 27-41.

 

2012

59. - « Serge Pey, la poésie ou le rythme d’un engagement » dans Relation du poème à son temps : interrogations contemporaines, textes réunis et présentés par Jacqueline Michel et Annette Shahar, Bern, Éditions Peter Lang, 2012, p. 193-203.

60. - « Introduction » ; « Les douces dures sœurs stéfaniennes, dans le feuilletage de leurs différentes incarnations mythologiques », 21 pages, dans Jude Stéfan, le festoyant français, Colloque de Cerisy, septembre 2012, direction Béatrice Bonhomme, Tristan Hordé, Paris, Éditions Honoré Champion, à paraître en 2014, p. 7-14 ; p. 41-61.

61. - « Introduction » ; « Salah Stétié ou l’espace poétique d’une méditation », 29-30 novembre 2012, La poésie comme espace méditatif. Organisation Béatrice Bonhomme, Gabriel Grossi, à paraître, Paris, Éditions Garnier, 2014, p. 3-7 ; p. 183-191.

62. - « Le geste d’écriture chez Philippe Jaccottet ou le témoignage déjà effaçable-ineffaçable d’un passage ». 13-14 décembre 2012, Ineffacer l’œuvre et ses fins, Colloque international University College Dublin, direction Michael Brophy, Mary Gallagher, Paris, Éditions Garnier, à paraître 2015.

63. - « Préface » ; « Images d’espace dans deux pièces de Beckett » dans Babel revisitéel’intervalle d’une langue à l’autre, du texte à la scène, Collection « Thyrse », Paris, L’Harmattan, 2012, p. 9-16 ; p. 19-35.

 

2013

64. - « Introduction » ; « Salah Stétié entre langue française et langue arabe », Traversées poétiques des littératures et des langues, textes réunis par Béatrice Bonhomme, Cristina Pirvu, Dumitra Baron, Paris, L’Harmattan, 2013, Collection « Thyrse », p. 7-38 ; p. 181-195.65.

65. - « L’amour filial, l’éveil et l’enfantement dans la mort », février 2013, Université de Strasbourg, Colloque sur Alain Suied, direction Michèle Finck, à paraître 2015.

66. - « Salah Stétié, le monde et le mot, noyaux d’une méditation ou comment Stétié-Ulysse se fait aussi Pénélope la tisseuse», Paris, BNF, Événement autour de l’exposition Salah Stétié, 4 avril 2013 dans D’Orient et d’Occident, Revue Souffles Numéro spécial Les Écrivains Méditerranéens, Vol 74, 244-245, sous la direction de Maxime Del Fiol, Cournonterral, juillet 2014, p. 239-257.

 

2014-2015

67. - « Les relations entre poésie, philosophie et politique à notre époque, l’exemple de Philippe Beck », Poetry /Philosophy /Politics, Atelier de rechercheAHRCResearch Network Workshop, Maison Française d’Oxford, vendredi 26 avril 2013 sous la direction de Michael Kelly, Hugo Azérad,lancement du réseau : Nina Parish (University of Bath) and Emma Wagstaff (University of Birmingham),Revue L'Esprit Créateur (Johns Hopkins University Press). Un numéro spécial de L’Esprit Créateur paraîtra au printemps 2015 sous le titre : « La poésie à l’œuvre : Poésie, philosophie, politique ».

68. - Avec Lucile Gaudin-Bordes, « La rédification des contes populaires dans l’œuvre poétique de Philippe Beck », Colloque de Cerisy, Un chant objectif aujourd’hui, août 2013, Paris, Éditions José Corti, 2014, p. 36-64.

69. - « La porosité de l’être au monde dans l’œuvre de Lorand Gaspar », Colloque Lorand Gaspar et la matière-monde des Universités de Pau et de Tunis, 12/13/14 novembre 2013, à paraître 2015.

70. - « Le corps carnavalesque d’Antonin Artaud », Colloque Babel 2, Babel aimée, la choralité d’une performance à l’autre, du théâtre au carnaval, mars 2014, Paris, L’Harmattan, Collection « Thyrse », à paraître 2015.

71. - « Dans l’éclat et la lumière de la rupture : une écriture de l’être et de la fulgurance », Revue Nu(e) numéro 56 consacré à Jean-Paul Michel, novembre 2014, p. 89-95.

72. - « Articulations du poétique et du politique dans l’écriture d'Emaz ». Colloque Dire le réel en poésie aujourd’hui, Université de Saint-Étienne, organisation Béatrice Bonhomme et Evelyne Lloze, 11-12-13 décembre 2014.

73. - « Du geste au mot, pour introduire à la poétique de James Sacré ». Colloque Les gestes du poème, Université de Rouen, organisation Caroline Andriot-Saillant et Thierry Roger, avril 2015.

 

 

c - Articles sur l'oeuvre de Jean Giono

 

1986

1. - « Le Langage de la Mort dans Le Hussard sur le Toit ». Conférence prononcée aux Journées Jean Giono, juillet 1986 à Manosque. Article paru dans le Bulletin n° 25, Printemps-Été 1986, Manosque, Association des Amis de Jean Giono, p. 50-63.

 

1987

2. - « L’Univers du Bas comme Remède à l’Ennui ». Bulletin n° 27, Printemps-Été 1987, Manosque, Association des Amis de Jean Giono, p. 74-89.

 

1989

3. - « L’évolution du langage de la mort dans l’œuvre de Jean Giono », IIIe Colloque International Les styles de Jean Giono (Aix-en-Provence, 7-10 juin 1989), Lille, Éditions Roman 20/50, 1990, p. 177-189.

 

1994

4. - « Mort grotesque et rire dans l’œuvre de Jean Giono », Rires et sourires littéraires, études réunies par Alain Faure, Nice, Publications de la Faculté des Lettres, 1994, p. 24-44.

 

1995

5. - « De Rabelais à Giono : Une esthétique grotesque », Hommage au Professeur Rouy, Centre d’Études Médiévales, Nice, Publications de la Faculté des Lettres, 1995, p. 339-356.

6. - « Contribution de Jean Giono à l’évolution du roman du xxe siècle : Innovation dans Un Roi sans divertissement ». Colloque international sur Jean Giono, Aix-en-Provence, Giono romancier, Tome 1, juin 1995, Aix-en Provence, Publications de l’Université de Provence, 1999, p. 105-119.

7. - « L’Apocalypse des éléments à travers Batailles dans la Montagne, Noé et Le Hussard sur le toit ». Colloque Giono autrement, L’Apocalyptique, Le Panique, Le Dionysiaque, Colloque organisé à l’Université de Nice-sophia Antipolis, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1995, p. 9-27.

 

1996

8. - Adaptation théâtrale et analyse d’une œuvre de Giono dans le cadre du Théâtre universitaire de Nice, Un divertissement royal d’après Jean Giono, sous la direction de Béatrice Bonhomme, CRLP, Nice, Publications de la Faculté des Lettres, 1996, p. 28-85.

9. - « Ennui et Divertissement dans l’œuvre de Jean Giono », Un divertissement royal d’après Jean Giono. CRLP, Nice, Publications de la Faculté des Lettres, 1996, p. 11-27.

 

1998

10. - « Les rapports à la nourriture dans l’œuvre de Jean Giono »,Nourritures et Écriture, sous la direction de Marie-Hélène Cotoni, CRLP, Nice, Publications de la Faculté des Lettres, 1998, p. 255-269.

 

1999

11. - « Une esthétique du corps grotesque du Moyen Âge au xxe siècle » Souillure et Pureté, le corps dans son environnement culturel, sous la direction de Jean-Jacques Vincensini, Paris, Éditions Maisonneuve et Larose, 2003, p. 119-133.

 

2001

12. - « Entre le roman picaresque et le modèle de Don Quichotte : lecture de deux romans de Jean Giono, Les Grands Chemins et Le Hussard sur le toit ». Colloque des 27/28/29 mars à Montpellier et Perpignan sur Giono, Giono dans sa culture, sous la direction de Jean-François Durand et Jean-Yves Laurichesse, Presses Universitaires de Perpignan et Publications de l’Université de Montpellier III, 2003, p. 261-275.

 

2003

13. - « Le modèle de la Tragédie grecque chez Jean Giono » Jean Giono, le sud imaginaire, sous la direction Jean-François Durand, Aix-en-Provence, Édisud, 2003, p. 131-140.

 

2008-2009

14. - « La mémoire poétique dans l’œuvre romanesque de Jean Giono », Giono, la mémoire à l’œuvre, sous la direction de Jean-Yves Laurichesse et Sylvie Vignes-Mottet, Université de Toulouse Le Mirail, 27-28-29 mars 2008, Essais de littérature Cribles Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2009, p. 307-318.

 

 

B. - Regard d'un spécialiste du XXe siècle sur les siècles précédents

 

1990

1. - « Le Faust de Goethe comme spectacle total », Ouvrage collectifGoethe, le second Faust, Paris, Éditions Ellipses, 1990, p.41-52.

 

1991

2. - « Les Liaisons Dangereuses de Choderlos de Laclos » (Commentaire de la Lettre XLVIII), Ouvrage collectif, La Passion amoureuse, Paris, Éditions Ellipses, 1991, p. 74-77.

 

1994

3. - « Aristote et l’écriture du pouvoir dans La Politique (Livre V) », Ouvrage collectif, Analyses et réflexions sur le pouvoir, Paris, Éditions Ellipses, 1994, p. 24-27.

4. - « L’écriture du pouvoir dans Le corps politique de Hobbes », Ouvrage collectif, Analyses et réflexions sur le pouvoir, Paris, Éditions Ellipses, 1994, p. 53-57.

 

1995

5. -  « Acte IV, scène 2 Illusion de Reconquête », Ouvrage collectif, Racine, Britannicus, Figures du pouvoir, Paris, Éditions Ellipses, 1995, p. 58-61.

6. - « De la Tragédie classique racinienne. Essai de définition », Ouvrage collectif, La Tragédie racinienne, Paris, Éditions Ellipses, 1995, p. 21-29.

 

1996

7. - « Voltaire et la politique ; Voltaire et Dieu », Ouvrage collectif Petit Bréviaire Voltairien, Paris, Éditions Ellipses, 1996, p. 12-15.

 

 

Récapitulatif Articles avec comité de lecture

35

Articles sur le xxe et xxie siècle   1) sur l’œuvre poétique de Pierre Jean Jouve

73

                                                  2) sur la poésie moderne et contemporaine

14

                                                  3) sur l’œuvre de Jean Giono

7

Regard d’un spécialiste du xxe siècle sur les siècles précédents

 

VI - CONFÉRENCES DANS DES UNIVERSITÉS ÉTRANGÈRES

 

1998

1. - Université de Leipzig. Conférence sur Salah Stétié et sur la francophonie.

 

1999

2. - Université d’Halifax. Conférence sur James Sacré.

3. - Université de Tunis. Conférence sur Mallarmé.

 

2000

4. - Université de Grenade. Série de Conférences sur la poésie contemporaine française.

5. - Université de Tozeur. Communication sur le désert.

 

2001

6. - Université de Tunis. Conférence sur poésie et peinture.

7. - Université de Suceava. Série de Conférences sur la poésie contemporaine française.

8. - Université de Halifax. Conférence sur la poésie contemporaine française.

9. - Université de Montréal. Conférence sur Salah Stétié.

 

2002

10. - Université de Bari. Conférence sur la poésie contemporaine.

 

2003

11. - Université de Thessalonique. Conférence sur la poésie contemporaine.

 

2004

12.Université de Louvain-la-Neuve. Communication sur Bauchau et Jouve.

13.Université de Naples. Conférence sur Rimbaud. Série de conférences sur la poésie contemporaine.

