Accès membres

Le CTEL, Centre Transdisciplinaire d’Épistémologie de la littérature et des arts vivants s’interroge sur la spécificité et l’évolution des phénomènes littéraires et artistiques. Il cherche à en mettre en lumière la « transdisciplinarité » (relations entre littérature et autres formes d’expressions culturelles) : en quoi ces passerelles, ouvertures, glissements, dialogues, contribuent-ils à la fécondité littéraire, et rendent-ils compte de sa spécificité ?

La notion « d’épistémologie », qui, littéralement, signifie « discours sur la science ou la connaissance », permet d’interroger les conditions imaginaires et conceptuelles dans lesquelles sont produites les créations littéraires qui concernent à la fois les manières de penser, d’imaginer, de représenter ou de dire.

Le Centre Transdisciplinaire d’Épistémologie de la Littérature et des Arts vivants reste fidèle à l’orientation scientifique qui avait présidé à sa restructuration en 2003 et en particulier à l’introduction de la notion d’épistémologie dans son nom. Celle-ci répondait à la conviction que, selon la formule d’Hermann Broch, « connaissance scientifique et connaissance artistique sont deux branches d’un seul et même tronc, et c’est la connaissance par excellence ». La fusion avec le RITM en 2012 a permis d’enrichir la palette des modes d’investigation du monde que constitue chaque pratique artistique. Il s’agit donc toujours pour le CTEL de considérer l’art comme connaissance autant que comme source d’émotion esthétique et d’étudier l'interaction de chaque œuvre avec les structures épistémologiques qui déterminent son émergence et s’en trouvent, en retour, imperceptiblement modifiées.

Le CTEL reste aussi très attaché à la notion de transdisciplinarité qui s’est substituée à celle de pluridisciplinarité en 2003, l’article 3 de la Charte de la Transdisciplinarité adoptée au Premier Congrès Mondial de la Transdisciplinarité résumant bien le cadre épistémologique dans lequel se situe la démarche du laboratoire : « La transdisciplinarité est complémentaire de l’approche disciplinaire ; elle fait émerger de la confrontation des disciplines de nouvelles données qui les articulent entre elles ; et elle nous offre une nouvelle vision de la nature et de la réalité. La transdisciplinarité ne recherche pas la maîtrise de plusieurs disciplines, mais l’ouverture de toutes les disciplines à ce qui les traverse et les dépasse ». La fusion de l’ancien CTEL et du RITM a permis de renforcer cette transdisciplinarité, les relations entre chercheurs en littérature et chercheurs en arts vivants s’étant établies dans le respect des spécificités disciplinaires et la cordialité. Tous les membres du laboratoire sont convaincus de l’enrichissement mutuel qu’a apporté cette fusion et favorisent une véritable synergie en participant à des projets communs, tout en poursuivant leur recherche dans leur propre champ disciplinaire. L’organisation de la recherche collective en quatre thèmes à des fins de lisibilité n’entraîne donc aucune forme de cloisonnement et a pour dénominateur commun l’association étroite de la recherche et de la création, véritable ligne de force de la politique scientifique du CTEL.

1/ Thème "Mimesis : littérature et représentation"

Historique: initialement nommé « identités génériques », un nouvel intitulé, « dialogue des arts », a émergé au cours de la période 2012-2016 ; il vise à accroître la visibilité de la nouvelle synergie née de la fusion intervenue en 2012. Les questionnements génériques y conservent cependant toute leur place en tant que perspective adoptée pour étudier ce dialogue. Ils sont complétés par une réflexion sur les pratiques et les poétiques théâtrales considérées comme des laboratoires d’expérimentation du dialogue entre les arts, de l’Antiquité à l’époque contemporaine. Enfin le projet Babel, en liaison avec le master Erasmus mundus et en collaboration avec le laboratoire LIRCES, a permis d’aborder différentes facettes de ce dialogue des arts, sur le versant de la recherche comme de la création.

Orientation actuelle: Mimesis : littérature et représentation
Le premier ‘thème’ se propose de mobiliser surtout la littérature et le théâtre, mais va réfléchir aussi plus généralement aux rapports entre texte et mise en oeuvre et aux questions génériques qu’ils suscitent. La littérature en général est une représentation du monde, une transposition du référent par un medium particulier : l’écriture et la forme littéraire.

