Accès membres

 

TRUBERT Jean-François

Professeur des Universités en musicologie
18ème Section
Université Nice - Sophia Antipolis, membre de la COMUE Université Côte d'Azur

IMG_3035_face0.jpg

 

Axes de recherche :

Etude des interactions entre la musique et la scène, entre la musique et la dramaturgie, entre la musique et le geste dans l’opéra et le théâtre musical contemporains. Etude des sources et étude génétique, analyse, esthétique et interprétation dans les formes scéniques contemporaines.

Projets financés :

• 2012-2016 : ANR GEMME - Geste Musical, Modèles et Expériences (IRCAM-UNS, CTEL). Les axes de recherche du projet blanc ANR Geste Musical : Modèles et expériences (GEMME) coordonné par l'IRCAM sont : 1. «Théories implicites du geste«, étude qui établira une généalogie de la notion, avec ses catégorisations et ses périodisations, et en dressera un panorama actuel ; 2. «Geste et scène«, étude d’une démarche paradigmatique (celle de Kagel) où la notion musicale se noue à son expression scénique, dans le cadre du théâtre musical et instrumental ; 3. «Geste et instrument«, étude d’une démarche paradigmatique contrastante (celle de Lachenmann), où la composition interroge le détail des possibilités organologiques de production du son (notion de « musique concrète instrumentale »), en relation avec une critique politique et sociale des conventions expressives associées ; 4.«Geste et technologie«, série d’analyses musicales d’un ensemble de partitions de référence, des années 1970 à nos jours, qui déclinent plusieurs paradigmes techniques et informatiques formalisant et/ou accompagnant le geste instrumental (http://www.agence-nationale-recherche.fr/projet-anr/?tx_lwmsuivibilan_pi2[CODE]=ANR-12-BSH3-0007).

Un carnet de recherche a été élaboré pendant le projet, et cette plate-forme réunit aujourd'hui diverses contributions autour des notions de geste, de composition et de notation dans la création musicale contemporaine : http://geste.hypotheses.org/

• 2016-2018 : IDEX RAG - Relire les Avant-Gardes (Université Côte d'Azur). L’histoire des avant-gardes est la résultante d’échanges et d’interactions entre différentes cultures et différentes pratiques artistiques : un certain nombre de chercheurs – dont nous – ont prouvé que l’esprit du temps a soufflé sur les pratiques de création depuis la fondation du futurisme (1909) jusqu’à la « deuxième avant-garde » (1950-1984). Le moment est venu, nous semble-t-il, à l’occasion de l’ouverture des archives personnelles de Noëmi Blumenkranz-Onimus, de poursuivre le travail et de convoquer un quorum pluridisciplinaire de chercheurs pour analyser son œuvre et en saisir l'actualité, à la lumière d’autres travaux récemment réalisés autour des liens entre latinité et fascisme, fascisme et futurisme, ésotérisme et avant-gardes. Il s’agira alors de cataloguer et d’exploiter les archives de la chercheuse, qui contiennent des documents manuscrits, des lettres et, à partir de ce travail, approfondir l’exploration du terrain en trois directions : 1)  les rapports que les avant-gardes ont entretenus avec l’ésotérisme ; 
2)  les rapports des avant-gardes avec les arts « totalitaires » ; 
3)  les rapports entre les avant-gardes « historiques » (1909-1945) et les néo-avant-gardes (1950- 
1984).