 

2006

14. - Université de Miami. Communication sur la poésie contemporaine française dans le cadre de la rencontre : « Situer le français ».

15. - Université de Louvain-la-Neuve. Communication sur Henry Bauchau.

 

2007

16. - Université du Texas. Communication sur la poésie contemporaine française dans le cadre de la rencontre : « Situer le français ».

17. - Université de Tunis et Ecole Normale Supérieure de Tunis. Conférence sur « Écrire sur l’art, un art d’écrire ».

18. -College de Cambridge. Poésie et peinture. Conférence pour l’Exposition de Henri Maccheroni.

19. - Université de Haïfa. Communication sur la réticence en poésie.

 

2008

20. - Université de Haïfa. Communication sur le décentrage, les identités génériques, roman et poésie.

 

2009

21. - College de Cambridge. Conférence sur la Poésie contemporaine.

22. - Université d’Aberdeen. Conférence sur la poésie de Marie-Claire Bancquart.

23. - Université de Grenade. Série de conférences sur Poésie et Théâtre.

 

2010

24. - Université de Halifax. Conférences sur la poésie contemporaine.

25. - Université de Haïfa. Communication sur la poésie et l’engagement.

26. - Université Wolfville. Conférences sur la poésie contemporaine.

27. - Université de Yarmouth. Conférences sur la poésie contemporaine.

28. - Université de Moncton. Conférences sur la poésie contemporaine.

 

2011

29. - Université de Iasi. Conférences et interventions sur la poésie contemporaine.

30. - Université de Churchpoint. Conférences sur la poésie contemporaine.

 

2012

31. - College de Dublin. Communication sur l’effacement/ ineffacement en poésie.

 

2013

32. - Maison française d’Oxford. « Poésie, Philosophie et Politique » Atelier de Recherche AHRC Research. Présentation d’un travail sur Philippe Beck.

33. - Université de Tunis. Communication sur Lorand Gaspar.

 

 

Récapitulatif Conférences invitées

73

Conférences dans la région PACA (dont 21 Conférences sur l’Art)

35

Conférences pour l’Unia Nice de 1998 à 2005/ 5 conférences par an

27

Conférences dans des Centres culturels de France (Centre Thomas Moore, Centre de Cerisy, BNF, Beaubourg)

49

Conférences dans des Universités Françaises

33

Conférences dans des Universités Étrangères

 

 

VII - PRÉSENCE DANS LE MONDE DE LA POÉSIE

 

1. - Invitations et lectures dans le cadre du printemps des poètes et festivals

 

2006 Invitée dans le cadre du Festival de poésie méditerranéenne de Lodève.

2009 Invitée dans le cadre du Festival de Théâtre à Grenade.

2010 Invitée dans le cadre du Printemps des poètes au Canada (anglais).

2011 Invitée dans le cadre du Printemps des poètes en Roumanie.

2011Participation au Jury de poésie Louise Labé.

2012 Invitée dans le cadre du Festival de poésie méditerranéenne à Sète.

2013 Invitée dans le cadre du Printemps des poètes de Annecy.

70 Lectures publiques et récitals dans des centres culturels, des bibliothèques, des musées, des universités, des classes préparatoires.

75 Textes de création et articles courts dans des revues.

 

2. - Livres de poèmes et collaborations avec des peintres, livres d'artistes

 

Je ne cite ici que 2 livres de poèmes sur 49.

 

1. - Bonhomme, Béatrice, « Les Gestes de la neige », préface de Salah Stétié, Frontispice d’Henri Maccheroni reproduction d’une aquarelle, exemplaire H.C. 3/5, gravure originale d’Henri Maccheroni, livre signé par Béatrice Bonhomme et Henri Maccheroni, édition originale, tirée sur vélin fabriano à huit cents exemplaires dont 31 accompagnés d’une gravure originale signée de Henri Maccheroni numérotés de I à XXXI, cinq réservés aux collaborateurs numérotés de HC 1 à HC 5, quatre exemplaires d’artiste numérotés de EA1 à EA4 Éditions l’Amourier, collection Grammages, 2e trimestre, 1998, Coaraze.

2. - Bonhomme, Béatrice, « Nul et non avenu » (sérigraphies de Claire Cuenot), Mers sur Indre, Collodion, 2002. 27 pages : texte et image (série de figures de différentes couleurs) sur chaque page. 18 cm x 26 cm. Signature de Claire Cuenot. « L’ouvrage Nul et non avenu de Béatrice Bonhomme accompagné des sérigraphies originales de Claire Cuenot a été achevé d’imprimer le 12 avril 2002. La typographie composée à la main en Bodoni corps 14 sur Rivoli 160 gr., et le tirage sérigraphique ont été réalisés dans l’atelier des éditions Collodion à Mers sur Indre. Les 60 exemplaires signés et numérotés par l’artiste constituent l’édition originale. 

 

3. - Études sur l'oeuvre poétique de Béatrice Bonhomme

 

2010

• Serge Martin, « Béatrice Bonhomme ou la recherche de la voix d’amour »,La poésie à plusieurs voix, rencontres avec trente poètes d’aujourd’hui, Armand Colin, 2010, p. 40-45.

 

2012

• Arnaud Beaujeu, « Béatrice Bonhomme-Villani : une voix en clair-obscur », 15 pages dans Laurent Fels, Tome 3, Écritures contemporaines.

• Michael Bishop, « Béatrice Bonhomme, l’irréductible entre dystopie et outopos », Rodopi, 2012.

• Michael Bishop « Beautés et Béatitudes : neuf remarques sur l’œuvre de quatre poètes : Richard Rognet, Arnanda Devi, Béatrice Bonhomme, Herménégilde Chiasson », Revue de la Serta. Direction Michael Bishop, Antonio Dominguez Rey, 2012.

• RevueLittérales n° 9 consacrée à Béatrice Bonhomme, septembre 2012 « Écrire et Être », p. 6-16.

 

2013

• Peter Collier et Ilda Tomas, Béatrice Bonhomme, le mot, la mort, l’amour, Peter Lang, « Modern French Identities » n° 100, Oxford, 2013, 422 pages (40 contributions). Recensé dans Loxias, Europe, etc

• Nombreuses traductions en Anglais, Bulgare, Roumain, Espagnol, etc…

 

2014

• Ilda Tomas, “Caresse et carence, l’absence infinie : Béatrice Bonhomme”, Arc-en-ciel, Etudes sur divers poètes, Modern French Identities, Oxford, Peter Lang,  chapitre 3, p. 29-39.

 

Récapitulatif Présence dans le monde de la poésie

75

Textes parus dans des revues de poésie

49

Livres de poèmes et livres d’artistes

35

Lectures de poésie à l’Étranger

53

Lectures de poésie en France

8

Invitations Printemps des poètes et festivals/ Participation au Jury Prix Louise Labé

 

 

I. - WORKS OF LITERARY CRITICISM

 

1. Béatrice Bonhomme, Grotesque Death in Jean Giono, (Preface by Jacques Chabot), Paris: Nizet, 1995, 192 pages. 

2. Béatrice Bonhomme, Psychoanalytical Games, Initiation and Images of Woman Jouve’s Writings, ‘Archives des Lettres Modernes’ series Paris: Minard, 1994, 129 pages.

3. Béatrice Bonhomme, The Twentieth-Century Novel via Ten Authors (from Proust to the Nouveau Roman), (Preface by Raymond Jean), Paris: Ellipses, 1996, 205 pages.

4. Béatrice Bonhomme, La Condition Humaine by Malraux, Paris: Ellipses, 1996, 113 pages.

5. Béatrice Bonhomme, Jean Giono,‘Mentor’ Series, Paris: Ellipses, 1999, 125 pages.

6. Béatrice Bonhomme, Salah Stétié Mirrored,Amsterdam-Atlanta: Rodopi, 2000, 80 pages.

7. Béatrice Bonhomme, Blue Nude,essay on poetry, Coaraze: L’Amourier, 2001, 50 pages.

8. Béatrice Bonhomme, Rounds, Songs and Nursery Rhymes,Nice: Nu(e), 2005, 104 pages.

9. Béatrice Bonhomme, Memory and Paths to the World in Contemporary Poetry, Tome 1, Colomars: Melis, 2008, 212 pages.

10. Béatrice Bonhomme, Pierre Jean Jouve or the Inner Quest, Biography of Pierre Jean Jouve, Paris: Aden, 2009, 445 pages.

 

II. - DIRECTION AND SCHOLARLY EDITING AND PUBLICATION OF COLLOQUIUM PROCEEDINGS

 

 

1. Anna Jaubert, Béatrice Bonhomme, Don Juan, Proceedings of the Don Juan Colloquium, University of Nice-Sophia Antipolis, 12 March 1994, Nice: “Publications de la Faculté des Lettres”, 112 pages

2. Béatrice Bonhomme, Christiane Blot-Labarrère, Christiane Blot-Labarrère, Pierre Jean Jouve, Proceedings of the International Jouve Colloquium, University of Nice-Sophia Antipolis, 24-26 November 1994, Lille: Roman 20/50, 293 pages.

3. Béatrice Bonhomme, André Malraux, Proceedings of the André Malraux Colloquium, University of Nice-Sophia Antipolis 15 March 1996, Nice: “Publications de la Faculté des Lettres”, 88 pages.

4. Béatrice Bonhomme, Jacques Chabot, Giono otherwise, the Apocalyptic, the Frightening, the Dionysian, Proceedings of the Jean Giono Colloquium, University of Nice-Sophia Antipolis, March 1995, Aix-en-Provence: “Publications de l’Université de Provence”,  117 pages.

5. Béatrice Bonhomme, Royal Entertainment according to Jean Giono, Proceedings of the Jean Giono Colloquium, University of Nice-Sophia Antipolis, March 1996, Nice: “Publications de la Faculté des Lettres”, 136 pages.

6. Béatrice Bonhomme, Michel Erman, Claude Simon, Proceedings of the Claude Simon Colloquium, University of Nice-Sophia Antipolis/University of Bourgogne, Dijon: “Le Texte et L’Édition”, 1998, 136 pages.

7. Béatrice Bonhomme, Samuel Beckett, Proceedings of the Samuel Beckett Colloquium University of Nice-Sophia Antipolis, 26 January 1999, Nice: “Publications de la Faculté des Lettres”, 98 pages, 1999 republished online with Loxias (Revel) 2010,  98 pages.

8. Béatrice Bonhomme, André Tosel, Philosophy of the 20th Century and the Challenge of Poetry, Paris: the journal Noesis, Diffusion-Distribution Jean Vrin, 2004,  170 pages.

9. Béatrice Bonhomme, Françoise Armengaud, André Verdet, Pure Poetical Space, Paris: L’Harmattan, 2004, 148 pages.

10. Béatrice Bonhomme, Odile Gannier, The Nature of the Literary Journal, University of Nice-Sophia Antipolis, Nice: Publication online, with Loxias (Revel), 2004.

11. Béatrice Bonhomme, Micéala Symington, Rhythm in Poetry and the Arts. Philosophical Questioning and Artistic Reality, Paris: Honoré Champion, 2005,  409 pages.

12. Béatrice Bonhomme, Micéala Symington, Sylvie PuechThe “Trait” : Language, Face, Landscape. From Letter to Figure, Paris: L’Harmattan, April 2007, 2 tomes, one devoted to the publication of poetical texts, the other to critical contributions,401 + 192 pages.

13. Béatrice Bonhomme, Micéala Symington, Dream and Ruse in the Translation of Poetry, Paris: Honoré Champion, 2007,  380 pages.

14. Béatrice Bonhomme, Micéala Symington, Open Horizons. For a Comparativist Approach, Lettres francophones. Imaginaires series, Paris: L’Harmattan, 2008,  487 pages.