2/ Thème "Poiéma : genèses et formes de la création poétique"

Historique: Les recherches de « Poiema » ont eu également pour objet au cours de la période 2012-2016 la primauté des liens dans la création poétique, rappelée par la formule de Michel Deguy « La poésie n’est pas seule ». Ces liens ont été envisagés en termes de filiation dans le sous-thème « sources classiques », dans la perspective du dialogue entre créateurs dans le « conservatoire de poésie moderne et contemporaine » et dans le cadre d’une réflexion sur l’intertextualité, ces trois dimensions se conjuguant dans le projet transdisciplinaire « Lectures de Lucrèce » qu’a porté le laboratoire.

Orientation actuelle: Poiéma : genèses et formes de la création poétique

La poésie – telle qu’elle a été perçue dans l’histoire depuis l’Antiquité jusqu’à la poésie contemporaine – est l’objet de ce ‘thème’ autour de l’écriture et la performance, son inscription dans la cité et dans ses rapports avec les autres arts : « la poésie n’est pas seule ».

3/ Thème "Écritures de la singularité et de l’altérité"

Historique: L’intitulé du troisième thème a également été modifié pour mieux rendre compte de l’ensemble des travaux réalisés : d'abord Littérature et communauté, il est devenu « Cultures en partage », tout en conservant le questionnement issu de la réflexion de Jean-Luc Nancy que convoquait le précédent intitulé « Littérature et communauté », étend le champ d’investigation à tous les domaines de la création qu’étudie le CTEL, et revendique ses affinités avec les études culturelles. Les trois sous-thèmes, « Génie des langues, génie des lieux », « Corps et genre » et « Spiritualités comparées » déclinent quelques-unes des modalités de ce « contact de l’avec (du cum ou du co-) avec soi comme avec l’autre » par lequel Jacques Derrida caractérise la communauté selon Jean-Luc Nancy, c’est-à-dire en tant que « co-tact ».

Orientation actuelle: Écritures de la singularité et de l’altérité

Ce ‘thème’, précédemment « littérature et communauté/cultures en partage », se fixe pour but la poursuite de la réflexion dans le domaine des « cultural studies », des « subaltern » ou des « gender studies » et, dans la perspective de la littérature comparée, réfléchira au travail et à la place des écrivains et artistes dans le monde, à l’heure où les identités sont riches mais problématiques ; ainsi qu’à la traductologie littéraire.

4/ Thème "Pratiques des arts vivants"

Historique: il s’est enrichi d’un quatrième sous-thème intitulé « Gestes » qui fédère les recherches de plusieurs membres statutaires et doctorants tout en correspondant à une ligne de force du projet ANR GEMME (Geste musical : modèles et expériences ) pour lequel le CTEL était partenaire avec l’IRCAM (Institut de Recherche et de Coordination Acoustique/Musique).

Orientation actuelle: Pratique des arts vivants
Les recherches de ce ‘thème’ continueront de se porter sur des concepts émergents, notamment dans les approches esthétiques, intermédiales, historiographiques, anthropologiques ou dans les pratiques liées aux nouvelles technologies ; ils reposent sur des paradigmes, dont celui des écritures, de l’archive, des transmissions, des circulations. Les arts vivants partagent des approches croisées autour de notions connexes comme la corporéité (et la dansité), le geste, symbolique ou technique, et la temporalité.

Si la recherche académique constitue naturellement la part la plus importante des activités du laboratoire, en lien étroit avec la formation par la recherche, non seulement en master et en doctorat mais aussi dès la troisième année de licence dont les étudiants sont régulièrement invités aux conférences et séminaires organisés par le CTEL, les interactions avec l’environnement occupent une place non négligeable dans les activités des membres du laboratoire, dont certains ont une forte implication dans leur environnement culturel.


Références: Hermann Broch, « Denkerische und dichterische Erkenntnis » (1933), in :_Kölnische Zeitung_ n°381 (16.7.1933), repris in : _Schriften zur Literatur 2. Theorie_ (= Kommentierte Werkausgabe tome 9/2), ed. Paul Michael Lützeler, Francfort, Suhrkamp, 1981, p. 48. Jacques Derrida, _Le Toucher, Jean-Luc Nancy_, Paris, Galilée, 2000, p. 133.