15. Laure Michel, Patrick Quillier, Béatrice Bonhomme, Frédéric Jacques Temple or the Adventure of Living, University of Nice-Sophia Antipolis, Nice: Publication online, with Loxias (Revel), 2008; republished by Colette Camelin, Poitiers: « La Revue de la Licorne », 213 pages.

16. Béatrice Bonhomme, Jean-Yves Masson, Pierre Jean Jouve, European Poet, ‘Les Cahiers Jouve’ series n° 1, Paris: Calliopées, October 2009,  277 pages.

17. Béatrice Bonhomme, Serge Martin, Jacques Moulin, With the Poems of Bernard Vargaftig,Proceedings of the Cerisy-la-salle Colloquium, Vallongues: “Méthode ! Revue de Littérature n° 15”, 2009,  190 pages.

18. Béatrice Bonhomme, IIntegrity and Transgression in Pierre Jean Jouve, Proceedings of the Cerisy-la-Salle Colloquium, “Les Cahiers Jouve” series n° 2, Paris: Calliopées, 2010, 278 pages.

19.  Sylvie Ballestra-Puech, Béatrice Bonhomme, Philippe Marty, Museums of Language. The Heritage of Philostratus in Western Literature,Geneva: Droz, 2010,  250 pages.

20. Béatrice Bonhomme, Odile Gannier, Francis Ponge and Things enrobed, Paris: L’Harmattan, 2011, 274 pages.

21. Josiane Rieu, Béatrice Bonhomme, Aude Préta-de Beaufort, Hélène Baby, Poetical Echos of the Bible, Paris: Honoré Champion, 2012, 752 pages.

22. Béatrice Bonhomme, Jacques Moulin, Tristan HordéProceedings of the Cerisy-la-Salle Colloquium, Brussels: ‘journal L’Étrangère n° 29-30’, La Lettre volée, 2012, 530 pages.

23. Béatrice Bonhomme, Aude Préta-de Beaufort, Jacques Moulin, Dans le feuilletage de la terre : The Poetical work of Marie-Claire Bancquart, Proceedings of the Cerisy-la-Salle Colloquium, Oxford: Peter Lang, 2012,  529 pages.

24. Béatrice Bonhomme, Jean-Pierre Triffaux, Christine Di Benedetto, BBabel Revisited, the Gap betweem One Language and Another, from Text to Stage.Paris: L’Harmattan, 2012,  288 pages.

25. Cristina Pirvu, Béatrice Bonhomme, Dumitra Baron, PoeticalTraversals of Literature and Languages, Paris: L’Harmattan, 2013, 700 pages.

26. Béatrice Bonhomme, Hervé Bosio, La Revue Nu(e), 10 Interviews on Poetry Today, Brussels: La Lettre Volée, 2013, 145 pages.

27. Béatrice Bonhomme, Tristan Hordé, Jude Stéfan, the Festive Frenchman, Paris: Honoré Champion, 2013, 300 pages.

28.Béatrice Bonhomme, Gabrielle Althen, And Light has laughed, Nice: “La Revue Nu(e)”.

29.Béatrice Bonhomme, Gabriel Grossi, Poetry as Meditative Space?, forthcoming, Paris: Garnier, 2014, 300  pages.

30. Béatrice Bonhomme, Christine Di Benedetto, Filomena Iooss, Jean-Pierre Triffaux, abel Beloved, Chorality from one Performance to Another, from Theatre to Carnival, forthcoming, Paris: L’Harmattan, 2014.

31. Marie Joqueviel-Bourjea, Béatrice Bonhomme, Serge Bourjea, René Despestre, Facing the Sun, forthcoming, Paris: Hermann, 2015.

 

III. DIRECTION OF THE JOURNAL NU(E)

 

57 issues on contemporary poetry, each issue offering approximately 250 pages. I mention here only 5 titles representative of the entire work undertaken.

Direction and Editing : Béatrice Bonhomme and Hervé Bosio.

 

NU(e) 5 (1995)– Jacques Réda

Interview with Claude-Pierre Perez. Texts by Christian Jacomino, Marie-Hélène Cotoni, Laurent Fourcaut, Olympia Alberti, David Chaumat, Gabrielle Althen, Philippe. Raymond Thimonga, Gilbert Casula, Claudine Mussawir, Albert Borgel. Illustrations by Gérard Serée.

 

NU(e) 8(1996)– Michel Deguy

Interview with Arnaud and Maud Villani. Texts by Olivier Apert, Yves Charnet, Jung N. Woo, Jean-Marie Gleize, Jalel El Gharbi, Christopher Elson, Arnaud and Maud Villani, Jacques Kober, Jean-Paul Chague. Photographs : S.Bassouls/Sygma and Ambre Nolen.

 

NU(e) 10 (March, 1999)– Michel Butor

Previously unpublished texts by Michel Butor. Texts by Raphaël Monticelli, Henri Meschonnic, Marie-Claire Bancquart, Alain Suied, Jacques Ancet, Cédric Demangeot, Cécile Miguel, Franck Smith, Gilles Ortlieb, Pierre Schroven, Lionel Verdier, François Laur, Saïd Dib, Philippe Marty, Pierre Parlant, Jean-Paul Woodall, Jean-Luc Bayard, Laurent Fourcaut, Christian Arthaud, Dominique Maingueneau, Marie-France Lucas, Pouchkine adapté par Claude Ernoult, Philippe Raymond-Thimonga, Pierre Grouix…

 

NU(e) 20 (June 2002)– Mahmoud Darwich

Foreword : Gilles Ladkany and Pierre Grouix. Prologue Gilles Ladkany. Texts by Mahmoud Darwich. Interview with Farouk Mardam-Bey. Interview with Gilles Ladkany. Texts by Jean-Michel Maulpoix, Bernard Mazo, Khadim Jihad Hassan, Richard Robert, Saloua Ben Abda, Jean-Louis Ferrignaud, Marc Kober, Raphael Bertocchi, Dominique Grandmont, Ahamad Dahbour, Dounia Abourachid, Salma Khadra Jayyusi, Khadim Jihad Hassan, Pierre Grouix, Habib Tengour, Kbadr Shadir as Sayyab,Tawfiq Zayyad, Samih al-Qâsim…

 

NU(e) 49 (November 2011)– Bernard Noël

Previously unpublished texts by Bernard Noël. Texts by Tristan Hordé and Claude Chambard (Interview with Bernard Noël), Jean-Louis Giovannoni, Anne Malaprade, Régis Lefort, Jean-Luc Despax, Tristan Hordé, Claude Chambard, Angèle Paoli, Éric Dazzan, Paul Mathieu, Samuel Macaigne, Yves Collet, Jacques Ancet, Jude Stéfan, Jean-Luc Sarré, Israël Eliraz, Paul Louis Rossi, Rodrigue Marques de Souza, Arnaud Beaujeu, Patrick Laupin, Jeanpyer Poëls.

 

 

b. - Articles on Modern and Contemporary Poetry

 

1994

1. - « The writing of Duras or the rewriting of the book : L’Amant de la Chine du Nord or L’Amant all over again ». The ‘Nouveau roman’ under question: ‘Nouveau Roman’ and archetypes, Paris, ‘Revue des Lettres Modernes’ series. Coll.: « L’Icosathèque », directed by Roger-Michel Allemand and Alain Goulet, Paris: Minard, 1994, p. 121-161.

 

1995

2. - « New autobiography and fiction in the “Nouveaux Romanciers”. The case of Marguerite Duras », Autobiography and novelistic fiction, directed by Jacques Domenech, Nice: Publications de la Faculté des Lettres, 1995, p. 271-287.

3. - « True research, a literary study of Chapter IV of the first part of L’Emploi du temps », in Michel Butor, L’Emploi du Temps, Paris: Ellipses, 1995, p. 119-122.

 

1996

4. - « Éluard and contemporary poetry, comparisons », Colloquium « Éluard », University of Nice-Sophia Antipolis: Éluard a cent ans, texts selected and presented par Colette Guedj, Les Mots, la Vie, review on surrealism, “Publications du Groupe Éluard”, Paris: L’Harmattan, 1998, p. 331-340.

5. - « Antiquity and modernity of La Modification by Michel Butor », in Antiquity and new worlds, directed by Josiane Rieu, CRLP, Nice: “Publications de la Faculté des Lettres”, 1996, p. 273-290.

 

1997

6. - « Reading a woman », Pau and Cerisy-la-Salle Colloquia on Salah Stétié, July 1996. Texts chosen and presented by Daniel Leuwers and Christine van Rogger Andreucci, Presses Universitaires de Pau, 1997, p. 83-94.

7. - « A bio-bibliographical glance, life and œuvre », Albert Camus, La Chute, Paris: Ellipses, 1997, p. 7-13.

 

1998

8. - « Salah Stétié, poet of duality »,Francophone Imaginaries, directed by A. Chemain, CRLP, Nice: “Publications de la Faculté des Lettres”, p. 66-84.

9. - « Salah Stétié, ferryman poet », International Colloquium of L’AEFECO, Leipzig, 30 March-4 April 1998, Unity and diversity in francophone writing, what challenges for our end of century? “Cahiers francophones d’Europe Centre-Orientale”, 10, directed by Fritz-Peter Kirsch and Arpad Vigh, Leipziger Universitätsverlag, 2000, p. 277-291.

 

1999

10. - « Méditerranean space and landscape in the texts of Le Clézio », Musée Matisse and Faculté des Lettres, 27 November 1997. Publication in “Les Cahiers de Narratologie Appliquée”, n° 9, 1999, Space and narrative voice, texts selected and presented by Marc Marti. Nice: “Publications de la Faculté des Lettres”, 1999, p. 10-31.

11. - « Narrative space and voices in the contemporary poem », Publication in “Les Cahiers de Narratologie Appliquée”, 9, 1999, Space and narrative voice, texts selected and presented by Marc Marti. Nice: “Publications de la Faculté des Lettres”, 1999, p. 175- 203.

 

2000

12. - « Dedications to the Fates. Elements of analysis », Colloquium at l’Université de Pau on Jude Stéfan, 20-21-22 May 1999, Jude Stéfan, poet in spite of, texts selected by Christine Andreucci, Pau: Presses de Université de Pau, 2000, p. 51-57.

13. - « What if we see everything without seeing anything ? : James Sacré : an experience of the desert », Colloquium on contemporary poetry, Dalhousie University, Halifax, Canada, 24-25 September 1999, in French Poetry Today, texts selected by Daniel Leuwers, Tours: Publications de l’Université François Rabelais, 2001, p. 71-79.

14. « A contemporary experience of the desert: James Sacré (poet) and Sonia Guerin (painter) »,Représentation of the desert, texts presented and chosen by Hédia Abdelkfi, Colloquium, Tozeur, 22/23/24 November 2000. Published by l’Association Joussour Ettawassol, with the assistance of ‘La Faculté des lettres et Sciences humaines, Université de Sfax pour le Sud’, January 2002, p. 165-174.

15. - « Gérard de Nerval and Yves Bonnefoy, a poetics of simplicity », Yves Bonnefoy and the 20th Century, Tours, Colloquium 14/15/16 October 2000, directed by Daniel Lançon, Tours: Publication of l’Université de François Rabelais, 2001, p. 179-194.

 

2001

16. - « The memory of forgetting in the work of Philippe Jaccottet », in Philippe Jaccottet, Memory and the gap between, texts assembled and presented by Renée Ventresque, Montpellier, 2/3/4 May 2001. Montpellier: Publications Université Paul-Valéry, Montpellier III, 2002, p. 57-73.

17. - « A reading of Anacoluptères by James Sacré », 17/18/19 May 2001, Pau, Colloquium James Sacré, texts selected and presented by Christine Van Rogger Andreucci, Saint-Benoît-du-Sault: Tarabuste, 2002, p. 30-36.

18. - « Memory and metamorphosis in the work of Serge Popoff », in the framework of the International Colloquium on French and Francophone Art since 1980. Dalhousie University, 27, 28 September 2001, directed by Michael Bishop and Christopher Elson, Amsterdam-New-York: Rodopi, 2005, p. 39-42.

19. - « Salah Stétié, a poetry between exile and communality », in the framework of the Colloquium Poésie, land of exile. International meetings with Salah Stétié, 5/6/7 November 2001, University of Montreal, texts selected and presented by Alexis Nouss, « Le soi et l’autre » series, Montreal: Trait d’union, 2003, p. 113-131.

20. - « A poetry of the essential or how to change experience into innocence », in The Ways of Salah Stétié, Bretagne: Blanc Silex, 2001, p. 107-120.

 

2002

21. - « A poetry of withdrawal and angularity between exile and communality in the œuvre of Salah Stétié, Bernard Vargaftig and André du Bouchet ». Proceedings of the Bari Colloquium, 14 January 2002, Whereto poetry at the beginning of the third millenium?, directed by Giovanni Dotoli, Bari/Paris: Schena editore /Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, p. 64-78.

22. - « The quest for identity in Lecture of Robert Sabatier », Colloquium “La Revue Sud (1970-1996)” and the contemporary poetic creation, University of Toulon, “Var et Poésie”, 2002, texts chosen by Michèle Monte, Aix-en-Provence: Edisud, 2003, p. 253-260.

23. - « Mystical desert in the works of Pierre Jean Jouve and Salah Stétié », Colloquium Poetics and imaginary of the désert, University of Montpellier III and University of Avignon, 2002, texts selected by Jean-François Durand, Montpellier: “Publications Université Montpellier III”, 2005, p. 319-329.

24. - « Artaud and Giono: epidemic conjunctions», Colloquium Antonin Artaud writer of the South, directed by Thierry Galibert, Marseille, “Centre des Écrivains du Sud”, Aix-en-Provence: Édisud, 2002, p. 83-93.

25. - « Jacques Réda, city traveller. A reading of La Liberté des rues », International Colloquium, Centre de recherche sur la littérature des voyages, Paris-Sorbonne IV, 2002, Narratives from the last century of travel, from Victor Segalen to Nicolas Bouvier. Château de la Napoule, online publication on the site of CRLV, 2002, texts chosen and presented by Olivier Hambursin, Paris: PUPS, 2005, p. 213-222.

 

2003

26. - « Le Loup by Verdet. Facing Le Loup by Vigny », Proceedings of the Colloquium organised at University of Nice-Sophia Antipolis, André Verdet, poetry’s pure space, March 2003, directed by Françoise Armengaud and Béatrice Bonhomme, Paris: L’Harmattan, 2004, p. 75-83.

27. - « Living memory: nature, sensuality and alchemy of writing in Le Temps de la Transmutation by Jean Claude Renard », International Colloquium, Toulon, March 2003, Jean-Claude Renard, “l’hôte des Noces”. Aspects of Contemporary Lyricism, texts selected and presented by André-Alain Morello, Paris: Honoré Champion, 2007, p. 45-52.

28. - « The dance round in a circle of memory », in Henri Meschonnic, thought and the poem, Cerisy Colloquium, directed by Gérard Dessons, Serge Martin and Pascal Michon, Paris: In PRESS, diffusion PUF, Distribution Flammarion, 2005, p. 105-117.

29. - « Between notes, observations and other jottings, Jaccottet’s prose work or writing’s journal », International Colloquium, Nice, October 2003, Emerging Literary Genres, texts selected and presented by Jean-Marie Seillan, Paris: L’Harmattan, 2005, Chapitre XII, p. 247-263.

 

2004

30. - « Archeology and the City in Butor », in Michel Butor in Nice, directed by Laurence Jeandidier, Nice: “Publications Bibliothèque Louis Nucéra”, mars 2004, p. 31-44.

31. - « The inscribing of history in the work of Claude Simon », in collaboration with Bérénice Bonhomme, in the framework of CERIEL, Strasbourg, University Marc Bloch, Seminar “Écritures de l’Histoire”, directed by Gisèle Séginger, Strasbourg: “Publications de l’Université de Strasbourg”, 2005, p. 277-291.

32. - « Letter to be sung to Señor José Martin Elizondo by Serge Pey, lyricism of an incantation and rhythm of a fight », International Colloquium, directed by Andréas Pfersmann, March 2004, Serge Pey the internationale of rhythm, “L’Atelier des Brisants”, Liancourt: Dumerchez, 2009, p. 271-278.

33. - « Salah Stétié, Rimbaud, The Eighth Sleeper », in the framework of the Rimbaud Colloquium organised by Pierre Brunel, University Paris IV-Sorbonne, May 2004.

34. - « Eight variations on the work of Bernard Noël », in With Bernard Noël, every encounter is enigma, directed by Serge Martin, La Rochelle: Himeros / Rumeur des Alpes, 2004, p. 35-47.

35. - « Rimbaud : Porosity as modernity », Rimbaud and modernity, Proceedings of the Naples Colloquium, 6-7 December 2004,directed by Giovanni Dotoli and Ralph Heyndels, texts selected and presented by Giovanni Dotoli and Carolina Diglio, “Biblioteca della Ricerca”, series, Bari/Paris: Schena Editore/Presses Universitaires de la Sorbonne, 2005, p. 91-102.

36. - « Poetry and place », in 20th-Century Philosophy and poetical challenge, in Noesis, 7, directed by Béatrice Bonhomme and André Tosel, Spring 2004, Paris: Diffusion Vrin, p. 147-164.

37. - « Gestures of language in the work of James Sacré », James Sacré, directed by Yves Broussard, Gémenos: journalAutre Sud n° 27, December 2004, p. 29-44.

 

2005-2006

38. - « Salah Stétié, a poetry between circle and line », Colloquium, University of Nice-Sophia Antipolis on The “Trait”, from letter to figure, March 2005, directed by Béatrice Bonhomme, Miceala Symington, Sylvie Puech, Paris: L’Harmattan, 2007, p. 150-160.

39. - « Poetry’s places in Heather Dohollau », Cerisy Colloquium, Heather Dohollau, evidence of light, June 2005, directed by Daniel Lançon and Tanguy Dohollau, Le Housset: Folle Avoine, 2006, p. 36-44.

40. - « Memory and porosity in the work of Henri Meschonnic », Colloquium directed by David Ellison, University of Miami, 31 mars 2006, Contemporary French & Francophone Studies: Sites : Situating French/ Situer le Français, directed by Roger Célestin and Eliane DalMolin, David Ellison, Volume 11, 3, Routledge, August 2007, p. 351-360.

 

2007

41. - « Antonin Artaud: excessive body », Colloquium Excess, sign or cliché of modernity ?, 25-27 January 2007, University Jean Moulin, Lyon 3, “Centre Jean Prévost, Groupe Marge”, directed by Lionel Verdier and Gilles Bonnet, Les Cahiers de Marge, Paris: KIME, 2009, p. 205-222.

42. - « The landscape of Pierre Dhainaut », Study Day, University of Paris IV-Sorbonne, directed by Jean-Yves Masson and Aude Préta-de-Beaufort, 28 April 2007, Perpignan: ‘Presses Universitaires de Perpignan’, 2015.

43. - « Body in the work of Marie-Claire Bancquart », Voices/Ways of the other : women poets in the 20th and 21st Centuries, directed by Patricia Godi and Bernadette Hidalgo-Bachs, University of Clermont-Ferrand II, 7, 8 and 9 November 2007, “Centre de Recherches sur Les Littératures et la Sociopoétique” CELIS, Clermont-Ferrand: Presses Universitaires Blaise Pascal, 2010, p. 443-451.

 

2006

44. - « Claude Louis-Combet encountering the work of Henri Maccheroni: Claude Louis-Combet’s poem or inaugural Vision », Visions, Visitations, Passions with Claude Louis-Combet, texts chosen and presented by Stéphanie Boulard, Clichy: Éditions de Corlevour, 2008, p. 201-206.

45. - « A poetics of Salah Stétié », special issue on Salah Stétié, NUNC, 15, directed by Marc-Henri Arfeux, March 2008, Clichy: Éditions de Corlevour, p. 118-120.

46. - « Henri Meschonnic, poetical revolution or the invention of a ligne at once straight, curved and angular », directed by Alain Chanéac, Le Cheylard: Faire part, June 2008, p. 20-23.

47. - « Michel Deguy, study of a poem: Le Métronome », Twentieth-Century French Poetry, a Critical Anthology, Edited by Hugues Azérad and Peter Collier, Cambridge University Press, 2010, p. 195-203.

48. - « Bernard Vargaftig, Blind man’s bluff », Cerisy Colloquium With the poems of Bernard Vargaftig, the enigma of the living, directed by Béatrice Bonhomme, Jacques Moulin, Serge Martin, July 2008, Vallongues: Méthode ! revue de Littérature, 15, 2009, p. 73-80.

49. - « Benoît Conort, poetry or death: smashing down the walls », Study Day Benoît Conort, writing in the dark, organised by Jean-Yves Masson and Corine Godmer, University of Paris IV-Sorbonne, 6 December 2008, Nice: NU(e) n° 41, June 2009, p. 111-119.

50. - « Memory and porosity in Guillevic », Guillevic, Now, Cerisy Colloquium, 11-18 July 2009, directed by Michael Brophy and Bernard Fournier, Paris: Honoré Champion, 2011, p. 161-173.

 

2009

51. - « Introducing Segalen », Views across 20th-Century Poetry, Tome 2, directed by Laurent Fels, Namur: Presses de l’Université de Namur, forthcoming.

52. - « Marguerite Duras and poetry », Proceedings of the Colloquium The Art of decentering, University of Haïfa, texts chosen and presented by Jacqueline Michel, Paris: Publisud, January 2009, p. 193-204.

53. - « Memory and porosity in Guillevic », Guillevic, Now, Cerisy Colloquium, 11-18 July 2009, directed by Michael Brophy and Bernard Fournier, Paris: Honoré Champion, 2011, p. 161-173.

 

2010

54. - « Frédéric Jacques Temple, memory and porosity of being to the world in La Chasse infinie », Saorge Colloquium Fréderic Jacques Temple, the adventure of life, November 2007, directed by Béatrice Bonhomme, Patrick Quillier, Laure Michel, Publication online with Loxias, 2008 (Revel), reedited with “Éditions de La Licorne”, Poitiers: 2010, p. 119-128.

55. - « King Cophetua : novella or picture gallery ? », in Museum de language, the heritage of Philostratus in Western literature, directed by Sylvie Ballestra-Puech, Béatrice Bonhomme, Philippe Marty, Geneva: Droz, 2010, p. 173-183.

56. - « Preface »; « Francis Ponge and James Sacré, a poetics of relativity », in Francis Ponge and the enrobement of things, “Thyrse” series, 2, texts selected and presented by Béatrice Bonhomme and Odile Gannier, Paris: L’Harmattan, 2012, p. 7-11 ; p. 209-220.

57. - « Preface »; « Pointillist portrait of the father », in Proceedings of the Cerisy Colloquium James Sacré, September 2010, directed by Béatrice Bonhomme, Jacques Moulin, Brussels: L’Étrangère, 29-30, La Lettre volée, 2012, p. 15-22; p. 105-118.

 

2011

58. - « Preface »; « Marie-Claire Bancquart, The riddle of time », in Marie-Claire Bancquart in the flaking of the earth, Proceedings of the Cerisy Colloquium, September 2011, directed by Béatrice Bonhomme, Aude Préta de Beaufort, Jacques Moulin, Oxford: Peter Lang 2012, p. XIII-XV; p. 27-41.

 

2012

59. - « Serge Pey, poetry or the rhythm of a commitment », in Relating the poem to its time : contemporary questions, texts chosen and presented by Jacqueline Michel and Annette Shahar, Bern: Peter Lang, 2012, p. 193-203.

60. - « Preface »; « The sweet, tough Stefanian sisters, in the layering of their various mythological incarnations », in Jude Stéfan, the festive Frenchman, Cerisy Colloquium, September 2012, directed by Béatrice Bonhomme, Tristan Hordé, Paris: Honoré Champion, 2014, p. 7-14 ; p. 41-61.

61. - « Preface »; « Salah Stétié or meditation’s poetical space », University of Nice Colloquium, 29-30 November 2012, Poetry as meditative space, organised by Béatrice Bonhomme, Gabriel Grossi, forthcoming, Paris: Garnier, 2014, p. 3-7 ; 183-191.

62. - « Writing gesture by Philippe Jaccottet or erasable-unerasable imprints on the way », in Unerasing the work and its ends, International Colloquium, University College Dublin, directed by Michael Brophy, Mary Gallagher, forthcoming, Paris: Garnier.

63. - « Preface »; « Images of space in two works by Beckett », in Babel revisited, the interval between one language and another, from text to stage, “Thyrse” series, Paris: L’Harmattan, 2012, p. 9-16 ; p. 19-35.

 

2013

64. - « Preface » ; « Salah Stétié between French and Arabic », Poetic traversals of literatures and languages, texts selected by Béatrice Bonhomme, Cristina Pirvu, Dumitra Baron, ‘Thyrse” series, Paris: L’Harmattan, 2013, p. 7-38 ; 181-195.

65. - « Filial love, awakening and birthing in death », University of Strasbourg, Colloquium on Alain Suied, directed by Michèle Finck, forthcoming.

66. - « Salah Stétié, world and word, nuclei of a meditation, or how Ulysses-Stétié also becomes Penelope the weaver », Paris, BNF, “Event around the exhibition Salah Stétié”, 4 April 2013: Cournonterral: Journal Souffles, dir. Maxime Del Fiol, 2014, p. 239-257.

67. - « Relationships between poetry, philosophy and politics in our time, the example of Philippe Beck », Poetry /Philosophy /Politics, Atelier de rechercheAHRC/ Research Network Workshop, Maison Française d’Oxford, 26 April 2013, directed by Michael Kelly, Hugo Azérad,Nina Parish (University of Bath) and Emma Wagstaff (University of Birmingham),in L'Esprit Créateur (Johns Hopkins University Press) Special issue of L’Esprit Créateur, forthcoming 2015: « Poetry at work : Poetry, Philosophy, Politics ».

68. - « Reedifying popular tales in the poetical œuvre of Philippe Beck », Cerisy Colloquium, An objective song today, August 2013, Paris: José Corti, 2014, p. 36-64.

69. - « Porousness to the world in the work of Lorand Gaspar », Colloquium Lorand Gaspar and world-matter, University of Pau and University of Tunis, 12/13/14 November 2013, forthcoming.

 

2014-2015

70. - « The carnivalesque body of Antonin Artaud », Colloquium Babel 2, Babel beloved, chorality from one performance to another, from theatre to carnival, March 2014, forthcoming, “Thyrse” series Paris: L’Harmattan, 2014.

71. - « Explosive Luminosity and Splendor: the Writing of Being and Radiance», Nice: Nu(e) no. 56 devoted to Jean-Paul Michel, November 2014, p. 89-95.

72. - « Articulating the Poetic and the Political in the Writing of Emaz », Colloquium, Speaking of Reality in Poetry Today, University of Saint-Étienne, directed by Béatrice Bonhomme and Evelyne Lloze, December 2014.

73. - « From Gesture to Speech, an Introduction to the Poetics of James Sacré». Colloquium, Poetic Gestures, University of Rouen, directed by Caroline Andriot-Saillant and Thierry Roger, April 2015.

 

 

c - Articles on the Work of Jean Giono

 

1986

1. - « The language of death in Le Hussard sur le Toit ». Lecture given at the Journées Jean Giono, July 1986, Manosque. Article appearing in the Bulletin, 25, Spring-Summer 1986, Manosque: Association des Amis Jean Giono, p. 50-63.

 

1987

2. - « The lower universe as remedy for ennui ». Bulletin, 27, Spring-Summer 1987, Manosque: Association des Amis de Jean Giono, p. 74-89.

 

1989

3. - « The evolution of the language of death in the work of Jean Giono », 3rd International Colloquium, Styles of Jean Giono (Aix-en-Provence, 7-10 juin 1989), Lille: Roman 20/50, 1990, p. 177-189.

 

1994

4. - « Grotesque death and laughter in Jean Giono », in Literary laughter and smile, chosen and presented by Alain Faure, Nice: Publications de la Faculté des Lettres, 1994, p. 24-44.

 

1995

5. - « From Rabelais to Giono: an aesthetics of the grotesque », in Hommage to Professeur Rouy, Centre d’Études Médiévales, Nice: Publications de la Faculté des Lettres, 1995, p. 339-356.

6. - « Jean Giono’s contribution to the evolution of the 20th-Century novel: Innovation in Un Roi sans divertissement ». International Colloquium Jean Giono, Aix-en-Provence, Giono novelist, Tome 1, June 1995, Aix-en Provence: Publications de l’Université de Provence, 1999, p. 105-119.

7. - « Elemental Apocalypse in Batailles dans la Montagne, Noé and Le Hussard sur le toit ». Colloquium Giono otherwise, the Apocalyptic, the frightening, the Dionysian, University of Nice, Aix-en Provence: “Publications de l’Université de Provence”, 1995, p. 9-27.

 

1996

8. - Adaptation of a work by Giono in the framework of the ‘Théâtre universitaire de Nice’: A royal Entertainment, according to Jean Giono, directed by Béatrice Bonhomme, CRLP, Nice: Publications de la Faculté des Lettres, 1996, p. 28-85.

9. - « Ennui and distraction in the work of Jean Giono », in A royal Entertainment, according to Jean Giono. CRLP, Nice: Publications de la Faculté des Lettres, 1996, p. 11-27.

 

1998

10. - « Relationship to food in Jean Giono », inFood and writing, directed by Marie-Hélène Cotoni, CRLP, Nice: Publications de la Faculté des Lettres, 1998, p. 255-269.

 

1999

11. - « An aesthetics of the grotesque body from the Middle Ages to the 20th Century », in Filth and Purity, the body in its cultural environment, directed by Jean-Jacques Vincensini, Paris: Maisonneuve et Larose, 2003, p. 119-133.

 

2001

12. - « Between the picaresque novel and the Don Quixote model : a reading of two novels by Jean Giono, Les Grands Chemins andLe Hussard sur le toit ». Giono Colloquium, 27/28/29 March, Montpellier and Perpignan, Giono in his culture, directed by Jean-François Durand and Jean-Yves Laurichesse, Perpignan-Montpellier: Presses Universitaires de Perpignan and Publications de l’Université de Montpellier III, 2003, p. 261-275.

 

2003

13. - « The model of Greek tragedy in Jean Giono », in Jean Giono, Southern imaginary, directed by Jean-François Durand, Aix-en-Provence: Édisud, 2003, p. 131-140.

 

2008-2009

14. - « Poetical memory in the novelistic work of Jean Giono », in Giono, memory at work, directed by Jean-Yves Laurichesse and Sylvie Vignes-Mottet, University of Toulouse Le Mirail, 27-28-29 March 2008, ‘Essais de littérature Cribles’ series, Toulouse: Presses Universitaires du Mirail, 2009, p. 307-318.

 

 

B. - A 20th-Century Specialist's View upon Previous Centuries édents

 

1990

1. - « Goethe’s Faust as total spectacle », in Goethe, The second Faust, Paris: Ellipses, 1990, p. 41-52.

 

1991

2. - « Les Liaisons dangereuses by Choderlos de Laclos » (Commentary on Letter XLVIII), in The Passion of love, Paris: Ellipses, 1991, p. 74-77.

 

1994

3. - « Aristotle and writing power in La Politique (book V) », in Analyses and reflections on power, Paris: Ellipses, 1994, p. 24-27.

4. - « Writing power in Du Corps politique by Hobbes », in Analyses and reflections on power, Paris: Ellipses, 1994, p. 53-57.

 

1995

5. -  « Acte IV, scene 2, the illusion of reconquest », in Racine, Britannicus, Figures of power, Paris: Ellipses, 1995, p. 58-61.

6. - « On classical Racinian tragedy. A definition », in Racinian tragedy, Paris: Ellipses, 1995, p. 21-29.

 

1996

7. - « Voltaire and politics; Voltaire and God », in Short Voltairian Breviary, Paris: Ellipses, 1996, p. 12-15.

 

 
 
 

Summary Refereed Articles

35

Articles on the 20th and 21st Centuries 1) on the poetry of Pierre Jean Jouve

73

                                                     2) on modern and contemporary poetry

14

                                                     3) on the work of Jean Giono

7

A Twentieth-Century Specialist’s view across previous centuries

 

 

VI - LECTURES IN OVERSEAS UNIVERSITIES

 

1998

1. - University of Leipzig. Lecture on Salah Stétié and francophonie.

 

1999

2. - Dalhousie University, Halifax. Lecture on James Sacré.

3. - University of Tunis. Lecture on Mallarmé.

 

2000

4. - University of Grenada. Series of lectures on contemporary French poetry.

5. - University of Tozeur. Paper on the desert.

 

2001

6. - University of Tunis. Lecture on poetry and painting.

7. - University of Suceava. Series of lecures on contemporary French poetry.

8. - Dalhousie University, Halifax. Lecture on contemporary French poetry.

9. - University of Montréal. Lecture on Salah Stétié.

 

2002

10. - University of Bari. Lecture on contemporary poetry.

 

2003

11. - University of Thessalonica. Lecture on contemporary poetry.

 

2004

12. - University of Louvain-la-Neuve. Paper on Bauchau and Jouve.

13. - University of Naples. Lecture on Rimbaud. Series of lectures on contemporary poetry.

 

2006

14. - University of Miami. Paper on contemporary French poetry in the framework of the meeting titled : « Situating French ».

15. - University of Louvain-la-Neuve. Paper on Henry Bauchau.

 

2007

16. - University of Texas. Paper on contemporary French poetry in the framework on the meeting titled : « Situating French ».

17. - University of Tunis and Ecole Normale Supérieure of Tunis. Lecture on « Writing on art, an art of writing ».

18. - University of Cambridge. Poetry and painting. Lecture for the Henri Maccheron Exhibition.

19. - University of Haïfa. Paper on reticence and contemporary poetry.

 

2008

20. - University of Haïfa. Paper on decentering, generic identities, the novel and poetry.

 

2009

21. - University of Cambridge. Lecture on contemporary poetry.

22. - University of Aberdeen. Lecture on the poetry of Marie-Claire Bancquart.

23. - University of Grenada. Series of lectures on poetry and theater.

 

2010

24. - Dalhousie University, Halifax. Lecture on contemporary poetry.

25. - University of Haïfa. Paper on poetry and commitment.

26. - Acadia University, Wolfville. Lecture on contemporary poetry.

27. - University of Sainte-Anne, Yarmouth. Lectures on contemporary poetry.

28. - University of Moncton. Lectures on contemporary poetry.

 

2011

29. - University of Iasi. Lectures and exchanges on contemporary poetry.

30. - University of Sainte-Anne, Churchpoint. Lectures on contemporary poetry.

 

2012

31. - College de Dublin. Communication sur l’effacement/ ineffacement en poésie.

 

2013

32. - Maison française, University of Oxford. « Poetry, philosophy, politics », Research workshop, AHRC Paper on Philippe Beck.

33. - University of Tunis. Paper on Lorand Gaspar.

 

 

 

Summary Invited Lectures

73

Lectures in the PACA region (of which 21 lectures on Art)

35

Lectures for Univ. Nice from 1998 to 2005/ 5 lectures per year

27

Lectures in Cultural Centres in France (Centre Thomas Moore, Cerisy, BNF, Beaubourg)

48

Lectures in French Universities

33

Lectures in Overseas Universities

 

 

VII - PRÉSENCE IN THE WORLD OF POETRY

 

1. - Invitations and Reading in the framework of the Printemps des poètes and festivals

 

2006 Invited in the framework of the Mediterranean Poetry Festival of Lodève.

2009 Invited in the framework of the Festival of Theatre in Grenada.

2010 Invited in the framework of the Printemps des poètes in (English) Canada.

2011 Invited in the framework of the Printemps des poètes in Romania.

2011 Member of the Louise Labé Poetry Prize Jury.

2012 Invited in the framework of the Festival of Mediterranean Poetry in Sète.

2013 Invited in the framework of the Printemps des poètes of Annecy.

70 Public readings and recitals in cultural centres, libraries, museumss, universities, pre-university classes.

75 Creative texts and short articles courts in journalses.

 

2. - Books of poetry and collaborations with painters, livres d'artistes

 

I mention here only 2 books of poetry out of 49.

 

 

1. - Bonhomme, Béatrice, Les Gestes de la neige (The Gestures of Snow), prefaced by Salah Stétié, Frontispiece by Henri Maccheron, reproduction of a watercolour, copy not for sale 3/5, original engraving by Henri Maccheroni, book signed by Béatrice Bonhomme and Henri Maccheroni, original edition, printed on fabriano vellum, 800 copies of which 31 accompagnied by an original engraving signed by Henri Maccheroni numbered from I to XXXI, 5 copies reserved for collaborators numbered from HC 1 to HC 5, 4 artist’s copies numbered from EA1 to EA4. Collection Grammages, Coaraze: L’Amourier, 2e trimestre, 1998.

2. - Bonhomme, Béatrice, Nul et non avenu (Nul and Void) (serigraphs by Claire Cuenot), Mers/Indre: Collodion, 2002. 27 pages: text and image (series of figures of various colours) on each page. 18 cm x 26 cm. Signed by Claire Cuenot. The work Nul et non avenu by Béatrice Bonhomme accompagnied by original serigraphs by Claire Cuenot was printed on the 12th April 2002. The typography composed by hand in Bodoni corps 14 on Rivoli 160 gr., and the serigraphic printing were done in the atelier of the Editions Collodion in Mers/Indre. The 60 copies signed and numbered by the artist constitute the original edition

 

3. - Studies on the poetical oeuvre of Béatrice Bonhomme

 

2010

• Serge Martin, « Béatrice Bonhomme or the search for the voice of love »,Multivocal Poetry, encounters with thirty contemporary poets, Armand Colin, 2010, p. 40-45.

 

2012

• Arnaud Beaujeu, « Béatrice Bonhomme-Villani : chiaroscuro voice », 15 pages, forthcoming in Laurent Fels, Tome 3, Contemporary Writing.

• Michael Bishop, « Béatrice Bonhomme, l’irréductible entre dystopie et outopos », Rodopi, 2012.

• Michael Bishop, « Béatrice Bonhomme, the irreducible between dystopia and outopos », Rodopi, 2012.

• Journal Littérales, 9 devoted to Béatrice Bonhomme, September 2012, Writing and Being, p. 6-16.

 

2013

• Michael Bishop, « Beauties and Beatitudes : nine remarks on the work of four poets : Richard Rognet, Arnanda Devi, Béatrice Bonhomme, Herménégilde Chiasson »,SERTA (Spain). Directed by Antonio Dominguez Rey, 2013• Peter Collier and Ilda Tomas, Béatrice Bonhomme, word, death, love, Peter Lang, Collection « Modern French Identities », 100, Oxford, 2013, 422 pages

• Numerous translations into English, Bulgarian, Romanian, Spanish, etc…

 

 

2014

• Ilda Tomas, chapter 3 “Béatrice Bonhomme” in  Rainbow, studies on several poets, Modern French Identities, Oxford, 2014, p. 29-39.

 

Summary Presence in the World of Poetry

75

Texts in journals of poetry

49

Books of poetry and livres d’artiste

35

Poetry readings Abroad

53

Poetry readings in France

8

Invitations to Printemps des poètes and festivals/ Membership of the Louise Labé Poetry Prize Jury

 

 

PÔLES DE RECHERCHE

 

PLACE ET ENJEUX DE LA POÉSIE CONTEMPORAINE FRANÇAISE ?

 

Prolégomènes à l'objectif scientifique

 

À partir de cette question centrale : « La Poésie constitue-t-elle un enjeu contemporain et joue-t-elle un rôle d’échange essentiel entre le passé et le présent ainsi qu’entre les langues et les cultures ? »,je poursuis un projet de recherche qui permet d’atteindre deux objectifs scientifiques très précis, reliés par ce même désir de questionner la capacité critique, la réflexion éthique et les facultés de transmission que porte en lui le genre particulier de la poésie.

Le centre de mon interrogation essentielle sur la poésie repose, en effet, sur un questionnement fondateur mais de ce fait de grande ampleur : Qu’est-ce qui continue de se transmettre depuis la poésie ? Fait-elle signe vers une éthique future ? La poésie comme texte fondateur demande-t-elle à être continuée ? L’obligation de recommencer la poésie crée-t-elle l’historicité de l’humain ? La poésie fait-elle lien vers d’autres arts, d’autres langues, d’autres cultures ? (Cf. Les nombreux travaux de Philippe Beck sur cette problématique).

À partir de ces hypothèses, qui se doivent d’être plus étroitement cernées pour être opérationnelles, mon projet scientifique se décline en deux pôles beaucoup plus délimités et volontairement très circonscrits :

– Dans un premier temps, j’interroge la notion d’intertextualité et je cherche à mettre en lumière les liens entre poésie moderne et contemporaine française, à travers l’exemple privilégié de l’œuvre poétique de Pierre Jean Jouve (que je considère comme fondatrice), et son influence essentielle, encore insoupçonnée, sur la poésie contemporaine

– Dans un deuxième temps, je réfléchis sur les conditions de réception de la poésie dans le monde contemporain et, à partir de ces interrogations et des réponses éventuelles à y apporter, je tente d’élaborer des remédiations s’appuyant sur la mise en place d’actions scientifiques spécifiques.

 

En conjonction stricte avec une recherche personnelle rigoureuse, j’ai toujours souhaité m’impliquer fortement dans des responsabilités collectives. Si mon projet scientifique se recentre autour de ce désir de faire connaître et aimer – comme un art vivant – la voix de la poésie moderne et contemporaine, cela n’est en rien synonyme de repli. La poésie n’est « pas seule »  (Michel Deguy). Pour moi, au cœur de mon projet, il y a la primauté des liens. Filiation, interaction, communauté. Il s’agit de relier et de mettre en lumière les liens. Dès lors, prend sens le souci conjoint de l’intertextualité, de la dimension internationale et d’une dimension innovante sur le plan pédagogique, qui caractérise mon projet de recherche scientifique. Je souhaite, en effet, que mon projet associe à la recherche le domaine pédagogique et permette aux étudiants, dans le cadre de séminaires de recherche de Master, d’une part, de s’engager dans un programme de recherche sur Pierre Jean Jouve, en s’appuyant sur différents partenariats avec des bibliothèques en France comme à l’Etranger ; d’autre part de réfléchir concrètement à la manière de rendre la poésie plus accessible dans notre monde contemporain par la mise en place d’actions spécifiques dont ils seront promoteurs.

La poésie est mémoire textuelle, circulation de fragments de textes dans la mémoire discursive d’une collectivité et des individus qui la composent. Il s’agit d’une entreprise poétique contemporaine adossée à une bibliothèque de travail. On n’écrit jamais seul, mais niché dans une mémoire généralisée, mur de textes légendés où la création s’engendre d’une lecture et d’une réécriture de textes antérieurs. La poésie est traversée et « redéfinition de la tradition », héritage et recréation, mémoire et circulation qui affluent vers l’avenir. Comment faire du neuf sans détruire les filiations, repenser (et relire) le passé autrement, avancer des propositions syntaxiques ou prosodiques originales, croiser modernité et tradition, admirer profondément les grandes œuvres du passé et tenir bon sur un caractère novateur, ouvrir des voies nouvelles tout en tenant compte d’un héritage retraversé, élagué, circulant dans notre contemporain (Yves di Manno) ?

Réinjecter de la vie, faire que ce qui s’est figé redevienne instant de conviction, restaurer le souffle vital d’un mouvement dans la « mer gelée » des discours arrêtés, voilà pour moi le propre de la recherche sur la poésie, et ce qui justifie mon intérêt scientifique pour elle. La parole médusée, paralysante, cesse de l’être. Rouvrir le dossier de la poésie, c’est contribuer à rouvrir le dossier du partage de la langue. Le texte poétique demande aux chercheurs de l’éprouver, de le compléter dans l’expérience, la poésie attisant le désir de partager à nouveau, dans une humanité neuve dont le langage est le dépositaire (Philippe Beck).

La recherche scientifique sur la poésie est donc, pour moi, le mode d’expression qui coïncide le mieux avec l’idée d’un échange réciproque, échange du passé et de l’avenir, échange entre les cultures, les langues et les civilisations. Cet échange peut être dit « communauté », non seulement comme formes communes déroulées par l’histoire du politique, mais communauté de sens plus large, englobant les relations des êtres humains entre eux et avec le monde qui les entoure. La poésie renvoie à l’idée de peuple et de communauté. Elle est à la fois l’englobant et le socle à partir desquels peuvent s’échanger les cultures les plus différentes, les époques les plus éloignées, les conceptions les plus diverses du monde. On retrouve donc dans la poésie la politique au sens large (la question de la communauté), la tradition et l’élan novateur, l’intertextualité et l’exigence d’internationalisme. C’est ce mouvement d’échange qui porte la poésie toujours plus loin dans l’entente du monde que je voudrais, par mes pratiques variées, manifester et analyser dans ce projet qui  suit 2 objectifs scientifiques très précis et liés  :

I. - « Réinterroger la notion d’intertextualité et mettre en lumière l’intertextualité entre poésie moderne et contemporaine. Analyser, sous cet angle, l’exemple privilégié de l’œuvre fondatrice de Pierre Jean Jouve et son influence sur la poésie contemporaine ».

II. - « S’interroger sur l’évolution de la réception de la poésie dans le monde contemporain et, à partir de ce questionnement, proposer des remédiations, s’appuyant sur la mise en place d’actions scientifiques spécifiques ».

 

MISE EN PLACE DE L'OBJECTIF SCIENTIFIQUE

 

I. "Réinterroger la notion d'intertextualité et mettre en lumière l'intertextualité entre poésie moderne et contemporaine".

"L'exemple pririlégié de l'oeuvre fondatrice de Pierre Jean Jouve et son influence sur la poésie contemporaine".

 

Il s'agit d’abord de tenter de cerner de plus près ce que nous entendons par intertextualité. Car le flou de ce terme, de Kristeva à Barthes (“Théorie du texte”) et Genette, n’a pas été conjuré. Lautréamont, dans sa pratique, mettait déjà à mal les notions d’auteur, de propriété, d’invention. D’où la formule de Bellemin-Noël « le terme d’intertextualité a besoin d’être remis à sa place ». Il propose : « interlecture ». Sophie Rabau insiste : « si le sens des textes résidait non dans ses causes extérieures mais dans le rapport que les œuvres entretiennent entre elles ? ». Dans le cadre de ce questionnement sur l’intertextualité en poésie, j’ai participé à l’ouvrage collectif dirigé par Corinne Bayle (ENS de Lyon), Poète cherche modèle àparaître aux PUR en 2015, auquel j’ai contribué par le chapitre : « Jouve et Hölderlin ». C’est aussi sur ce thème que porte ma contribution (« La rédification des contes ») à l’ouvragePhilippe Beck, un chant objectif aujourd’hui (suite à un Colloque de Cerisy de 2013, dir. Gérard Tessier et Isabelle Barbéris), qui vient de paraître chez José Corti en 2014. Si je souhaite ainsi retravailler à la définition de l’intertextualité, c’est que ma recherche scientifique repose sur l’hypothèse que l’œuvre de Jouve, dont le volet poétique reste mal connu (malgré une certaine reconnaissance de son œuvre romanesque), a eu une influence insoupçonnée sur la poésie contemporaine. Cet objectif de mettre en lumière l’impact poétique de l’œuvre de Jouve sur notre contemporain, s’appuie sur une étude approfondie de l’œuvre reniée de Jouve (dont certains ouvrages restent inédits et très difficilement consultables) et de l’œuvre poétique de Jouve.

La recherche sur Jouve, constitue, en effet pour moi, un objectif scientifique fondateur. J’ai pour souhait d’approfondir mon travail sur ce poète et de mettre en exergue les influences qui ont marqué son œuvre, tout d’abord l’œuvre reniée (Jules Romains, Romain Rolland,…), puis l’œuvre poétique à partir des années 25 (Baudelaire, Mallarmé, Hölderlin,…), mais également l’influence fondamentale qu’il a, lui-même, exercée sur toute la poésie contemporaine. L’œuvre de Jouve est une œuvre complexe, curieusement méconnue, loin d’être encore explorée, et qui conjugue, de manière déconcertante, méditation sur les enjeux de la pensée moderne, réflexion sur l’esthétique, confrontation avec la psychanalyse (suscitée par ses relations avec Blanche Reverchon, traductrice de Freud), puissant élan vers la libération du vers et l’apparition de formes poétiques modernes. J’envisage toutes ces facettes et je tente de mettre en évidence dans mes travaux l’influence considérable qu’il a exercée sur des poètes contemporains incontournables (Yves Bonnefoy, Salah Stétié, Bernard Vargaftig, Bernard Noël, Marie Etienne, Claude Louis-Combet, Heather Dohollau,…). Cette recherche nécessite un travail sur les correspondances et les manuscrits, textes-ressources que j’ai commencé à localiser.

Depuis 2005, je préside avec Jean-Yves Masson la Société des lecteurs de Pierre Jean Jouve. Dans ce cadre, mon projet consiste, afin de mieux mettre en lumière les liens de Jouve à la poésie contemporaine, à encourager la réédition de l’œuvre de Jouve, sa traduction en langue étrangère et les travaux critiques portant sur elle. La Société a organisé plusieurs colloques qui rassemblent jeunes chercheurs et spécialistes confirmés, les Actes sont publiés dans Les Cahiers Jouve co-dirigés par Jean-Paul Louis et moi-même (éd. Calliopées). Un colloque, qui a eu lieu à Arras, dirigé par Dorothée Catoen, va ainsi paraître en 2015 : Pierre Jean Jouve, Vivre et écrire l’entre-deux. On y retrouvera ses amitiés, ses admirations, ses lectures, ses traductions, son itinéraire. J’ai pensé, dans les années à venir, à la publication par les Cahiers Jouve de deux autres ouvrages collectifs :Pierre Jean Jouve, écrivain engagé, et Jouve, l’œuvre reniée, autour de la problématique déjà développée par Daniel Leuwers mais encore approfondie ici. L’accent pourra être mis sur le geste de reniement de toute une période d’écriture, il s’agira d’interroger ce geste comme pouvant être lié à une pratique psychanalytique proche de celle de Freud, de réfléchir aux liens de Jouve à la psychanalyse et à l’impact éventuel, à travers l’œuvre de Jouve, de cette pensée sur la poésie contemporaine. Je cherche à mettre en exergue par des recherches sur différents ouvrages difficiles d’accès et consultables uniquement en bibliothèque, les liens qui perdurent entre les deux époques de l’écriture jouvienne. Je compte que ces travaux rapprochent de Jouve de nombreux jeunes chercheurs et des créateurs contemporains.

Pour aider les étudiants qui travaillent sur cette œuvre, j’ai déjà créé un site avec Jean-Paul Louis, qui en est l’administrateur. Je voudrais rendre accessible un fonds bibliographique et bibliophilique et établir des partenariats entre mon association et les bibliothèques ou les collectionneurs qui possèdent ces fonds, ainsi qu’avec les ayant-droits. Après un séjour effectué en 2011 aux Archives jouviennes de la Bibliothèque de Berne, et après la publication d’un premier article dans ce contexte en 2013, je souhaite rédiger, dans le cadre d’une critique génétique, une série d’autres articles sur l’étude des manuscrits et la correspondance de Jouve et mettre en place un partenariat suivi avec la Bibliothèque de Berne. Dans cette perspective, j’ai fait partie du comité scientifique du colloque : « Écrire en Suisse pendant la Grande Guerre » qui  a eu  lieu les 26 et 27 mars 2015 à l'Institut de Français de l'Université de Berne et a été consacré à une question d'actualité et de géographie littéraire : Comment les écrivains français, ou de langue française, ont trouvé ou cherché en Suisse des conditions pour écrire pendant le premier conflit mondial ? Ce colloque de littérature française et d’histoire de l’édition s'est intéressé aux conditions intellectuelles, éditoriales, sociales qui ont fait choisir la Confédération à certains écrivains. Ma communication, en lien étroit avec l’Histoire littéraire ainsi qu’avec l’implication politique de Romain Rolland et de Jouve, est intitulée : « Romain Rolland vivant et En Miroir, les deux facettes, en regard, d’un même art poétique » et met en exergue l’intertextualité entre Rolland et Jouve et l’influence déterminante que joue l’œuvre de Rolland sur celle de Jouve, malgré le reniement ultérieur. Ce colloque, dirigé par Michèle Crogiez et Nicolas Morel, sera publié dans Loxias. Je compte également travailler en partenariat avec Bruxelles sur le fonds René Micha, acheté par les Archives & Musée de la Littérature, qui se trouve en phase d’acquisition et de dépouillement.Ces archives, une fois rassemblées et traitées exhaustivement, formeront un tout conséquent et très riche, permettant des éclairages essentiels sur l’œuvre de Pierre Jean Jouve dans ses relations à la poésie moderne et contemporaine.

 

Synthèse sur le Premier objectif scientifique

 

Pour conclure sur l’objectif principal de ce premier volet de ma recherche, mes contacts avec les ayant-droits de Jouve, mes recherches sur les fonds jouviens, manuscrits et correspondances disponibles dans les bibliothèques françaises, suisses et belges et chez les collectionneurs, me permettent de mettre en place un certain nombre de colloques, de fédérer partenariats, manifestations, recherches d’étudiants et de doctorants sur cette œuvre, et de poursuivre la rédaction de nombreux articles sur la place de Jouve dans la poésie moderne et contemporaine. Ce travail pose les fondations à la rédaction d’un nouvel ouvrage sur Pierre Jean Jouve, lui redonnant ainsi toute sa place de plaque tournante à la croisée de la poésie moderne et contemporaine.

 

II. - "S'interroger sur l'évolution de la réception de la poésie dans le monde contemporain et à partir de ce questionnement proposer des remédiations s'appuyant sur la mise en place d'actions scientifiques spécifiques".

 

Parallèlement au travail à entreprendre sur Jouve et sur son positionnement dans l’Histoire littéraire, son importance et son influence, je m’interroge sur l’évolution de la réception de la poésie dans le monde contemporain et je formule un certain nombre de questions qui guident mon investigation : Quel regard la poésie contemporaine porte-t-elle sur les réalités culturelles, sociales et économiques de notre temps ? Quelle capacité critique, quelle réflexion politique et éthique, quelle pratique scripturale, quels modes lyriques, quelles attitudes (retrait ou engagement) peut-elle mettre en avant dans sa confrontation aux violences ordinaires de l’Histoire ? La poésie s’est-elle éloignée du grand public et pourquoi ? Même au sein du milieu littéraire, reste-t-elle comme marginalisée, quelles sont les raisons de cette marginalisation et quelles sont les remédiations éventuelles à apporter à un tel état de fait ? La question qui se pose en termes d’urgence est la suivante : La poésie constitue-t-elle toujours un enjeu contemporain et a-t-elle une place essentielle à tenir aujourd’hui dans la Cité ?Doit-on tout mettre en œuvre pour que cette forme particulière de la pensée et de l’être au monde puisse continuer à jouer un rôle important de lien entre les hommes et les peuples ? Doit-on lutter pour qu’elle reste cette possibilité d’échange, qui par-delà la violence et les conflits, tresse des liens entre le passé et le présent humain, entre les différentes cultures et les diverses civilisations ?

Dans le cadre de ces interrogations, il faut alors envisager la mise en place d’un certain nombre d’actions allant dans le sens d’une meilleure réception de la poésie par le public. Il est nécessaire, tout d’abord de favoriser la parole et la publication des œuvres des poètes contemporains avec de nouveaux projets à envisager dans le cadre de la revue Nu(e). Il s’agit de donner la parole aux poètes contemporains, de faire entendre leur voix afin de toucher un public plus vaste et de faire circuler la parole de poésie en éditant ces poètes dans une édition de grande qualité universitaire et scientifique. Chaque numéro de la revue est ainsi consacré à un poète contemporain, avec entretiens, inédits, articles sur l’œuvre, illustrés par des artistes de renom.Desnuméros de cette revue pourront ainsi être programmés jusqu’en 2020, portant sur Christian Doumet, Yves di Manno, Philippe Beck, Jean-Claude Pinson, Anne-Marie Albiach, Paul Louis Rossi...

Comme cadre à ce projet scientifique, outre les éditions Nu(e), je projette d’organiser de nouveaux colloques sur la poésie contemporaine aux décades de Cerisy et à l’Université de Nice, en partenariat avec le Centre Transdisciplinaire d’Epistémologie de la Littérature et des Arts vivants et sous l’axe Poiéma, toujours dans cette même idée de redonner à la poésie un public plus large et de mettre en lumière la poésie qui s’écrit aujourd’hui. Je poursuis cet objectif scientifique de mise en place de colloques universitaires, en même temps que l’écriture de divers articles et ouvrages que je consacre, chaque année, à la poésie moderne et contemporaine. Je travaille également à l’élaboration d’Actes de colloque. Ainsi en partenariat avec la Bibliothèque Francophone Multimédia de Limoges la publication d’un colloque international sur René Depestre, poète haïtien, a été mise en place chez Hermann par Marie Joqueviel Bourjea, Serge Bourjea et moi-même. Les Actes du Colloque La poésie comme espace méditatif (avec Gabriel Grossi), organisé à l’Université de Nice, sont parus aux éditions Garnier en 2015. J’aimerais mener à bien la publication de quatre tomes supplémentaires des Entretiens avec des poètes contemporains, aux éditions La Lettre Volée. Je compte également publier le tome 2 de Mémoires et chemins vers le monde, regroupant cette fois quinze femmes poètes contemporaines, et retraçant leur itinéraire poétique. Une codirection de colloque à l’Université de Saint-Etienne (avec Evelyne Lloze et Idoli Castro)  a eu lieu en décembre 2014, avec le titre : « Le regard critique des poètes ou : Dire le réel aujourd’hui en poésie ». Dans ce même ordre d’idées, j’ai participé à un colloque, organisé par Caroline Andriot-Saillant et Thierry Roger, qui a eu lieu à l’Université de Rouen sur « Les Gestes du poème », les 9 et 10 avril 2015.D’un point théorique, il s’est agi de voir en quoi la production du poème relève du geste. Doit-on envisager le poème gestuel comme signe, pratique, ou événement ? Ce colloque permet de s’interroger sur la réception des œuvres poétiques et de comprendre comment un poème est reçu des lecteurs, et éventuellement d’améliorer la réception du poème par un public, davantage prévenu, grâce à la mise en place, permanente et en amont, de différentes actions en faveur de la poésie.Toutes ces actions et remédiations seront accompagnées d’une volonté d’évaluation de leur portée afin d’adapter au fur et à mesure, avec l’aide des étudiants et des jeunes chercheurs, les modalités les plus efficaces de leur rayonnement.

Enfin, dans le cadre de mon centre de Recherche, je souhaite participer de façon importante avec la Revue Nu(e) au projet qui s’est mis en place dans le cadre du CTEL « Lectures de Lucrèce », dont le sujet me paraît particulièrement propice à la mise en œuvre d’une telle recherche sur la réception et je vais diriger et publier un ouvrage collectif :Avec Lucrèce, ouvrage portant sur la réception et la lecture créative effectuée par différents poètes contemporains de l’œuvre de Lucrèce. En effet, le De rerum natura de Lucrèce est un texte fondateur, en tant que premier grand poème scientifique, qui inaugure un genre littéraire qui vivra son heure de gloire au XVIIIe siècle, le genre connaissant une résurgence significative dans la seconde moitié du XXe siècle et enfin, comme je voudrais le démontrer, dans notre contemporain poétique que je projette d’explorer sous cet angle scientifique avec la participation de plusieurs poètes contemporains comme, par exemple, Christian Prigent, Marie-Claire Bancquart, Philippe Beck, Jean-Paul Michel, Paul Louis Rossi, James Sacré, Esther Tellermann, etc.

Afin de développer des liens avec de nombreux publics de langue et de culture différentes, il s’agit également de considérer la poésie comme une entité internationale. En partenariat européen avec le Centre du Département d’études françaises et francophones de l’Université « Lucian Blaga » de Sibiu (Roumanie), j’ai travaillé dans le cadre d’un séminaire Bilinguisme, double culture, littératures, avec des collègues roumaines, enseignante à Sibiu (Dumitra Baron) ou bibliothécaire à la BNF (Cristina Pirvu), autour des problématiques du bilinguisme littéraire et du dialogue interculturel.

La suite des travaux sur le bilinguisme pourrait donner lieu à la création d’un site web, à la rédaction d’un dictionnaire du bilinguisme littéraire, à l’organisation d’un colloque international en 2020. Des chercheurs italiens, grecs, allemands, etc, pourraient rejoindre l’équipe franco-roumaine pour un échange prometteur, permettant de s’interroger sur les différentes réceptions de la poésie et la place qu’elle aurait à tenir dans notre contemporain, en prenant appui sur des recherches scientifiques conjointes et pluriculturelles.

Toujours dans cette perspective d’échanges internationaux, je participe, en outre, actuellement à un atelier de recherche commun à Cambridge et Oxford sur les relations entre poésie, philosophie et politique. Le lancement de cette recherche a été effectué par Michael Kelly, Hugo Azérad, et d’autre part Nina Parish (University of Bath) et Emma Wagstaff (University of Birmingham) sous le titre : Poetry/Philosophy/Politics, Atelier de recherche AHRC Research Network Workshop à laMaison Française d’Oxford.

 

Synthèse sur le Deuxième objectif scientifique

 

Pour conclure sur ce deuxième volet de mon projet, extrêmement lié au premier, mon objectif scientifique principal consiste ici à faire naître des initiatives autour de la poésie, à la faire rayonner par la mise en place de travaux où elle apparaît dans toute sa richesse intertextuelle et interculturelle. Avec le site internet dédié au thème du bilinguisme dans la création poétique, avec les nombreux colloques associés et les numéros de Revues qui constituent de véritable dossiers de recherche universitaire capables de donner aux chercheurs une base scientifique forte, mon travail voudrait apporter des remédiations à une réception de la poésie sur laquelle nous nous interrogeons. Nous chercherons ainsi à réinsérer la poésie dans la Cité non seulement par un certain nombre d’actions universitaires mais aussi par des éléments ancrés dans la société contemporaine et nous établirons une grille d’évaluation afin de réfléchir au rayonnement de ces actions et à leur efficacité scientifique.

 

SYNTHÈSE GÉNÉRALE

 

Dans une synthèse générale, je dirais donc que mon questionnement fondamental porte sur la poésie contemporaine et que mon hypothèse scientifique est la suivante : La poésie constitue-t-elle un enjeu contemporain et a-t-elle une place essentielle, d’ordre culturel, social, politique à tenir ? Comment peut-elle contribuer aux liens vivants entre le passé et l’avenir, la tradition et l’innovation, aux échos entre les différentes cultures et favoriser la compréhension entre les différents pôles du langage et de la pensée ?

À travers ce projet, je voudrais montrer, par la mise en place d’actions et de recherches précises, de publications personnelles comme collectives, d’un séminaire de recherche de Master, engageant les étudiants dans le cadre de projets pédagogiques innovants, que la poésie est vivante et qu’elle renvoie à l’idée de mémoire et de communauté, la langue étant d’abord élément de communauté. De la mémoire intertextuelle, de la poésie moderne jusqu’au présent de notre poésie contemporaine, mon projet de recherche cherche à se recentrer autour d’une recherche-action très précise, qui consiste à faire entendre et connaître, comme un art vivant, la voix de la poésie contemporaine et à mettre en lumière sa dimension esthétique, philosophique et éthique.Les deux pôles de mon projet s’appuient sur des recherches approfondies, d’une part, sur l’œuvre de Jouve comme source privilégiée et irrigation de la poésie (considérée des années 50 à nos jours) et, d’autre part, sur la poésie contemporaine elle-même, interrogée sur l’efficacité ou non de sa réception, sur son impact et sur les remédiations éventuelles à apporter afin de rendre plus lisible sa présence au sein du monde contemporain.

 

 

PLACE ET ENJEUX DE LA POÉSIE CONTEMPORAINE ? TRAVAUX EN COURS

INTERTEXTUALITÉ

RÉCEPTION DE LA POÉSIE

PREMIER VOLET

DEUXIÈME VOLET

QUESTION DE LA PLACE

ET L’INFLUENCE

DE LA POÉSIE DE

PIERRE JEAN JOUVE

QUESTION DE

DES ÉCHANGES INTERCULTURELS EN POÉSIE CONTEMPORAINE

QUESTION DE LA RÉCEPTION DE LA POÉSIE CONTEMPORAINE ? MISE EN PLACE D’ACTIONS SPÉCIFIQUES

PARTICIPATIONS

• 2014  Colloque de Nancy sur l’influence des écrivains mystiques sur l’œuvre de Jouve.

 

• 2015  Colloque de Berne sur les relations entre Romain Rolland et Jouve.

 

PUBLICATIONS

• 2015   Direction des Cahiers Jouve: Publication Actes du Colloque d’Arras, Pierre Jean Jouve, vivre l’entre deux (direction Dorothée Catoen)

 

• A prévoir:  Ouvrage collectif, en collaboration entre les Universités de Nice et d’Arras : Pierre Jean Jouve, écrivain engagé, Cahiers Jouve.

 

• A prévoir :  Ouvrage collectif,Pierre Jean Jouve, l’œuvre reniée, Cahiers Jouve.

 

• 2015-2020  Articles sur l’influence de Jouve sur la poésie contemporaine.

 

• 2025 Ouvrage personnel sur la place déterminante de Jouve au carrefour de la poésie moderne et contemporaine.

 

ÉDITIONS

• A prévoir :  Éditions de quelques correspondances de Pierre Jean Jouve avec la collaboration de la Bibliothèque de Berne et Archives et Musée de la Littérature à Bruxelles.

 

REALISATION PÉDAGOGIQUE

A prévoir : Consacrer une partie du séminaire de Master sur la poésie à ces questions.

PARTICIPATIONS

• 2015-2020  Atelier de recherche commun à Cambridge et à Oxford sur les relations entre poésie, philosophie, politique. Deux aires linguistiques : Français et Anglais.

 

CO-DIRECTIONS

2014  Universités de Nice et Saint-Étienne, Co-direction avec Evelyne Lloze et Idoli Castro Colloque international sur Le regard des poètes ou dire le réel aujourd’hui en poésie, travail fondé sur 2 aires linguistiques, Française et Espagnole (France, Espagne, Caraïbe).

 

• A prévoir :  Co-direction Colloque international Universités de Nice et de Sibiu, Bilinguisme, double culture, littératures. Aires linguistiques : Roumain, Grec, Allemand, Français.

PUBLICATIONS

 • 2015  Publication aux Editions l’Harmattan,Université de Nice, Actes du colloque international (en collaboration avec Christine Di Benedetto, Ghyslaine Del Rey, Filomena Iooss, Jean-Pierre Triffaux) : Le Mythe de Babel revisité II. Spectacles et carnavals : place et enjeu de l’humain, de la poésie et des technologies, en associant les genres du théâtre et de la poésie et 3 aires linguistiques Française, Portugaise, Espagnole. A prévoir Babel 3 ou Babel Transgressée.

 

• 2015  Publication aux éditions Hermann,Collaboration Bibliothèque Francophone de Limoges, Universités de Nice et de Montpellier, Actes du colloque international avec Marie Joqueviel Bourjea et Serge Bourjea sur un poète Haïtien : René Depestre ou le Soleil devant.

 

A prévoir : Mise en place avec Cristina Pirvu et Dumitra Baron Site internet, Dictionnaire du Bilinguisme.

 

 

 

 

PARTICIPATIONS

• 2015  Colloque Les Gestes du poème (Rouen, Direction Caroline Andriot-Saillant et Thierry Roger).

• 2015 Colloque sur Frédéric Jacques Temple, Cerisy, Août 2015 (Direction Claude Leroy et Pierre-Marie Héron). 

 

CO-DIRECTIONS

• 2017  Universités de Nice et d’Aix Colloque « Danse et Poésie », en collaboration avec Régis Lefort, Joëlle Vellet, Alice Godfroy.

 

• 2017  Université de Nice, Université de Toulouse, Colloque « Poésie et Cinéma », en collaboration avec Bérénice Bonhomme et Sandrine Montin.

PUBLICATIONS2015-2020

• 2015  Béatrice Bonhomme, Gabriel Grossi, La poésie comme espace méditatif ? Paris, Éditions Garnier, 300 pages.

 

2015-2020 Nombreux articles prévus sur la poésie contemporaine (Emaz, Ber, Depestre, Albiach, Beck, etc).

 

• A prévoir Mémoire et chemins vers le monde,
tome 2
. Ouvrage sur 15 femmes poètes contemporaines.

ÉDITIONS

• 2016  Avec Lucrèce, lecture et réception de Lucrèce par de nombreux poètes contemporains.

 

2015-2020  Numéros de revues sur les poètes contemporains (15 dossiers prévus de 2015 à 2020).

 

• 2015-2020 Édition progressive de 4 tomes d’entretiens réalisés avec des poètes contemporains.

 

REALISATION PÉDAGOGIQUE

• A prévoir : Organisation du séminaire de poésie autour de ces questions.